Extension Factory Builder
28/10/2012 à 11:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un soldat nigérian, le 28 octobre 2012 à Kaduna. Un soldat nigérian, le 28 octobre 2012 à Kaduna. © AFP

Un attentat à la voiture piégée visant une église catholique dimanche à Kaduna, suivi d'actes de représailles de chrétiens en colère au cours desquels un homme a été brûlé vif, a fait au moins dix morts et 145 blessés dans cette métropole du nord du Nigeria, en proie à des attaques meurtrières menées par le groupe islamiste Boko Haram.

Mise à jour le 29/10 à 16h00

Un attentat à la voiture piégée visant une église catholique dimanche à Kaduna, suivi d'actes de représailles de chrétiens en colère au cours desquels un homme a été brûlé vif, a fait au moins dix morts et 145 blessés dans cette métropole du nord du Nigeria, en proie à des attaques meurtrières menées par le groupe islamiste Boko Haram.

L'attentat à lui seul a fait au moins sept morts, selon une source officielle. Mais trois autres personnes ont trouvé la mort dans des actes de représailles.
Armés de machettes et de bâtons, des jeunes chrétiens sont descendus dans les rues de Kaduna, s'en prenant à des personnes pouvant être musulmanes alors que leur colère explosait de nouveau en raison des attaques répétées visant des églises au cours des derniers mois, a constaté un journaliste de l'AFP.

Des groupes de chrétiens ont d'abord frappé un chauffeur-taxi sur une mobylette, avant de s'emparer de son engin, de le jeter sur lui puis de l'inonder d'essence et de le brûler vif, a constaté un journaliste de l'AFP. Un responsable des services de secours a confirmé la mort du chauffeur, déclarant que les secours n'avaient pas pu le sauver car les agresseurs étaient trop violents.

Les corps de deux autres hommes vraisemblablement tués par la foule en colère pouvaient être vus près de l'église. "Jusqu'à maintenant, nous avons huit morts et 145 blessés à la suite de l'explosion visant l'église" Sainte Rita, a déclaré Musa Ilallah, coordinateur régional de l'Agence nationale des secours d'urgence sans donner davantage de précisions. Il a toutefois déclaré que le kamikaze faisait partie des morts. "Plusieurs blessés, selon lui, ont été transportés dans les hôpitaux".

Auparavant, le porte-parole des services de secours nigérians avait déclaré qu'un kamikaze avait essayé de projeter sa voiture piégée à l'intérieur de l'église pendant le service religieux mais qu'il semblait avoir heurté une barrière. Mais des témoins ont déclaré de leur côté que le kamikaze avait continué à conduire après avoir heurté le mur de barrière de l'église et poursuivi sa route à l'intérieur de l'église.

"Tout à coup il a foncé à grande vitesse et a enfoncé le mur de l'église, poursuivant sa route à l'intérieur de l'église", a indiqué un témoin, Samuel Emmanuel.

"Enorme explosion"

"J'ai d'abord pensé que le conducteur avait perdu le contrôle de son véhicule. Soudain, il y a eu une énorme explosion quand le véhicule a atteint le bâtiment. Il y avait de la poussière, du feu et de la fumée partout", a-t-il raconté. Dans les rues de Kaduna, un journaliste de l'AFP a vu des gens, dont certains étaient armés de machettes, en train de crier "Pourquoi l'église?", alors que des responsables locaux tentaient d'appeler au calme.

L'explosion s'est produite dans le quartier Malali à Kaduna, cible à plusieurs reprises d'attaques attribuées au groupe islamiste radical Boko Haram. Cette explosion a choqué les habitants de Kaduna, déjà frappée par les violences meurtrières attribués aux islamistes du groupe radical Boko Haram.

Ce nouvel attentat, qui n'a pas été revendiqué, survient en plein week-end de la fête musulmane de l'Aïd. En juin, Boko Haram - qui veut instaurer la charia (loi islamique) dans le nord - a revendiqué sa responsabilité dans trois attaques suicide visant des églises dans l'Etat de Kaduna, où est située la ville du même nom, qui ont provoqué des émeutes sanglantes. Des dizaines de personnes ont été tuées dans ces violences.

Les attentats de Boko Haram dans le centre et le nord du Nigeria, ainsi que leur répression ont fait plus de 2.800 morts depuis 2009. La plupart des violences ont été commises dans l'Etat de Borno, où Boko Haram a été fondé.

Pays le plus peuplé d'Afrique, le Nigeria compte 160 millions d'habitants, dont environ la moitié sont musulmans. Le président nigérian Goodluck Jonathan a récemment déclaré que le groupe essayait de déclencher un conflit entre les deux religions. Des Nigerians ont fait état de leur exaspération devant l'incapacité des forces de police à enrayer les attaques de Boko Haram, et ont averti qu'il y aurait davantage de représailles si les violences venaient à se poursuivre.

Plusieurs chefs de l'Eglise évangélique ont déclaré que des chrétiens seraient forcés de se défendre eux-mêmes si rien n'était fait pour mettre un terme aux attaques sanglantes.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Nigeria

Nigeria : des avions de surveillance maritime dernier cri contre la piraterie

Nigeria : des avions de surveillance maritime dernier cri contre la piraterie

Pour mieux lutter contre la piraterie sur ses côtes, le Nigeria a doté mardi son armée de sept avions dernier cri. Mais le prix de ces engins n'a pas été dévoilé.[...]

Ebola : trois médecins africains soignés par le ZMapp récupèrent de façon "remarquable"

Alors que le bilan s'aggrave, une lueur d'espoir apparaît peut-être en ce qui concerne l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest. Mardi, le ministre libérien de l'Information a annoncé que[...]

Ebola : plus de 100 cas recensés en trois jours en Afrique de l'Ouest

Alors que les frontières continuent de se fermer en Afrique de l'Ouest, qui lutte contre l'épidémie d'Ebola, le bilan du virus ne cesse de s'alourdir. En trois jours, ce sont plus d'une centaine de cas qui[...]

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

Le Cameroun a décidé lundi de fermer toutes ses frontières aériennes, maritimes et terrestres avec le Nigeria. À cette mesure de prévention s'ajoute une restriction de la circulation avec[...]

Nigeria : des soldats tchadiens libèrent 85 otages de Boko Haram

Des soldats tchadiens ont libéré 85 Nigérians enlevés dimanche dernier par le groupe islamiste Boko Haram dans un village de pêcheurs du nord-est du Nigeria et emmenés au Tchad, a-t-on[...]

Nigeria : Ebola, une "mauvaise affaire" pour prostituées et commerçants à Lagos

Depuis l'arrivée du virus dans la mégapole Lagos, la peur de l'épidémie affecte les activités des prostituées comme elle, et perturbe tout le commerce informel.[...]

"Ebola se propage dans une ville d'1,3 million d'habitants : Monrovia", s'alarme MSF

ONG et sociétés de Croix-Rouge insistaient vendredi sur la nécessité de se mobiliser davantage face à une épidémie de fièvre hémorragique Ebola "largement[...]

Nigeria : Boko Haram enlève des dizaines de personnes dans le nord-est

Le groupe islamiste nigérian Boko Haram a enlevé des dizaines de personnes dans des communautés de pêcheurs du nord-est du Nigeria, embarquant certains otages sur des bateaux qui ont traversé le[...]

L'affaire d'une adolescente meurtrière mariée de force divise le Nigeria

Beaucoup considèrent Wasila Tasi'u comme une victime: une adolescente de 14 ans, issue d'une famille pauvre de musulmans rigoristes qui a assassiné avec de la mort-aux-rats son mari, un homme de 35 ans qu'elle [...]

L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest est-elle "largement sous-évaluée" ?

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que l'ampleur de l'épidémie d'Ebola est "largement sous-évaluée", alors que les pays africains affectés ont avoué jeudi[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers