Extension Factory Builder
10/11/2012 à 18:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'écrivain nigérian Wole Soyinka, le 1er mars 2012 à Enugu dans le sud est du Nigeria. L'écrivain nigérian Wole Soyinka, le 1er mars 2012 à Enugu dans le sud est du Nigeria. © Pius Utomi Ekpei/AFP

Etablir un dialogue avec le groupe islamiste Boko Haram serait faire preuve d'une "conciliation consternante", a estimé jeudi l'écrivain nigérian Wole Soyinka, prix Nobel de littérature, à l'occasion d'une conférence internationale à Lagos.

"Ne parlez pas aux auteurs de tueries, ne parlez pas à ceux qui ont fait du meurtre d'innocents leur philosophie", a déclaré M. Soyinka, devant les représentants de médias étrangers, en marge de la conférence Kuramo sur le développement.

Le président nigérian Goodluck Jonathan a déjà encouragé Boko Haram, accusé d'avoir tué des centaines de personnes depuis 2009, à formuler publiquement ses revendications, et le gouvernement a confirmé avoir des discussions "informelles" avec le groupe islamiste.

Pour Wole Soyinka, les violences perpétrées par la secte Boko Haram - qui a revendiqué des dizaines d'attentats et pris pour cible des chrétiens dans des églises, les forces de l'ordre et des responsables du gouvernement - sont "complètement incontrôlables".

Sanglante répression

"Et vous, les victimes, vous dites +s'il vous plaît, venez nous parler, nous ne savons pas ce que vous voulez+ (...) Quelle est cette façon de parler? Il s'agit d'une conciliation consternante!", a insisté l'écrivain nigérian.

Les forces de l'ordre nigérianes, qui n'ont pas réussi à mettre un terme à ces violences, sont accusées elles aussi de violations des droits de l'Homme dans leur sanglante répression contre les islamistes.

Un récent rapport d'Amnesty International les accuse d'exécutions sommaires notamment dans le Nord-Est, fief de Boko Haram, et selon Human Rights Watch, l'armée nigériane pourrait être coupable de crimes contre l'Humanité.

"Terre brûlée"

Wole Soyinka, qui pense que de telles exactions ont vraiment eu lieu, a qualifié l'action de l'armée dans le Nord-Est de "politique de la terre brûlée".

Les attaques de Boko Haram sont un "problème de sécurité" qui pose un défi d'un genre nouveau à l'armée nigériane, a estimé le premier prix Nobel africain de littérature (en 1986).

Les violences liées au groupe islamiste et leur répression sanglante par les forces de sécurité ont fait environ 3000 morts depuis 2009.

Wole Soyinka, 78 ans, ne dissocie pas son engagement politique de son œuvre et pourfend depuis des années la corruption et de la mauvaise gouvernance dans son pays richissime en pétrole.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Nigeria

Cameroun : 3 soldats tchadiens et 123 islamistes tués lors d'attaques de Boko Haram

Cameroun : 3 soldats tchadiens et 123 islamistes tués lors d'attaques de Boko Haram

Trois soldats tchadiens ont été tués lors d'attaques menées par le groupe islamiste nigérian Boko Haram dans le nord du Cameroun, selon un communiqué de l'armée tchadienne pr&eacu[...]

Largement consacré à Boko Haram, le sommet de l'UA s'est ouvert à Addis-Abeba

Le 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africain (UA) s'est ouvert ce vendredi matin à Addis-Abeba. Un de ses objectifs annoncé est la concrétisation d'une force multinationale[...]

"Time is now" : Youssou Ndour et J. Martins chantent pour le changement en Afrique

Annoncé depuis plusieurs mois, le titre Times is now de Youssou Ndour et J. Martins a été mis en ligne lundi. Visionné sur Youtube par plus de 30 000 personnes en seulement quatre jours, il appelle[...]

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

La lutte contre Boko Haram est LE sujet du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine qui se tient du 30 au 31 janvier à Addis-Abeba. Dernières nouvelles du front.[...]

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Ils sont restés chez eux, trop occupés par leurs affaires internes. Plusieurs poids lourds du continent ne seront pas sur la photo de famille du 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union[...]

Nigeria : Goodluck Jonathan à la reconquête du sud, à deux semaines de la présidentielle

À deux semaines de la présidentielle, Goodluck Jonathan, candidat à sa réélection, a poursuivi mercredi sa campagne dans le sud du Nigeria, région où se concentre la production[...]

L'UA souhaite une force multinationale de 7500 hommes contre Boko Haram

Le conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine s'est fermement engagé jeudi soir en faveur de la création d'une force multinationale contre Boko Haram. Les dirigeants africains plaident aussi[...]

Boko Haram : selon Amnesty, Abuja savait que Baga et Monguno étaient visées

L'armée nigériane aurait été avertie à plusieurs reprises de l'imminence des attaques de Boko Haram contre Baga et Monguno, qui ont fait des centaines de morts début janvier. les[...]

Boko Haram : des survivants du massacre de Baga racontent

Boko Haram poursuit son avancée dans le nord-est du Nigeria. Une percée qui n'est pas sans conséquence sur les populations civiles, principales victimes des exactions du groupe islamiste. Témoignages[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121110180927 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121110180927 from 172.16.0.100