Extension Factory Builder
27/10/2012 à 17:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La quasi-totalité des salariés de Dar Assabah réclame le départ du patron du groupe. La quasi-totalité des salariés de Dar Assabah réclame le départ du patron du groupe. © AFP

Le gouvernement tunisien, dominé par le parti islamiste Ennahdha, entretient l'ambiguïté sur sa vision des médias, alternant promesses de respect de la liberté de la presse et discours menaçants.

Le gouvernement tunisien, dominé par le parti islamiste Ennahdha, entretient l'ambiguïté sur sa vision des médias, alternant promesses de respect de la liberté de la presse et discours menaçants. Confrontées à une grève sans précédent des journalistes le 17 octobre, les autorités ont promis de céder sur une revendication-clé: appliquer deux décrets vieux d'un an, l'un organisant la liberté d'expression et l'autre mettant en place un organe indépendant pour réguler l'audiovisuel.

Mais une semaine après cette annonce, la profession est toujours en attente d'un calendrier, et les ONG ont demandé au gouvernement de faire preuve de clarté. "Cette annonce est en tant que telle positive, même si elle arrive tardivement (...) Toutefois, il est urgent que le gouvernement précise le calendrier relatif à l'application de ces décrets-lois, ainsi que si leur adoption est définitive ou temporaire", relevait mardi Reporters Sans Frontières.

Par ailleurs, le bras de fer se poursuivait toujours entre les autorités et plusieurs médias publics qui accusent leurs nouvelles directions, nommées par le gouvernement, d'être soumises aux islamistes. Le conflit le plus âpre concerne le groupe Dar Assabah, qui publie les quotidiens Le Temps (en français) et Assabah (en arabe). Des journalistes y ont mené deux grèves de la faim depuis début octobre.

Les rédactions réclament le limogeage de leur directeur général, nommé en août. Si elles espèrent un accord la semaine prochaine, plusieurs compromis sont déjà tombés à l'eau face au refus du pouvoir de révoquer le patron du groupe. Dernière polémique en date, le gouvernement a annulé à la dernière minute des négociations le 19 octobre. "Ce comportement est inacceptable. Mais jamais nous ne renoncerons à notre combat pour la liberté de la presse", a déclaré à l'AFP Sana Farhat, journaliste au Temps et déléguée syndicale.

Des "erreurs" commises

Ces rédactions, contrôlées jusqu'à la révolution de 2011 par la famille du président déchu Ben Ali, ont reçu le soutien des défenseurs tunisiens des droits de l'Homme qui craignent que le gouvernement actuel ne cherche à en faire les porte-voix de sa politique. "Je suis fier de ce que font les journalistes de Dar Assabah, mais aussi je suis un peu triste qu'on en arrive après le 14 janvier (2011, date de la fuite de Ben Ali) à ce point-là", a estimé Mokhtar Trifi, président d'honneur de la Ligue tunisienne des droits de l'Homme.

Les islamistes assurent pour leur part contre vents et marées que leur objectif n'est pas de contrôler la ligne éditoriale des médias publics, mais de les purger des tenants du régime déchu de Zine El Abidine Ben Ali. Ainsi, une députée du parti Ennahdha, Halima Konni, s'est emportée à la tribune de l'Assemblée nationale constituante (ANC), accusant les "journalistes de soutenir la contre-révolution et d'appuyer le retour de Ben Ali et de tous ceux qui ont bafoué les droits du peuple".

Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), que Mme Konni a aussi vivement critiqué, a dénoncé ces propos "dangereux", y voyant "une campagne tendancieuse qui vise les journalistes". Le président de l'ANC, Mustapha Ben Jaafar, a pour sa part reconnu dans un récent entretien à l'AFP que des "erreurs" avaient été commises par les autorités, mais que la liberté de la presse n'en est pas pour autant menacée.

"Objectivement, lisez, ouvrez les télévisions, jamais la Tunisie ne pouvait même imaginer il y a deux ans qu'on pourrait vivre une telle liberté", a souligné cet allié laïque des islamistes. "On est insulté presque par la presse et ça se passe dans l'impunité totale", a-t-il ajouté.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le m�me sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Tunisie : l'école, premier rempart contre l'obscurantisme

Pourquoi tant de jeunes éduqués, comme l'un des tueurs du Musée du Bardo, partent combattre en Syrie ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la faillite du système[...]

Racisme en Tunisie : Saadia Mosbah, l'indignée

De retour d'une tournée dans le Sud, l'égérie tunisienne de la lutte contre le racisme appelle à un débat national, mais peine à se faire entendre.[...]

Tunisie : le festival "Jazz à Carthage", la culture à cor et à cri

Initialement prévue pour le 8 avril, le festival de musique tunisien "Jazz à Carthage" débutera finalement le 10 avril. En cause, l’annulation de plusieurs artistes américains, qui[...]

Tunisie : haro sur les médias français

Tropisme pro-islamiste, racolage, sensationnalisme... Les griefs du camp moderniste contre les journalistes de l'Hexagone sont symptomatiques.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121027171943 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121027171943 from 172.16.0.100