Extension Factory Builder
04/11/2012 à 17:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le porte-parole du gouvernement sud-soudanais, Barnaba Marial Benjamin. Le porte-parole du gouvernement sud-soudanais, Barnaba Marial Benjamin. © AFP

 Le Soudan du Sud a affirmé dimanche avoir expulsé une employée des Nations unies présente dans le pays pour enquêter sur la situation des droits de l'homme, estimant qu'elle produisait des rapports "non éthiques" et "non vérifiés".

 

"C'est la première personne à être déclarée persona non grata sur la question des droits de l'Homme (...). Elle a fait des rapports sur des questions de droits de l'Homme qu'elle n'a pas pu vérifier et qu'elle a publiés sans justification", a affirmé à l'AFP le porte-parole du gouvernement sud-soudanais, Barnaba Marial Benjamin. "Cela n'est pas éthique", a-t-il poursuivi.

L'information a été confirmée par la mission de maintien de la paix de l'ONU au Soudan du Sud (Minuss). Cet "ordre (d'expulsion) viole les obligations légales du gouvernement," a déploré Hilde Johnson, représentante spéciale de l'ONU pour le Soudan du Sud, qui dit avoir demandé des explications au jeune Etat, devenu indépendant du Soudan en juillet 2011 après près d'un demi-siècle de lutte armée. "Contrôler, enquêter et rendre compte de la situation des droits de l'Homme (...) fait partie des éléments de base du mandat de la Minuss qui doivent être protégés," a-t-elle poursuivi dans un communiqué diffusé par la Minuss. Dans ce communiqué, la mission onusienne rappelle aussi que "les violations des droits de l'Homme et la discrimination ont été au coeur de la lutte des Sud-Soudanais pendant les décennies de guerre civile."

Inquiétudes

Alors que circulent des informations sur le harcèlement de médias, ou des cas de torture de membres de la société civile, des voix se sont élevées ces derniers mois pour demander au pays de ne pas répéter les erreurs de Khartoum. "Notre respect des droits de l'Homme est inscrit dans notre Constitution," a rétorqué dimanche le porte-parole du gouvernement sud-soudanais. L'employée expulsée, qui a déjà quitté le pays, "n'a pas respecté ce qui avait été conclu entre l'ONU et la République du Soudan du Sud," a-t-il affirmé, sans cependant donner plus de détails.

Interrogé sur les rapports que le gouvernement contestait, M. Benjamin n'a pas été en mesure de répondre. Il a notamment refusé de dire si l'expulsion de l'employée de l'ONU avait un lien avec un rapport publié en août par la Minuss, dénonçant des violences militaires contre une minorité ethnique dans l'Etat sud-soudanais instable de Jonglei. "Elle sait ce sur quoi elle a fait des rapports, vous pouvez demander à l'ONU (...) Je ne peux pas citer de rapport" en particulier, a poursuivi le porte-parole. Un porte-parole de la Minuss a affirmé ne pas connaître clairement non plus les raisons de l'expulsion.

 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Soudan du Sud

Soudan du Sud : un groupe armé a enlevé au moins 89 adolescents

Soudan du Sud : un groupe armé a enlevé au moins 89 adolescents

Un groupe armé non identifié a enlevé au moins 89 adolescents, dont certains âgés d'à peine 13 ans, dans la ville de Wau Shilluk, dans le nord du Soudan du Sud, a annoncé samedi l'Un[...]

Trois choses à savoir sur les enfants soldats au Sud-Soudan

En marge de la journée internationale contre l’utilisation des enfants soldats observée chaque 12 février par l'ONU, l’organisation Human Rights Watch (HRW) dénonce ce lundi le recrutement[...]

Soudan du Sud : les élections sont reportées à 2017

Le Conseil des ministres du Soudan du Sud, un pays déchiré par une sanglante guerre civile, a reporté vendredi les élections de deux ans et prolongé d'autant le mandat du président[...]

Soudan du Sud : une guerre oubliée ?

Entre les deux frères ennemis, Salva Kiir et Riek Machar, en guerre ouverte depuis la fin de 2013, les accords se suivent et se ressemblent, sans jamais être appliqués. En attendant, c'est le peuple[...]

Soudan du Sud : les rebelles pilonnent la ville pétrolière de Bentiu

Le gouvernement sud-soudanais a accusé mardi les hommes de Riek Machar d'avoir bombardé ses positions dans la ville pétrolière de Bentiu, dans le nord du pays. Une violation du récent accord de[...]

Soudan du Sud : le gouvernement promet une présidentielle en 2015 malgré la guerre

Le gouvernement du Soudan du Sud a promis vendredi que des élections présidentielle et législatives seraient organisées en 2015, malgré la guerre civile qui ravage le pays depuis plus d'un[...]

Soudan du Sud : au bout d'une année de conflit, 572 victimes sortent de l'anonymat

Des militants sud-soudanais ont publié lundi une première liste provisoire des victimes du conflit qui sévit dans leur pays depuis une année. Objectif : identifier et nommer les dizaines de milliers de[...]

Soudan du Sud : un an de guerre civile et aucune perspective de paix

Un an tout juste après le début des combats, la guerre civile au Soudan du Sud ne montre aucun signe d'apaisement. Le conflit a fait des dizaines de milliers de morts et les organisations humanitaires redoutent une[...]

Soudan du Sud : la guerre civile ravage ce jeune pays depuis un an

Il y a un an, Kan Gueh Kan trouvait refuge sur la base de l'ONU de Djouba, en proie aux combats. Un an plus tard, comme des dizaines de milliers d'autres, il n'ose toujours pas sortir, alors que la guerre civile ravage son jeune[...]

Barack Obama appelle "les leaders du Soudan du Sud à s'engager vers la paix"

Le président américain, Barack Obama, a estimé vendredi qu'il appartenait aux leaders du Soudan du Sud "de mettre fin au cycle de la violence".[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121104174024 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121104174024 from 172.16.0.100