Extension Factory Builder
10/11/2012 à 18:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'écrivain nigérian Wole Soyinka, le 1er mars 2012 à Enugu dans le sud est du Nigeria. L'écrivain nigérian Wole Soyinka, le 1er mars 2012 à Enugu dans le sud est du Nigeria. © Pius Utomi Ekpei/AFP

Etablir un dialogue avec le groupe islamiste Boko Haram serait faire preuve d'une "conciliation consternante", a estimé jeudi l'écrivain nigérian Wole Soyinka, prix Nobel de littérature, à l'occasion d'une conférence internationale à Lagos.

"Ne parlez pas aux auteurs de tueries, ne parlez pas à ceux qui ont fait du meurtre d'innocents leur philosophie", a déclaré M. Soyinka, devant les représentants de médias étrangers, en marge de la conférence Kuramo sur le développement.

Le président nigérian Goodluck Jonathan a déjà encouragé Boko Haram, accusé d'avoir tué des centaines de personnes depuis 2009, à formuler publiquement ses revendications, et le gouvernement a confirmé avoir des discussions "informelles" avec le groupe islamiste.

Pour Wole Soyinka, les violences perpétrées par la secte Boko Haram - qui a revendiqué des dizaines d'attentats et pris pour cible des chrétiens dans des églises, les forces de l'ordre et des responsables du gouvernement - sont "complètement incontrôlables".

Sanglante répression

"Et vous, les victimes, vous dites +s'il vous plaît, venez nous parler, nous ne savons pas ce que vous voulez+ (...) Quelle est cette façon de parler? Il s'agit d'une conciliation consternante!", a insisté l'écrivain nigérian.

Les forces de l'ordre nigérianes, qui n'ont pas réussi à mettre un terme à ces violences, sont accusées elles aussi de violations des droits de l'Homme dans leur sanglante répression contre les islamistes.

Un récent rapport d'Amnesty International les accuse d'exécutions sommaires notamment dans le Nord-Est, fief de Boko Haram, et selon Human Rights Watch, l'armée nigériane pourrait être coupable de crimes contre l'Humanité.

"Terre brûlée"

Wole Soyinka, qui pense que de telles exactions ont vraiment eu lieu, a qualifié l'action de l'armée dans le Nord-Est de "politique de la terre brûlée".

Les attaques de Boko Haram sont un "problème de sécurité" qui pose un défi d'un genre nouveau à l'armée nigériane, a estimé le premier prix Nobel africain de littérature (en 1986).

Les violences liées au groupe islamiste et leur répression sanglante par les forces de sécurité ont fait environ 3000 morts depuis 2009.

Wole Soyinka, 78 ans, ne dissocie pas son engagement politique de son œuvre et pourfend depuis des années la corruption et de la mauvaise gouvernance dans son pays richissime en pétrole.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Nigeria

E-commerce : le nigérian Konga se déploie en Afrique de l'Ouest

E-commerce : le nigérian Konga se déploie en Afrique de l'Ouest

 Konga, coleader du commerce en ligne au Nigeria, compte se déployer dans l'ensemble de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest d'ici à la mi-2015.[...]

Nigeria : Boko Haram enlève près de 200 personnes, dont des femmes et des enfants

Les islamistes de Boko Haram ont attaqué dimanche un village dans le nord-est du Nigeria. Lors de l'assaut, 32 personnes ont été tuées et au moins 185 ont été enlevées. Parmi elles[...]

Cameroun : en riposte à Boko Haram, l'armée tue 116 de ses combattants

Les soldats camerounais positionnés à Amchidé, à la frontière avec le Nigeria, ont répliqué à une attaque de Boko Haram mercredi, tuant 116 islamistes, a[...]

Terrorisme : à Dakar, Le Drian plaide pour une "alliance régionale, continentale et mondiale"

À l'ouverture du premier forum international sur la paix et la sécurité en Afrique, qui se tient à Dakar, Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense, a appelé lundi les[...]

Boko Haram : le Niger appelle à l'aide face à l'afflux de réfugiés

Le Niger a appelé vendredi à "la solidarité nationale et internationale" en vue d'éviter un "drame humanitaire" causé par l'afflux sur son sol de réfugiés du[...]

Jihad : Boko Haram plus féroce que l'État islamique

Se basant sur les données de la BBC, un centre d'études britanniques a publié mercredi un rapport aussi macabre que détaillé sur les morts causés par le jihad au cours du mois de novembre[...]

Décryptage : 3 clés pour comprendre la démocratie nigériane

Prévues en février 2015, les élections générales nigérianes approchent à grands pas. Complexe, le système politique qui régit la démocratie dans le pays est peu[...]

Nigeria : bonne chance, Jonathan !

Février 2015 n'est plus loin, cher Jonathan. Vous êtes même déjà en campagne, car vous avez décidé de demander un nouveau mandat présidentiel aux Nigérians.[...]

Présidentielle nigériane : Muhammadu Buhari affrontera Goodluck Jonathan

Ils étaient cinq candidats à espérer s'opposer à Goodluck Jonathan en février, lors de la prochaine élection présidentielle au Nigeria. C'est finalement Muhammadu Buhari, ancien[...]

L'ex-président Obasanjo poursuivi après avoir publié un livre critique envers Goodluck Jonathan

L’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo (77 ans) est sous le coup d'une décision de justice lui interdisant de publier son autobiographie en trois tomes, très critique envers l’actuel[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers