Extension Factory Builder
21/10/2012 à 16:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Marocain Ahmed Haou, ex-condamné à mort. Le Marocain Ahmed Haou, ex-condamné à mort. © AFP

Dans les couloirs de la mort, l'attente devient "une torture quotidienne" et l'exécution de la peine capitale "une délivrance", selon des témoignages d'anciens condamnés recueillis par l'AFP, en marge d'un congrès régional inédit à Rabat.

"J'ai passé 10 ans dans le couloir de la mort au Maroc, où le plus dur a été l'attente", a déclaré à l'AFP Ahmed Haou, ex-condamné à mort, en marge de ce congrès qui a réuni de jeudi à samedi plusieurs centaines d'officiels et de représentants de la société civile d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient (Mena).

"Dans le quartier B, qui est le couloir de la mort de la prison de Kenitra (à 40 km au nord de Rabat), il règne un silence terrible. Au moindre bruit, votre coeur commence à battre et vous vous dites +ça y est, c'est l'heure+", a-t-il ajouté.

Arrêté pour des motifs politiques en 1983 à Casablanca, la plus grande ville du Maroc, M. Haou a été condamné à mort un an plus tard. En 1994, sous la pression internationale, il a été gracié par le roi Hassan II, le père de l'actuel monarque, Mohammed VI.

"Dans les autres quartiers de la prison, l'ouverture de la porte d'une cellule est synonyme d'espoir et de liberté. Mais dans le couloir de la mort, un tel acte est synonyme de la fin et d'une peur indescriptible", selon M. Haou, qui a témoigné publiquement lors du congrès de Rabat.

"L'attente est alors une torture quotidienne et, à force d'attendre, l'exécution de la peine devient une délivrance", a-t-il conclu.

Au Maroc, où il existe un moratoire de facto depuis 1993, une centaine de condamnés attend encore dans les "couloirs de la mort".

Aucun pays arabe n'a à ce jour aboli la peine capitale, mais, présent jeudi à Rabat, l'ambassadeur français pour les droits de l'Homme, François Zimeray, a jugé que le Maroc était en mesure de jouer un "rôle d'éclaireur".

Dans leur combat pour l'abolition, des ONG locales s'appuient aussi sur la nouvelle constitution adoptée en 2011, qui consacre le "droit à la vie".

"Innocente"

Un autre condamné à mort a témoigné à Rabat, ou plutôt une ex-condamnée: Antoinette Chahine, une Libanaise d'une quarantaine d'années, qui a passé deux ans dans le couloir de la mort à Beyrouth, après une condamnation pour "meurtre" en 1997.

"L'attente est ce qu'il y a de plus dur", a dit à l'AFP Mme Chahine, d'après qui, "au Liban, les femmes condamnées à mort ne sont pas exécutées, mais aucune loi ne le mentionne explicitement".

"Malgré tout, l'attente était terrible, avant que le tribunal ne décide de mon acquittement, sous la pression internationale", a-t-elle expliqué.

"L'incertitude fait de chaque instant une torture insupportable. Si ma condamnation à mort avait eu lieu, la justice aurait tué une innocente. C'est pour cela que j'ai fait de son abolition une de mes causes", a-t-elle renchéri.

Interrogé par l'AFP, M. Zimeray a aussi insisté sur les "réalités humaines". Même dans le cas d'un moratoire, "cela veut dire qu'il y a des gens dans le couloir de la mort qui subissent la torture de l'incertitude du lendemain", a-t-il noté.

La France a lancé une campagne internationale contre la peine de mort.

Selon Amnesty International, la région Mena connaît le taux le plus élevé d'exécutions dans le monde en comparaison avec le nombre d'habitants.
Dans un pays comme l'Arabie saoudite, il a été procédé à plus de 70 exécutions --la plupart par décapitation au sabre-- l'an dernier. Le viol, le meurtre, l'apostasie, le vol à main armée et le trafic de drogue sont passibles de la peine capitale dans le royaume saoudien.

Le congrès régional de Rabat a rassemblé des participants du Maghreb, mais aussi d'Egypte, d'Irak, du Liban ou encore du Yémen.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

CAN 2015 : Wilfried Bony emmène la Côte d'Ivoire en demi-finales

CAN 2015 : Wilfried Bony emmène la Côte d'Ivoire en demi-finales

Les Elephants ont éliminé l'Algérie, favori du tournoi, dans le choc de ces quarts de finale (3-1). Wilfried Bony, auteur d'un doublé, est l'homme providentiel de la Côte d'Ivoire, qui retrouvera [...]

Arabie saoudite : une militante poche de Raif Badawi libérée après trois mois de prison

Une militante saoudienne, qui avait co-fondé un forum de discussions sur internet avec le célèbre blogueur Raef Badaoui, a été libérée après trois mois de prison, a[...]

Alarab : la chaîne d'information du prince saoudien Al-Walid a commencé à émettre

La chaîne d'informations en continu Alarab du richissime prince saoudien Al-Walid ben Talal a commencé à émettre dimanche par satellite, entrant en compétition avec d'autres chaînes[...]

Abdel Fattah al-Sissi : "La lutte contre les jihadistes sera longue" en Égypte

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a estimé samedi que la lutte contre les jihadistes dans le Sinaï serait "longue et difficile", deux jours après des attentats contre les forces[...]

Leekens, sélectionneur de la Tunisie : "Il faut suspendre cet arbitre pour sauver la CAN 2015"

Georges Leekens, sélectionneur de la Tunisie, demande la suspension de l'arbitre mauricien Rajindraparsad Seechurn pour "sauver" la CAN-2015, après la polémique sur le penalty égalisateur de[...]

Tunisie-Guinée équatoriale : pour la fédération tunisienne, la décision de l'arbitre est presque un "viol"

Le chef de la délégation tunisienne en Guinée équatoriale, Hichem Ben Omrane, a évoqué en des mots très dur l'arbitrage de la rencontre Guinée équatoriale-Tunisie[...]

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

La France et le Maroc ont décidé samedi de "tourner la page" de près d'un an de brouille diplomatique, en rétablissant leur coopération judiciaire et anti-jihadiste, un[...]

CAN 2015 : la Guinée équatoriale élimine la Tunisie dans un parfum de polémique

Menée jusqu'à la 90e minute par la Tunisie, qui se dirigeait vers une victoire logique, la Guinée équatoriale a égalisé dans le temps additionnel sur un penalty inexistant. C'est Javier[...]

Égypte : la justice déclare "terroriste" le bras armé du Hamas palestinien

La justice égyptienne a classé samedi comme organisation "terroriste" la branche militaire du mouvement islamiste palestinien Hamas, le pouvoir au Caire l'accusant de soutenir une insurrection jihadiste[...]

CAN 2015 : Les trois atouts de la Guinée équatoriale avant les quarts

La Guinée équatoriale, pays hôte de la CAN 2015, va tenter de se qualifier pour la première fois pour les demi-finales du tournoi. Le rapport de force face à la Tunisie paraît à son[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121021162426 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121021162426 from 172.16.0.100