Extension Factory Builder
27/10/2012 à 17:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des milliers de fidèles au pèlerinage à La Mecque. Des milliers de fidèles au pèlerinage à La Mecque. © AFP

Quelque 2,5 millions de fidèles en pèlerinage à La Mecque ont entamé vendredi le rituel de lapidation de Satan, au premier jour de l'Aïd Al-Adha, la fête du sacrifice célébrée par les musulmans dans le monde entier.

Quelque 2,5 millions de fidèles en pèlerinage à La Mecque ont entamé vendredi le rituel de lapidation de Satan, au premier jour de l'Aïd Al-Adha, la fête du sacrifice célébrée par les musulmans dans le monde entier. Scandant "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand), les fidèles avançaient par vagues successives, sous l'oeil vigilant des forces de sécurité, pour jeter des cailloux sur la grande stèle symbolisant Satan dans la vallée de Mina, près de La Mecque.

"J'avance pour la lapidation. Grâce à Dieu, tout se passe bien", a dit Abdallah, un Algérien de 35 ans qui tentait de frayer son chemin dans la foule de pèlerins. Une pluie de cailloux s'abattait sur la stèle vers laquelle convergeaient les fidèles, dont le mouvement est contrôlé par des milliers de policiers et d'agents de la défense civile, ainsi que par des caméras de surveillance mises en place par les autorités saoudiennes pour prévenir toute bousculade.

"Un rêve de plusieurs années"

"C'est le moment de se purifier des péchés commis pendant des années", se félicite Daoud Baev, un Kazakh de 66 ans, alors que Morched Khan, un Pakistanais de 27 ans, joue des coudes pour aider sa mère de 70 ans à lancer ses cailloux. "Grâce à Dieu, notre rêve se réalise enfin", dit-il en pleurs. Des accidents arrivent aussi: touché par un caillou, Mohamed Islam, un Egyptien de 33 ans, a été blessé à la tête pour s'être trop approché du site de lapidation. "C'est une blessure légère, sans gravité", dit-il à l'AFP en se retirant du site.

Abdallah Nour, un Indonésien, dit avoir "réussi à effectuer le rite de la lapidation tôt le matin, évitant les encombrements". "Je suis heureux d'avoir réalisé un rêve de plusieurs années". La tradition veut qu'on jette sept pierres le premier jour d'Al-Adha sur la grande stèle, un pilier de 30 mètres de haut, et 21 pierres le lendemain et le surlendemain sur la grande, la moyenne et la petite.
Les fidèles avaient ramassé jeudi soir ces cailloux à Mouzdalifa, près de La Mecque, après avoir passé une journée de prière et de recueillement sur le Mont Arafat, moment fort du hajj.

La lapidation de Satan, un exercice à haut risque en raison de la forte densité de pèlerins convergeant vers le même lieu, a été marquée ces dernières années par des bousculades mortelles avant que les autorités n'aménagent le site. Les fidèles y accèdent désormais par un pont sur plusieurs niveaux et la police veille à maintenir la fluidité de la circulation.

Selon les autorités, 168.000 agents de police et de la défense civile ont été mobilisés pour le hajj auquel participent cette année plus de 1,75 million de musulmans arrivés de l'étranger, outre les fidèles du royaume saoudien, estimés généralement à environ 700.000. Le roi Abdallah, qui recevait à Mina les voeux des responsables saoudiens, a évoqué l'instabilité dans la région et exhorté ses officiers de la sécurité à "agir contre tous ceux qui oseraient nuire à la sécurité, l'unité et la souveraineté" du royaume.

Aucun incident majeur

Après la lapidation, les pèlerins sont supposés immoler une bête pour commémorer le sacrifice du prophète Abraham, qui selon la tradition musulmane s'était montré prêt à tuer son fils Ismaël à la demande de Dieu, mais avait finalement sacrifié un mouton grâce à l'intervention de l'ange Gabriel. En réalité, les pèlerins achètent des bons auprès des autorités saoudiennes qui se chargent d'immoler les bêtes et de congeler les carcasses avant de les envoyer sous forme d'aide aux nécessiteux dans les pays musulmans.

Après le rituel de la lapidation, les fidèles se rendent à La Mecque pour tourner autour de la Kaaba, construction cubique au centre de la Grande mosquée, avant de se livrer à la déambulation entre Safa et Marwa.

Le pèlerinage, qui a débuté mercredi, se déroule sans encombres. "Le hajj se passe normalement et de la bonne manière", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Mansour al-Turki. La situation sanitaire est aussi "excellente", a affirmé le porte-parole du ministère de la Santé, Khaled Mirghalani, ajoutant à l'AFP qu'"aucun cas d'épidémie n'a été enregistré".
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Nizar Mourabit : faux Marocain, vrai imposteur

Un politologue du nom de Nizar Mourabit sévit depuis quelques années au pays des tulipes. Il est apparu un jour sur la scène médiatique, ou plutôt il y a surgi, et n'a cessé de publ[...]

Algérie : Bouteflika à Grenoble, tempête dans un verre de thé

Prévu de longue date mais occulté par les autorités, le bref séjour d'Abdelaziz Bouteflika en France pour un contrôle médical de routine a - une fois de plus - alimenté[...]

Abdelfattah al-Sissi à Paris - Alain Gresh : "L'impression de revoir Moubarak reçu par Sarkozy"

Le directeur adjoint de la rédaction du mensuel français "Le monde diplomatique" et spécialiste du Moyen-Orient, Alain Gresh, répond aux questions de "Jeune Afrique" sur la visite[...]

Mauritanie : roulez jeunesse !

Kane Limam Monza est auteur-interprète et fondateur du festival Assalamalekoum. Être jeune, en voilà une chance pour nous autres. Forts, fiers et dynamiques... Telle devrait être la donne.[...]

Algérie : Chakib Khelil dans le collimateur égyptien

La justice égyptienne a lancé une commission rogatoire liée à une affaire de blanchiment d'argent présumé qui concerne Chakib Khelil, l'ancien ministre algérien de[...]

France : le message de François Hollande aux dirigeants africains tentés de s'accrocher au pouvoir

Lors d'un entretien télévisé diffusé jeudi, le président français, François Hollande, a adressé un message de bonne gouvernance aux dirigeants africains.[...]

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz droit dans ses bottes

Mohamed Ould Abdelaziz ne s'en laisse pas conter, délègue peu et décide tout seul. Portrait d'un omniprésident Mauritanien qui semble décidé à faire de la lutte contre la[...]

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

Maroc - Minurso : Bolduc en stand-by

La nomination de la Canadienne Kim Bolduc à la tête de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) n'est toujours pas validée par Rabat.[...]

Israël : Benyamin Netanyahou entre deux feux

Le Premier ministre israélien veut éviter une troisième Intifada tout en satisfaisant ses alliés qui le poussent à plus de fermeté. Pas simple.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces