Extension Factory Builder
27/10/2012 à 17:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des milliers de fidèles au pèlerinage à La Mecque. Des milliers de fidèles au pèlerinage à La Mecque. © AFP

Quelque 2,5 millions de fidèles en pèlerinage à La Mecque ont entamé vendredi le rituel de lapidation de Satan, au premier jour de l'Aïd Al-Adha, la fête du sacrifice célébrée par les musulmans dans le monde entier.

Quelque 2,5 millions de fidèles en pèlerinage à La Mecque ont entamé vendredi le rituel de lapidation de Satan, au premier jour de l'Aïd Al-Adha, la fête du sacrifice célébrée par les musulmans dans le monde entier. Scandant "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand), les fidèles avançaient par vagues successives, sous l'oeil vigilant des forces de sécurité, pour jeter des cailloux sur la grande stèle symbolisant Satan dans la vallée de Mina, près de La Mecque.

"J'avance pour la lapidation. Grâce à Dieu, tout se passe bien", a dit Abdallah, un Algérien de 35 ans qui tentait de frayer son chemin dans la foule de pèlerins. Une pluie de cailloux s'abattait sur la stèle vers laquelle convergeaient les fidèles, dont le mouvement est contrôlé par des milliers de policiers et d'agents de la défense civile, ainsi que par des caméras de surveillance mises en place par les autorités saoudiennes pour prévenir toute bousculade.

"Un rêve de plusieurs années"

"C'est le moment de se purifier des péchés commis pendant des années", se félicite Daoud Baev, un Kazakh de 66 ans, alors que Morched Khan, un Pakistanais de 27 ans, joue des coudes pour aider sa mère de 70 ans à lancer ses cailloux. "Grâce à Dieu, notre rêve se réalise enfin", dit-il en pleurs. Des accidents arrivent aussi: touché par un caillou, Mohamed Islam, un Egyptien de 33 ans, a été blessé à la tête pour s'être trop approché du site de lapidation. "C'est une blessure légère, sans gravité", dit-il à l'AFP en se retirant du site.

Abdallah Nour, un Indonésien, dit avoir "réussi à effectuer le rite de la lapidation tôt le matin, évitant les encombrements". "Je suis heureux d'avoir réalisé un rêve de plusieurs années". La tradition veut qu'on jette sept pierres le premier jour d'Al-Adha sur la grande stèle, un pilier de 30 mètres de haut, et 21 pierres le lendemain et le surlendemain sur la grande, la moyenne et la petite.
Les fidèles avaient ramassé jeudi soir ces cailloux à Mouzdalifa, près de La Mecque, après avoir passé une journée de prière et de recueillement sur le Mont Arafat, moment fort du hajj.

La lapidation de Satan, un exercice à haut risque en raison de la forte densité de pèlerins convergeant vers le même lieu, a été marquée ces dernières années par des bousculades mortelles avant que les autorités n'aménagent le site. Les fidèles y accèdent désormais par un pont sur plusieurs niveaux et la police veille à maintenir la fluidité de la circulation.

Selon les autorités, 168.000 agents de police et de la défense civile ont été mobilisés pour le hajj auquel participent cette année plus de 1,75 million de musulmans arrivés de l'étranger, outre les fidèles du royaume saoudien, estimés généralement à environ 700.000. Le roi Abdallah, qui recevait à Mina les voeux des responsables saoudiens, a évoqué l'instabilité dans la région et exhorté ses officiers de la sécurité à "agir contre tous ceux qui oseraient nuire à la sécurité, l'unité et la souveraineté" du royaume.

Aucun incident majeur

Après la lapidation, les pèlerins sont supposés immoler une bête pour commémorer le sacrifice du prophète Abraham, qui selon la tradition musulmane s'était montré prêt à tuer son fils Ismaël à la demande de Dieu, mais avait finalement sacrifié un mouton grâce à l'intervention de l'ange Gabriel. En réalité, les pèlerins achètent des bons auprès des autorités saoudiennes qui se chargent d'immoler les bêtes et de congeler les carcasses avant de les envoyer sous forme d'aide aux nécessiteux dans les pays musulmans.

Après le rituel de la lapidation, les fidèles se rendent à La Mecque pour tourner autour de la Kaaba, construction cubique au centre de la Grande mosquée, avant de se livrer à la déambulation entre Safa et Marwa.

Le pèlerinage, qui a débuté mercredi, se déroule sans encombres. "Le hajj se passe normalement et de la bonne manière", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Mansour al-Turki. La situation sanitaire est aussi "excellente", a affirmé le porte-parole du ministère de la Santé, Khaled Mirghalani, ajoutant à l'AFP qu'"aucun cas d'épidémie n'a été enregistré".
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Terrorisme : qui sont les groupes jihadistes attirés par l'État islamique en Afrique ?

Terrorisme : qui sont les groupes jihadistes attirés par l'État islamique en Afrique ?

Alors que 30 personnes, en majorité des militaires, sont mortes aujourd'hui dans des attaques de la branche égyptienne de l'État islamique (EI) dans le Sinaï, tour d'horizon des groupes jihadsites attir&e[...]

Algérie : Rafik Khalifa devant ses juges en mars

Le procès de l'ancien milliardaire Rafik Khalifa se tiendra en mars devant le tribunal de Blida, selon des sources judiciaires à Alger.[...]

Interactif : où doit-on payer le plus cher en Afrique pour être candidat à la présidentielle ?

Dans la réforme électorale engagée en RDC, la caution exigée pour prendre part à la présidentielle a été revue à la hausse. Une démarche très[...]

Quand un hebdomadaire marocain compare François Hollande à Hitler

François Hollande grimé en Adolf Hitler à la une d'un hebdomadaire marocain paru jeudi. Un photomontage qui tombe sous le coup de la loi et qui pourrait, s'il ne faisait pas l'objet de poursuites judiciaires,[...]

Le patron du fisc marocain prend la tête de la CDG

Le nom du nouveau directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion est désormais connu. Il s'agit d'Abdellatif Zaghnoun, actuel directeur général des impôts. Pur produit[...]

ONU : vers la délocalisation des négociations interlibyennes... en Libye ?

Les négociations interlibyennes, qui se déroulent actuellement à Genève, pourraient se délocaliser en Libye, du moins si les conditions de sécurité y sont "suffisantes",[...]

Abdellah Taïa, une errance parisienne

Tourmenté, l'écrivain Abdellah Taïa semble l'être autant que les personnages de son nouveau roman, une prostituée et un transsexuel exilés en France. Comme eux, il poursuit une longue[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Ils sont restés chez eux, trop occupés par leurs affaires internes. Plusieurs poids lourds du continent ne seront pas sur la photo de famille du 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union[...]

Tunisie : la demi-surprise du chef

En désignant Habib Essid, un technocrate indépendant, au poste de Premier ministre, le président se prémunit contre l'accusation de monopolisation du pouvoir par un seul parti.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121027174402 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121027174402 from 172.16.0.100