Extension Factory Builder
20/10/2012 à 10:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bosco Ntaganda, alors chef du CNDP (Congrès national pour la défense du peuple), en 2009. Bosco Ntaganda, alors chef du CNDP (Congrès national pour la défense du peuple), en 2009. © AFP

Le Conseil de sécurité de l'ONU a exprimé vendredi son "soutien total" aux experts de l'ONU qui accusent Kigali et Kampala d'armer la rébellion en RDCongo et a menacé implicitement de prendre des sanctions contre de hauts responsables de ces deux pays.

Dans une déclaration, le Conseil condamne fermement "tout appui extérieur" apporté au mouvement rebelle congolais M23 par des "pays voisins" et exige que ces ingérences cessent sous peine de sanctions, en référence implicite au Rwanda et à l'Ouganda.

Le Conseil "exprime son soutien total" à ses experts qui ont accusé formellement dans un rapport confidentiel les deux pays de continuer à armer le M23 ce que Kigali comme Kampala démentent catégoriquement.

Il se dit prêt à prendre des "sanctions ciblées" contre les dirigeants du M23 et "ceux qui violent le régime de sanctions et l'embargo sur les armes" auxquels est soumise la République démocratique du Congo (RDC), ce qui pourrait l'amener à sanctionner notamment le ministre rwandais de la Défense mis en cause directement dans le rapport des experts de l'ONU.

Il demande aux pays membres de soumettre "d'urgence" des listes de personnes ou d'entités à sanctionner.

Le Conseil "exprime son soutien total au groupe d'experts de l'ONU du comité 1533", qui ont rédigé ce rapport accablant pour le Rwanda et l'Ouganda, et demandent aux pays de la région de renforcer leur coopération" avec ces experts. Ce rapport doit être soumis formellement au Conseil le mois prochain.

Cette prise de position très ferme intervient au lendemain de l'élection par l'Assemblée générale de l'ONU du Rwanda comme membre non permanent du Conseil de sécurité, pour un mandat de deux ans commençant en janvier prochain.

"Ferme condamnation de tout appui extérieur au M23"

Le Conseil "réitère sa ferme condamnation de tout appui extérieur au M23 et à cet égard, exprime sa grave inquiétude face aux informations indiquant qu'un tel appui continue d'être fourni au M23 par des pays voisins". Les 15 membres du Conseil "exige que cet appui extérieur au M23 et à d'autres grouopes armés cesse immédiatement", sans toutefois mettre en cause nommément le Rwanda et l'Ouganda.

Le Conseil demande à tous les pays de la région de "coopérer activement" avec le gouvernement congolais pour désarmer le M23 et les autres groupes armés qui opérent dans la région.

Le rapport de l'ONU, dont l'AFP a eu copie, conclut que les gouvernements rwandais et ougandais continuent de soutenir militairement et politiquement le M23, allant même jusqu'à affirmer que la rebellion est commandée "de facto" par le ministre rwandais de la défense, le général James Kabarabe.

Le Mouvement du 23 mars (M23) est formé par d'anciens rebelles qui, après avoir été intégré en 2009 dans l'armée congolaise, se sont ensuite mutinés et affrontent depuis mai dernier l'armée régulière de la RDC.

Dans sa déclaration, le Conseil demande aussi au secrétariat général de l'ONU de lui faire des propositions pour "renforcer les capacités de la Monusco (Mission de l'ONU en RDCongo) à remplir son mandat", y compris pour surveiller le "flot d'armes et de matériel" militaire qui passe par les frontières est de la RDC. Celles-ci bordent le Rwanda et l'Ouganda.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : l'affaire Muyambo, arnaque ou manipulation politique ?

RDC : l'affaire Muyambo, arnaque ou manipulation politique ?

L'ex-bâtonnier du barreau de Lubumbashi Jean-Claude Muyambo est détenu depuis le 20 janvier à Kinshasa. La justice congolaise l'accuse d'avoir vendu un immeuble qui ne lui appartenait pas. L'intéress&e[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

RDC 

Interview : "Même exilé à Paris, Filimbi continue la lutte pour la démocratie en RDC"

Trois des fondateurs du mouvement citoyen congolais Filimbi (RDC) viennent de s’exiler en Europe, après s’être cachés pendant plusieurs semaines à Kinshasa pour fuir la répression[...]

RDC - Massacre de civils à Beni : que font l'armée et la Monusco ?

Dix-neuf personnes ont été tuées à la machette mercredi à Beni, territoire de l'est de la RDC où des massacres de civils ont lieu depuis plus de six mois. Une situation qui perdure[...]

RDC : Filimbi et les Américains

Les États-Unis ont-ils financé les activistes de Filimbi ? Barack Obama a répondu à Joseph Kabila en l'appelant au lendemain de la présidentielle nigériane...[...]

RDC : bientôt un (nouvel) "enterrement groupé" de cadavres conservés à la morgue de Kinshasa

Pour éviter une nouvelle polémique après celle qui a suivi la découverte d'une fosse commune à Maluku, dans la banlieue de Kinshasa, les autorités congolaises ont annoncé lundi[...]

RDC : l'Union européenne veut une enquête urgente sur la fosse commune

L'Union européenne a appelé vendredi à ce qu'une enquête urgente soit menée sur la fosse commune découverte près de Kinshasa et qui suscite de nombreuses questions en[...]

Charnier de Maluku en RDC : Tshisekedi dénonce les "escadrons de la mort" de Kabila

Étienne Tshisekedi, le président de l'UDPS (opposition), a signé depuis Bruxelles un communiqué très violent à l'égard du pouvoir en RDC, suite à la découverte d'une[...]

RDC : Filimbi a-t-il un avenir ?

La répression des autorités de Kinshasa et le discrédit de la classe politique congolaise pourraient ouvrir un boulevard au tout jeune mouvement citoyen Filimbi.[...]

RDC : que faire de Mathieu Ngudjolo Chui, l'acquitté indésirable de la CPI ?

Acquitté des charges de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale (CPI) le 27 février 2015, le Congolais Mathieu Ngudjolo Chui embarrasse. Toujours en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121020103340 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121020103340 from 172.16.0.100