Extension Factory Builder
20/10/2012 à 11:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des mineurs grévistes sur le site KDC West le 11 septembre 2012. Des mineurs grévistes sur le site KDC West le 11 septembre 2012. © AFP

Le groupe minier sud-africain Gold Fields a menacé vendredi de licencier 8.500 grévistes de KDC East, son dernier site encore en grève au sud-ouest de Johannesburg, s'ils ne retournent pas pointer d'ici mardi, dans un communiqué.

"Gold Fields a le regret d'annoncer qu'environ 8.500 des 12.500 employés de KDC East (anciennement Mine d'or Kloof), qui mènent une grève sauvage depuis le 14 octobre 2012, ne sont pas encore revenus au travail", a écrit la direction.

Le groupe a donc "lancé un dernier ultimatum aux salariés toujours en grève à KDC East, qui doivent se présenter au travail en commençant par le quart de nuit le lundi 22 octobre 2012 et les quarts du matin et de l'après-midi du lendemain, mardi 23 octobre 2012, sous peine de licenciement immédiat", a-t-elle ajouté.

Le numéro quatre mondial de l'or a obtenu jeudi le retour au travail de la grande majorité des employés de ses autres sites de KDC West, et Beatrix (centre) en les menaçant également de licenciement.

11 000 employés reprennent leur poste

Les 11.000 employés, qui ont répondu à cet ultimatum jeudi à KDC West, étaient à leur poste vendredi malgré les menaces lancées par certains grévistes, a indiqué à l'AFP le porte-parole Sven Lunsche.

Quant aux 1.500 mineurs dont Gold Fields a annoncé le licenciement jeudi car ils n'étaient pas allés pointer, "plusieurs centaines" ont fait appel vendredi, et "une bonne partie d'entre eux devraient revenir" travailler, a-t-il dit.

Le premier ultimatum de Gold Fields ne concernait pas KDC East, car la grève sauvage y a démarré plus tard et n'avait pas encore été interdite par la justice, a précisé le groupe.

Les grévistes demandaient essentiellement de fortes augmentations.

Les mineurs qui sont retournés au travail ou y retourneront bénéficient des primes et avantages proposés la semaine dernière par la Chambre des mines pour tenter de mettre fin au conflit qui s'était étendu à la plupart des mines d'or d'Afrique du Sud. Gold Fields emploie environ 36.000 personnes du pays.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : les députés partent en campagne contre la xénophobie

Afrique du Sud : les députés partent en campagne contre la xénophobie

Les députés sud-africains ont décidé de ne pas siéger la semaine prochaine pour faire campagne contre la xénophobie dans leurs circonscriptions après les violences ayant fait au m[...]

Tour de France : MTN-Qhubeka s'échauffe pour la Grande Boucle

Ils y sont arrivés. MTN-Qhubeka est la première équipe cycliste africaine à avoir été invitée au Tour de France (du 4 au 26 juillet 2015). Pourtant, le pari n’était[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Afrique du Sud : l'armée déployée à Johannesburg pour prévenir de nouvelles violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a annoncé mardi le déploiement imminent de l’armée pour maintenir l’ordre dans le township d'Alexandra à Johannesburg et assister la police dans la lutte contre[...]

Afrique du Sud : quand le roi de la nation zouloue dérape...

En sommant les étrangers de "quitter le pays", Goodwill Zwelithini, le roi de la nation zouloue, a mis le feu aux poudres. Depuis, il a démenti ses propos. Trop tard...[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : au secours, l'apartheid revient !

Les violences survenues à Durban ne sont pas un fait isolé. Cela fait des années que les migrants africains sont pris pour cible. Et que, sur fond de difficultés économiques, le poison de[...]

Afrique du Sud : le gouvernement promet de punir les auteurs des violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a promis dimanche de punir les auteurs des violences xénophobes qui ont fait au moins sept morts depuis début avril, alors que le Malawi et le Zimbabwe s'apprêtaient à[...]

Afrique du Sud : le président Zuma invite les immigrés à rester

Après une nouvelle nuit de pillages à Johannesburg, le président Jacob Zuma a annulé un voyage en Indonésie et s'est rendu samedi auprès de victimes de violences xénophobes, afin[...]

Afrique du Sud : Zuma annule un voyage après de nouvelles violences xénophobes

Le président sud-africain Jacob Zuma a annulé samedi un voyage à l'étranger après une nouvelle nuit de violences xénophobes perpétrées par des casseurs et pilleurs, qui[...]

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Depuis trois semaines, des violences xénophobes secouent l’Afrique du Sud. Une situation qui a déjà fait six morts et plus de 5 000 déplacés.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121020105521 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121020105521 from 172.16.0.100