Extension Factory Builder
04/11/2012 à 09:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des combattants du groupe islamiste Ansar Dine à Kidal, le 7 août 2012 dans le nord du Mali. Des combattants du groupe islamiste Ansar Dine à Kidal, le 7 août 2012 dans le nord du Mali. © AFP

  La médiation burkinabè a déclaré samedi à Ouagadougou vouloir convaincre Ansar Dine, l'un des groupes islamistes armés occupant le nord du Mali, de rompre avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), comme le souhaite Alger pour un règlement de la crise.  

Le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé a indiqué qu'il allait rencontrer d'ici dimanche les émissaires d'Ansar Dine (Défenseur de l'islam) arrivés vendredi et emmenés par Algabass Ag Intalla, un élu du nord du Mali et haut cadre du groupe. Ils verront plus tard le président Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne au nom de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), a-t-il dit à l'issue d'une rencontre du ministre malien des Affaires étrangères, Tiéman Coulibaly, avec M. Compaoré.

Le chef de l'Etat burkinabè va rappeler aux envoyés islamistes "les exigences de la Cédéao, qui sont que Ansar Dine doit se désengager de la terreur et du crime organisé" et rentrer dans le "processus de dialogue politique", a expliqué M. Bassolé. "Ansar Dine est indépendant de tout autre groupe", a affirmé à l'AFP le chef de la délégation islamiste. Le groupe est "prêt à négocier pour qu'il y ait la paix", a-t-il ajouté. Il s'est dit également prêt à rencontrer le ministre malien présent à Ouagadougou, "si le médiateur" le demande. Ce rendez-vous aura "probablement" lieu, selon une source gouvernementale burkinabè.

M. Compaoré pousse à une solution pacifique, au moment où se prépare une intervention militaire internationale pour chasser les islamistes armés qui contrôlent le nord du Mali depuis sept mois. Pas de contradiction, selon son chef de la diplomatie: in fine, "nous aurons besoin de l'usage de la force pour mettre hors d'état de nuire les groupes terroristes" dans la zone.

Ansar Dine, mouvement dirigé par l'ex-rebelle touareg malien Iyad Ag Ghaly, a aussi envoyé vendredi une délégation en Algérie, pays incontournable pour un règlement de la crise, mais Alger a gardé sur le sujet un mutisme total. Selon le quotidien algérien El-Watan, qui cite un "haut responsable algérien", Ansar Dine, qui, avec ses alliés, applique avec brutalité la charia (loi islamique) dans le nord du Mali, serait prêt à des concessions concernant ses rapports avec la mouvance jihadiste Aqmi.

Divorce avec Aqmi?

Selon ce responsable, Iyad Ag Ghaly, qui a toujours maintenu des liens avec Alger, "serait prêt à faire une déclaration" dans "les tous prochains jours" dans laquelle "il prendra officiellement ses distances d'Aqmi et acceptera de jouer le jeu de la +démocratie+". L'Algérie et le Burkina Faso cherchent depuis des mois à faire participer Ansar Dine à une solution en l'éloignant d'Aqmi, jugé infréquentable pour ses activités "terroristes", de même que le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), le troisième groupe islamiste du nord du Mali.

Des émissaires d'Ansar Dine s'étaient rendus en septembre à Alger où ils avaient notamment rencontré un officiel malien. Cette accélération des discussions survient alors qu'une intervention militaire dans le nord du Mali est activement préparée. Depuis le 29 octobre, des experts africains, y compris algériens, européens et onusiens étudient à Bamako le "concept d'opération" d'une telle intervention.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté le 12 octobre une résolution préparant le déploiement d'une force de quelque 3.000 hommes au Mali, qui serait soutenue sur le plan logistique par la France et les Etats-Unis, et a donné jusqu'au 26 novembre à la Cédéao pour préciser ses plans. L'ONU a aussi invité Bamako et les rebelles touareg - Ansar Dine et le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), à la base indépendantiste et laïc et supplanté par les islamistes - à "s'impliquer dès que possible dans un processus de négociations crédible".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces