Extension Factory Builder
21/10/2012 à 17:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Laurent Fabius, le 15 octobre 2012 au Luxembourg. Laurent Fabius, le 15 octobre 2012 au Luxembourg. © AFP

La France souhaite conclure un "partenariat stratégique" avec l'Algérie à l'occasion de la visite, en décembre, du président François Hollande dans ce pays, mais pas un "traité d'amitié", que "ne souhaitent pas" les Algériens, a déclaré dimanche le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.

"Nos amis algériens ne souhaitent pas qu'on rentre dans ce type d'instrument juridique. Ils veulent un partenariat stratégique avec nous et c'est aussi notre approche", a affirmé M. Fabius au "Grand Rendez-vous" Europe 1/i-Télé/Le Parisien.

Dans un entretien au Journal du Dimanche, le ministre délégué aux Anciens Combattants, Kader Arif, avait pour sa part dit "espérer" que le traité franco-algérien "portera le nom de traité d'amitié".

"Je pense que ce concept ne sera pas retenu", a dit M. Fabius.

Pas de repentance

Il a par ailleurs réaffirmé que ce voyage du président Hollande ne donnerait pas lieu à une repentance de la France sur son passé colonial. "Les Algériens ne souhaitent absolument pas qu'on fasse un voyage tourné vers le passé", a-t-il affirmé.

Le partenariat stratégique est souhaité par Paris dans les domaines économique, éducatif, énergétique, "pourquoi pas en matière militaire", a dit Laurent Fabius.

"C'est ça qui va être l'objet de ce voyage" en décembre, a-t-il ajouté, soulignant avoir sollicité l'aide de l'ancien Premier ministre UMP Jean-Pierre Raffarin "sur quelques dossiers économiques". Il n'a pas donné de précision.

Bon connaisseur de l'Algérie, Jean-Pierre Raffarin avait été chargé de plusieurs missions dans ce pays par l'ancien président Nicolas Sarkozy, encore en début d'année pour faire avancer des partenariats concernant les trois industriels français Renault, Lafarge et Total. Ces trois "gros dossiers" sont considérés comme "stratégiques" dans le partenariat franco-algérien et avancent lentement, disait en janvier l'entourage de l'ex-Premier ministre François Fillon.

Alger avait indiqué fin juin qu'il espérait signer dans un délai de trois mois un pacte d'actionnaires avec Renault pour la création d'une société commune, afin de construire une usine automobile dans l'ouest de l'Algérie. Le constructeur français négocie depuis plus de deux ans l'implantation d'une usine en Algérie.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a appelé samedi à tourner la page de la crise diplomatique entre son pays et la France, confirmant un plein rétablissement de [...]

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121021175649 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121021175649 from 172.16.0.100