Extension Factory Builder
06/11/2012 à 09:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Gerald Tremblay le 6 avril 2011 à Montréal. Gerald Tremblay le 6 avril 2011 à Montréal. © AFP

Le maire de Montréal Gérald Tremblay, mis en cause par un ancien cadre de son parti dans le financement illégal de sa formation, a annoncé lundi sa démission, tout en se présentant comme une victime du scandale de corruption qui secoue la métropole québécoise.

M. Tremblay, 70 ans, qui dirigeait la deuxième ville du Canada depuis 2001 et dont le présent mandat venait à échéance en novembre 2013, a fait cette annonce à son retour à l'hôtel de ville de Montréal, après quatre jours de repos et de réflexion.

« Ce soir, j'ai voulu m'adresser à vous directement, Montréalais et Montréalaises. J'aimerais vous dire qu'après 25 années au service de la collectivité, je quitte la vie publique », a déclaré M. Tremblay dans une allocution télévisée prononcée avec calme, voire un certain aplomb.

Cette démission est une conséquence directe des révélations accablantes faites par des témoins à une commission d'enquête publique qui se penche sur la corruption dans l'octroi des contrats publics à Montréal et ailleurs au Québec.

Appels d'offres truqués, cartel dirigé par des hommes d'affaires d'origine italienne, fonctionnaires corrompus et hommes politiques redevables de la mafia, les témoignages entendus par cette commission ont confirmé les enquêtes menées par plusieurs médias ces dernières années.

La semaine dernière, un ancien cadre du parti du maire, Martin Dumont, a accusé M. Tremblay d'avoir fermé les yeux sur le financement illégal de sa formation, qui aurait tenu une caisse noire alimentée notamment par des entrepreneurs proches de la mafia sicilienne.

M. Dumont a affirmé qu'Union Montréal, le parti de M. Tremblay, avait organisé une double comptabilité afin de dissimuler l'origine douteuse de certains financements ainsi que l'utilisation réelle des fonds.

Irrégularités et corruption

Ex-responsable des collectes de fonds du parti, M. Dumont avait expliqué avoir identifié des pratiques troubles lors d'un scrutin en 2004. Mais alors que le responsable des finances de la formation lui annonçait l'existence de ces deux budgets, en présence du maire, ce dernier « s'est levé et a dit: 'Moi, j'ai pas à savoir ça' », avait raconté M. Dumont.

« Cette rencontre n'a jamais eu lieu », a déclaré lundi soir Gérald Tremblay. « Ces allégations sont fausses », a-t-il insisté.

M. Tremblay a reconnu que dès son arrivée au pouvoir en 2001, le directeur général de la ville l'avait mis au courant de rumeurs sur « des enveloppes brunes » circulant dans divers services de la mairie. « Je lui ai demandé ce qu'il avait fait. Il m'a répondu qu'il avait exigé des preuves et qu'on ne lui en avait jamais donné ».

Il a affirmé avoir « agi », au fil des ans, chaque fois qu'il avait été « informé d'irrégularités, de collusion et de corruption, j'ai agi ».

« Je souhaite ardemment qu'un jour, on reconnaisse que je me suis battu très souvent seul contre ce système, cette collusion et cette corruption qui pourtant, selon les révélations de la commission Charbonneau, existait depuis au moins 1988 ».

"Secret de polichinelle"

Début octobre, un ancien entrepreneur du bâtiment, Lino Zambito, a indiqué à la commission avoir dû verser 3% de la valeur de contrats obtenus par son entreprise à Montréal au parti du maire, soit plus qu'à la mafia, qui ne prélevait, elle, que 2,5% sur ses contrats.

Selon deux ex-ingénieurs corrompus de la ville de Montréal, qui ont dit avoir touché chacun entre 500 000 et 600 000 dollars de pots-de-vin pendant leur carrière, la corruption était « un secret de polichinelle ».

« On a trahi ma confiance, j'en assume l'entière responsabilité », a dit M. Tremblay en promettant qu' «un jour, justice sera rendue ». « La vérité, je l'ai transmise à la commission Charbonneau. Je n'ai malheureusement pas la possibilité de me défendre », a-t-il ajouté, en précisant que la commission n'avait pas prévu de l'entendre à « court terme ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces