Extension Factory Builder
20/10/2012 à 16:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un Libyen passe devant un graffiti représentant Mouammar Kaddafi. Un Libyen passe devant un graffiti représentant Mouammar Kaddafi. © AFP

Le spectre de Mouammar Kadhafi hante toujours les nouvelles autorités libyennes qui ont estimé samedi que le pays n'a pas été totalement libéré de son régime, un an jour pour jour après la mort du dictateur déchu.

"La libération du pays n'a pas été complètement réalisée dans certaines régions", a déclaré le président de l'assemblée nationale libyenne, Mohamed al-Megaryef, citant en particulier la ville de Bani Walid, un des derniers bastions de l'ancien régime, théâtre depuis plusieurs jours d'affrontements meurtriers.
Dans un discours diffusé dans la nuit de vendredi à samedi, M. Megaryef a dressé un bilan sombre de la période post-Kadhafi, faisant état d'un "retard et une négligence" dans la formation d'une armée et d'une police, le contrôle des armes, et la non intégration des ex-rebelles dans les institutions de l'Etat.

Le chef de l'assemblée nationale a cité aussi un retard dans la réforme de la justice et dans le dossier de la réconciliation nationale.

Il a affirmé que "cette situation a attiré des Fouloul (restes) de l'ancien régime à l'intérieur du pays à s'infiltrer dans les organes de l'Etat et à comploter avec ceux qui sont à l'extérieur du pays contre la révolution et sa direction légitime".

"Cet état de faiblesse de l'autorité de l'Etat a profité à des personnes (...) et à des groupes, même s'ils n'ont pas de lien avec les Fouloul de (l'ancien) régime pour défier l'autorité, se livrer à des arrestations arbitraires, à la torture, au chantage et au pillage" du pays.

"Et ils ont osé même avoir leurs propres prisons", a-t-il déploré en allusion aux milices armées qui font la loi dans le pays depuis la chute de l'ancien régime.

Bani Walid a eu la part du lion de ces pratiques, a estimé M. Megaryef pour justifier l'opération militaire lancée contre cette ville accusée d'abriter et de protéger des anciens partisans purs et durs de l'ancien régime recherchés par la justice.

"Bani Walid est devenu un abri pour un grand nombre de hors-la-loi hostiles à la révolution et même à des mercenaires", a-t-il dit.

"Retour à la légitimité"

"Ce n'est pas une guerre d'extermination ou de nettoyage ethnique comme certains le prétendent à tort mais une campagne pour le retour à la légitimité et pour rétablir la sécurité et la stabilité" dans la ville.

Plus d'une quinzaine de personnes sont mortes à Bani Walid cette semaine dans des bombardements menés par des groupes d'ex-rebelles opérant pour le compte de l'armée libyenne.

La menace d'un assaut pesait depuis plusieurs semaines sur Bani Walid à la suite de la mort d'un ex-rebelle de Misrata, enlevé et torturé dans la ville, qui a exacerbé les tensions entre Misrata et Bani Walid, cités voisines et rivales historiques, ayant choisi des camps opposés lors du conflit l'an dernier.

L'assemblée nationale, la plus haute autorité politique du pays avait alors exigé le 25 septembre des ministres de la Défense et de l'Intérieur qu'ils trouvent les auteurs de l'enlèvement de l'ex-rebelle de Misrata, mort après des semaines de détention, et qu'ils arrêtent d'autres personnes recherchées par la justice.

Depuis, la ville est assiégée par des brigades d'ex-rebelles. Mais les dignitaires de Bani Walid refusent l'entrée de ces "milices hors-la-loi" et mettent en doute la neutralité de l'"armée nationale" qui n'existe pas encore selon eux.

Une attaque menée mercredi contre cette oasis, faisant au moins onze mort, avait suscité la confusion: alors que la brigade qui a mené l'assaut affirme avoir agi sous les ordres du chef d'état-major, celui-ci a démenti tout ordre en ce sens.

Dans son discours, M. Megaryef a estimé que les forces armées "relevaient des autorités légitimes", ouvrant ainsi implicitement la voie à une attaque de plus grande envergure à Bani Walid.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Trois ans après Kadhafi, les Libyens entre déception et peur

Trois ans après Kadhafi, les Libyens entre déception et peur

Le 20 octobre 2011 chutait Mouammar Kadhafi. Trois ans plus tard, nombre de Libyens sont déçus, tant le pays est plongé dans le chaos et livré aux milices.[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar au Tchad et la défaite finale de Ouadi Doum

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce quatrième et avant-dernier billet de[...]

Libye : 75 morts en moins d'une semaine dans les combats de Benghazi

Neuf personnes ont été tuées dimanche dans de nouvelles violences à Benghazi, portant à 75 le bilan des morts depuis le début d'une offensive contre les groupes islamistes qui[...]

Libye : les États-Unis et des pays européens réclament la fin des combats

Les Etats-Unis et les grandes puissances d'Europe occidentale ont réclamé samedi la "fin immédiate" des combats en Libye, où des forces gouvernementales ont lancé des[...]

Libye : Abdelhakim Belhadj prend du galon

Ancien opposant à Kadhafi, l'islamiste nationaliste Abdelhakim Belhadj  s'impose comme un interlocuteur incontournable au milieu du chaos libyen.[...]

Libye : au moins 17 morts en 24 heures à Benghazi

Au moins 17 personnes ont été tuées en 24 heures dans les affrontements à Benghazi, selon une source hospitalière.[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar (suite)

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce troisième billet de blog, Laurent[...]

Attaque du consulat américain de Benghazi : Ahmed Abou Khattala encourt la peine de mort

Un jury américain a prononcé mardi une nouvelle série d'inculpations à l'encontre d'Ahmed Abou Khattala, le cerveau présumé de l'attaque du consulat américain de Benghazi, en [...]

En Libye, à quoi joue le Soudan ?

À Tobrouk, les autorités libyennes regardent toujours Karthoum de travers...[...]

En Libye, Ban Ki-moon appelle à un cessez le feu et incite au dialogue

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé samedi à la fin des hostilités en Libye, au cours d'une visite éclair destinée à donner un coup de pouce au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers