Extension Factory Builder
04/11/2012 à 16:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des combattants du groupe islamiste Ansar Eddine. Des combattants du groupe islamiste Ansar Eddine. © AFP

Ansar Eddine, l'un des groupes islamistes armés contrôlant le nord du Mali, était dimanche sous pression de la médiation burkinabè et de l'Algérie, qui poussent à une rupture avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), en pleine préparation d'une intervention armée africaine.

L'heure du choix approche pour le groupe du charismatique Iyad Ag Ghaly, surtout composé de Touareg maliens comme lui et devenu depuis sept mois l'une des forces occupant le Nord malien, avec ses alliés jihadistes Aqmi et Mujao (Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest). Une délégation du groupe arrivée vendredi à Ouagadougou et conduite par Algabass Ag Intalla doit s'entretenir "aujourd'hui (dimanche) à 18h00" (locales et GMT) avec Djibrill Bassolé, le chef de la diplomatie du président burkinabè Blaise Compaoré, a indiqué à l'AFP M. Intalla.

Le représentant islamiste a ajouté avoir rencontré samedi soir le ministre malien des Affaires étrangères Tiéman Coulibaly, présent sur place, mais sans vouloir dire s'il s'agissait de discussions préliminaires. M. Coulibaly doit repartir à Bamako en début d'après-midi. Médiateur dans la crise malienne au nom de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), M. Compaoré recevra ultérieurement les islamistes, qui comme Aqmi et le Mujao appliquent dans leurs zones la charia (loi islamique) dans sa version la plus rigoriste.

Samedi, M. Bassolé a rappelé "les exigences de la Cédéao": Ansar Dine (Défenseur de l'islam) doit se démarquer "de la terreur et du crime organisé", c'est-à-dire rompre avec Aqmi et le Mujao, et rentrer dans le "processus de dialogue politique" destiné à rétablir l'unité du Mali. Sans accéder dans l'immédiat à cette demande, le groupe radical a envoyé un premier signal. "Ansar Dine est indépendant de tout autre groupe", a déclaré à l'AFP Algabass Ag Intalla, affirmant que son mouvement "est prêt à négocier pour qu'il y ait la paix".

Algérie en première ligne

Pays incontournable pour une solution à cette crise qui fait craindre à toute la région l'enracinement d'un foyer de "terroristes" dans le nord du Mali, l'Algérie exerce les mêmes pressions sur Ansar Dine. Le groupe d'Iyad Ag Ghaly négocie aussi à Alger un lâchage d'Aqmi, rapporte dimanche le quotidien algérien francophone El-Watan, citant "une source proche du dossier" et confirmant la présence sur place d'une autre délégation d'Ansar Dine, alors que les autorités algériennes gardent le silence.

"Les pourparlers se sont intensifiés et il n'est pas exclu que cela débouche rapidement sur une prise de distance publique par rapport à Aqmi et au Mujao", selon la source non identifiée par le quotidien algérien. Comme le Burkina Faso, l'Algérie a toujours marqué sa forte préférence pour une solution négociée passant notamment par une inclusion d'Ansar Dine, sans écarter en dernier ressort une intervention militaire.

Parallèlement, l'option militaire se précise: des experts internationaux doivent achever dimanche à Bamako leurs travaux sur le "concept d'opération" d'une intervention militaire dans le nord du Mali. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté le 12 octobre une résolution préparant le déploiement d'une force de quelque 3.000 hommes au Mali, qui serait soutenue sur le plan logistique par la France et les Etats-Unis, et a donné jusqu'au 26 novembre à la Cédéao pour préciser ses plans.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Soumaïla Cissé : 'Dans le nord du Mali, le processus de paix est bloqué'

Soumaïla Cissé : "Dans le nord du Mali, le processus de paix est bloqué"

Leader de l'Union pour la république et la démocratie (URD) et opposant numéro un au président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), Soumaïla Cissé va officiellement devenir le chef de [...]

Hôtellerie : bientôt un Sheraton à Bamako ?

 L'homme d'affaires ivoiro-malien Cesse Kome va signer un accord avec Sheraton, marque de l'américain Starwood Hotels & Resorts, pour la construction d'un hôtel à Bamako, a appris "Jeune[...]

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Mali : le Mujao revendique le meurtre d'un employé du CICR près de Gao

Le Mujao a revendiqué lundi l'attaque dans le Nord-Mali d'un convoi du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), dans laquelle un chauffeur a été tué.[...]

Mali : l'ex-président ATT peut-il revenir à Bamako ?

Plus d'un millier de personnes se sont rassemblées jeudi à Bamako pour demander le retour de l'ex-président malien Amadou Toumani Touré, exilé au Sénégal depuis 2012.[...]

Lassana Bathily décoré de la médaille du courage par le Centre Simon Wiesenthal à Los Angeles

Lassana Bathily, le jeune Malien qui a sauvé quatre personnes lors de la prise d'otages de l'Hyper Cacher en France, le 9 janvier, a été décoré mardi de la médaille du courage par le[...]

Terrorisme au Sahel : la stratégie de Sisyphe

Peut-être a-t-on crié victoire un peu vite : il ne suffit pas de couper quelques têtes pour éradiquer la menace jihadiste. Soldats français et Casques bleus l'apprennent à leurs[...]

Mali : la résolution de la crise du Nord, thème officieux de la visite officielle d'IBK à Alger

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a entamé dimanche un voyage officiel de trois jours en Algérie. Il sera particulièrement question du fragile processus de paix malien, dans lequel Alger[...]

Mali : en plein marché, Aqmi décapite un homme accusé de travailler pour les Français

Des combattants d'Aqmi ont tué par balle puis décapité jeudi un civil qu'ils accusaient de travailler pour les forces françaises au Mali. L'exécution s'est déroulée en plein[...]

Mali : qui sont les trois individus arrêtés dans l'enquête sur l'attentat de Bamako ?

Les forces spéciales maliennes ont arrêté trois personnes à Bamako dans la nuit de mercredi à jeudi. Mais le doute est permis sur leur degré d'implication dans l’attentat du 7[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121104163834 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121104163834 from 172.16.0.100