Extension Factory Builder
20/10/2012 à 10:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une route menant à la ville libyenne de Bani Walid, le 11 sept 2011. Une route menant à la ville libyenne de Bani Walid, le 11 sept 2011. © AFP

Au moins deux personnes, dont un adolescent, sont mortes vendredi dans des bombardements menés des groupes d'ex-rebelles opérant pour l'armée libyenne sur la ville de Bani Walid, un ancien bastion du régime déchu de Mouammar Kadhafi, selon une source médicale.

"Nous avons récupéré les corps sans vie de deux personnes ainsi que seize blessés", a déclaré le directeur-adjoint de l'hôpital de Bani Walid, Abdallah al-Mansouri.

Les deux personnes décédées sont un adolescent de 13 ans et un quinquagénaire, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, selon la même source, "les bombardements sont toujours en cours et le bilan pourrait s'aggraver".

Le commandant militaire de la ville, Salem al-Waer, a indiqué de son côté que les bombardements s'intensifiaient.

"Cinq personnes ont été tuées et plus de 40 maisons détruites par des tirs de roquettes et des obus de mortier", a-t-il déclaré par téléphone à l'AFP.

Combats

Les heurts entre les combattants de Bani Walid et les groupes d'ex-rebelles de Misrata se concentrent dans les environs de la ville, notamment dans la vallée proche de Mardoum, a-t-il dit, en précisant que ses hommes "contrôlent la ville".

Une attaque lancée mercredi par les groupes d'ex-rebelles opérant sous la bannière de l'armée libyenne avait fait au moins 11 morts et des dizaines de blessés, selon des sources locales.

La brigade Bouclier de la Libye, qui dépend du ministère de la Défense, affirme avoir reçu des instructions pour avancer mercredi vers Bani Walid, tandis que le porte-parole du chef d'état-major, le colonel Ali al-Chikhi, a démenti qu'un un ordre en ce sens ait été donné.

Jeudi, les affrontements ont empêché Mohamed Megaryef, le président du Congrès général national (CGN), la plus haute autorité politique du pays, d'entrer dans Bani Walid, où il devait tenter de négocier un compromis avec les chefs tribaux et militaires.

L'attaque de mercredi a coïncidé avec le premier anniversaire de l'annonce de la "libération" de Bani Walid, une ville accusée d'avoir appuyé le régime de Mouammar Kadhafi durant la révolution de 2011.

Elle était tombée aux mains des rebelles le 17 octobre 2011, trois jours seulement avant la chute du régime, après la mort du défunt dictateur dans sa ville natale de Syrte.

"Purger"

Depuis plusieurs mois, les rebelles accusent la ville d'abriter des criminels et des partisans de l'ancien régime recherchés par la justice, et appellent à la "purger".

La menace d'un assaut pesait depuis plusieurs semaines sur Bani Walid à la suite de la mort d'un ex-rebelle de Misrata, Omran Ben Chaabane, 22 ans, enlevé et torturé dans la ville.

Ce décès a exacerbé les tensions entre Misrata et Bani Walid, cités voisines et rivales historiques, qui ont choisi des camps opposés lors du conflit l'an dernier.

Les dignitaires de Bani Walid refusent aujourd'hui l'entrée de "milices hors-la-loi" et mettent en doute la neutralité de l'"armée nationale" qui n'existe pas encore selon eux.

Ils redoutent un sort similaire à celui de Touarga, dont les habitants accusés d'avoir participé aux exactions de l'ancien régime contre Misrata durant le conflit de 2011, avaient été chassés de chez eux et leurs maisons détruites et brûlées.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Racisme : les Libyens et immigrés noirs, boucs émissaires des milices

Racisme : les Libyens et immigrés noirs, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Le groupe jihadiste qui a enlevé les diplomates tunisiens en Libye diffuse une vidéo

Mohamed Ben Cheikh, employé de l'ambassade de Tunisie en Libye, avait été enlevé le 21 mars à Tripoli. Un mois plus tard, un groupe jihadiste a publié une vidéo dans laquelle[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, selon une source des services de sécurité.[...]

Libye : Ibrahim al-Jadhran, un milicien exigeant

Ibrahim al-Jadhran, qui bloque les terminaux pétroliers de Cyrénaïque depuis août 2013, a conclu un accord le 6 avril avec les autorités. Mais, selon ses proches, cet accord[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces