Extension Factory Builder
10/11/2012 à 18:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'écrivain nigérian Wole Soyinka, le 1er mars 2012 à Enugu dans le sud est du Nigeria. L'écrivain nigérian Wole Soyinka, le 1er mars 2012 à Enugu dans le sud est du Nigeria. © Pius Utomi Ekpei/AFP

Etablir un dialogue avec le groupe islamiste Boko Haram serait faire preuve d'une "conciliation consternante", a estimé jeudi l'écrivain nigérian Wole Soyinka, prix Nobel de littérature, à l'occasion d'une conférence internationale à Lagos.

"Ne parlez pas aux auteurs de tueries, ne parlez pas à ceux qui ont fait du meurtre d'innocents leur philosophie", a déclaré M. Soyinka, devant les représentants de médias étrangers, en marge de la conférence Kuramo sur le développement.

Le président nigérian Goodluck Jonathan a déjà encouragé Boko Haram, accusé d'avoir tué des centaines de personnes depuis 2009, à formuler publiquement ses revendications, et le gouvernement a confirmé avoir des discussions "informelles" avec le groupe islamiste.

Pour Wole Soyinka, les violences perpétrées par la secte Boko Haram - qui a revendiqué des dizaines d'attentats et pris pour cible des chrétiens dans des églises, les forces de l'ordre et des responsables du gouvernement - sont "complètement incontrôlables".

Sanglante répression

"Et vous, les victimes, vous dites +s'il vous plaît, venez nous parler, nous ne savons pas ce que vous voulez+ (...) Quelle est cette façon de parler? Il s'agit d'une conciliation consternante!", a insisté l'écrivain nigérian.

Les forces de l'ordre nigérianes, qui n'ont pas réussi à mettre un terme à ces violences, sont accusées elles aussi de violations des droits de l'Homme dans leur sanglante répression contre les islamistes.

Un récent rapport d'Amnesty International les accuse d'exécutions sommaires notamment dans le Nord-Est, fief de Boko Haram, et selon Human Rights Watch, l'armée nigériane pourrait être coupable de crimes contre l'Humanité.

"Terre brûlée"

Wole Soyinka, qui pense que de telles exactions ont vraiment eu lieu, a qualifié l'action de l'armée dans le Nord-Est de "politique de la terre brûlée".

Les attaques de Boko Haram sont un "problème de sécurité" qui pose un défi d'un genre nouveau à l'armée nigériane, a estimé le premier prix Nobel africain de littérature (en 1986).

Les violences liées au groupe islamiste et leur répression sanglante par les forces de sécurité ont fait environ 3000 morts depuis 2009.

Wole Soyinka, 78 ans, ne dissocie pas son engagement politique de son œuvre et pourfend depuis des années la corruption et de la mauvaise gouvernance dans son pays richissime en pétrole.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Nigeria

Une 'mystérieuse' maladie fait 17 morts dans le sud-ouest du Nigeria

Une "mystérieuse" maladie fait 17 morts dans le sud-ouest du Nigeria

Une maladie "mystérieuse" a tué 17 personnes dans le sud-ouest du Nigeria, qui ont succombé brutalement, a déclaré samedi un porte-parole des autorités locales.[...]

Qui est Aisha Buhari, la nouvelle première dame du Nigeria ?

Elle est aussi réservée que Patience Jonathan, l'ex-First Lady, était exubérante. L'épouse du nouveau président Muhammadu Buhari devrait s'en tenir à un rôle de[...]

Classement "Time" 2015 : qui sont les Africains les plus influents du monde ?

L'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi sa liste annuelle des 100 personnalités les plus influentes du monde. Dans le lot, quelques Africains : Muhammadu Buhari, président[...]

Nigeria - Stephen Keshi : "Mon objectif principal, c'est la CAN 2017"

Stephen Keshi signe un nouveau contrat avec le Nigeria vendredi, un peu plus de six mois après avoir démissionné suite à l’élimination des Super Eagles lors des qualifications pour la CAN[...]

Nigeria-Muhammadu Buhari : "Je ne peux pas promettre de retrouver les lycéennes de Chibok"

Muhammadu Buhari, le président nouvellement élu du Nigeria, a reconnu mardi qu'il ne pouvait pas promettre de retrouver les 219 lycéennes de Chibok enlevées il y a un an jour pour jour par les[...]

Boko Haram : un an après, quelles sont les chances de retrouver les 219 lycéennes nigérianes ?

Un an jour pour jour après leur enlèvement par Boko Haram à Chibok, dans le nord-est du Nigeria, le monde est toujours sans nouvelles des 219 lycéennes. Existe-t-il encore une chance de les retrouver ?[...]

Infographie - Nigeria : l'APC de Buhari triomphe presque partout mais chute à Rivers

Selon les résultats officiels publiés lundi, le Congrès progressiste (APC) du président élu Muhammadu Buhari, grand vainqueur des élections des gouverneurs, a perdu le contrôle de[...]

Élections au Nigeria : prolongation du vote dans l'État de Rivers

Les opérations de vote ont été prolongées dimanche dans l'État pétrolier de Rivers, dans le sud du Nigeria, dans les bureaux où les élections locales ont été[...]

Nigeria : l'État de Rivers (sud) sous haute tension pour les élections locales

Les forces de l'ordre étaient déployées en grande nombre, samedi, dans l'Etat pétrolier de Rivers, dans le sud du Nigeria, où les électeurs doivent élire leur prochain gouverneur,[...]

Nigeria : ce que Muhammadu Buhari nous a dit

Quatre jours avant le scrutin, le candidat du All Progressives Congress, Muhammadu Buhari ,se glissait déjà dans les habits de président du Nigeria. Rencontre avec un ancien putschiste qui a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121110180927 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121110180927 from 172.16.0.100