Extension Factory Builder
20/10/2012 à 10:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une route menant à la ville libyenne de Bani Walid, le 11 sept 2011. Une route menant à la ville libyenne de Bani Walid, le 11 sept 2011. © AFP

Au moins deux personnes, dont un adolescent, sont mortes vendredi dans des bombardements menés des groupes d'ex-rebelles opérant pour l'armée libyenne sur la ville de Bani Walid, un ancien bastion du régime déchu de Mouammar Kadhafi, selon une source médicale.

"Nous avons récupéré les corps sans vie de deux personnes ainsi que seize blessés", a déclaré le directeur-adjoint de l'hôpital de Bani Walid, Abdallah al-Mansouri.

Les deux personnes décédées sont un adolescent de 13 ans et un quinquagénaire, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, selon la même source, "les bombardements sont toujours en cours et le bilan pourrait s'aggraver".

Le commandant militaire de la ville, Salem al-Waer, a indiqué de son côté que les bombardements s'intensifiaient.

"Cinq personnes ont été tuées et plus de 40 maisons détruites par des tirs de roquettes et des obus de mortier", a-t-il déclaré par téléphone à l'AFP.

Combats

Les heurts entre les combattants de Bani Walid et les groupes d'ex-rebelles de Misrata se concentrent dans les environs de la ville, notamment dans la vallée proche de Mardoum, a-t-il dit, en précisant que ses hommes "contrôlent la ville".

Une attaque lancée mercredi par les groupes d'ex-rebelles opérant sous la bannière de l'armée libyenne avait fait au moins 11 morts et des dizaines de blessés, selon des sources locales.

La brigade Bouclier de la Libye, qui dépend du ministère de la Défense, affirme avoir reçu des instructions pour avancer mercredi vers Bani Walid, tandis que le porte-parole du chef d'état-major, le colonel Ali al-Chikhi, a démenti qu'un un ordre en ce sens ait été donné.

Jeudi, les affrontements ont empêché Mohamed Megaryef, le président du Congrès général national (CGN), la plus haute autorité politique du pays, d'entrer dans Bani Walid, où il devait tenter de négocier un compromis avec les chefs tribaux et militaires.

L'attaque de mercredi a coïncidé avec le premier anniversaire de l'annonce de la "libération" de Bani Walid, une ville accusée d'avoir appuyé le régime de Mouammar Kadhafi durant la révolution de 2011.

Elle était tombée aux mains des rebelles le 17 octobre 2011, trois jours seulement avant la chute du régime, après la mort du défunt dictateur dans sa ville natale de Syrte.

"Purger"

Depuis plusieurs mois, les rebelles accusent la ville d'abriter des criminels et des partisans de l'ancien régime recherchés par la justice, et appellent à la "purger".

La menace d'un assaut pesait depuis plusieurs semaines sur Bani Walid à la suite de la mort d'un ex-rebelle de Misrata, Omran Ben Chaabane, 22 ans, enlevé et torturé dans la ville.

Ce décès a exacerbé les tensions entre Misrata et Bani Walid, cités voisines et rivales historiques, qui ont choisi des camps opposés lors du conflit l'an dernier.

Les dignitaires de Bani Walid refusent aujourd'hui l'entrée de "milices hors-la-loi" et mettent en doute la neutralité de l'"armée nationale" qui n'existe pas encore selon eux.

Ils redoutent un sort similaire à celui de Touarga, dont les habitants accusés d'avoir participé aux exactions de l'ancien régime contre Misrata durant le conflit de 2011, avaient été chassés de chez eux et leurs maisons détruites et brûlées.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Libye : confusion à tous les étages

Libye : confusion à tous les étages

En décidant d'invalider le Parlement de Tobrouk, pourtant élu et reconnu par la communauté internationale, la Cour suprême a ajouté à la confusion ambiante. Et semé le troubl[...]

Libye - Fethi Benkhalifa : "Les Amazighs n'ont pas à choisir leur camp dans la guerre civile"

Fethi Benkhalifa, ex-président du Congrès mondial amazigh, s'est rendu à Paris. À cette occasion il a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" et de donner son [...]

Libye : l'administration Obama blanchie dans l'attaque de Benghazi

L'administration Obama n'a pas failli dans sa réponse à l'attaque du complexe américain de Benghazi, en Libye, qui avait fait quatre morts le 11 septembre 2012, a conclu une commission parlementaire dont le[...]

Libye : au moins quatre morts dans les combats entre les islamistes et les hommes de Khalifa Haftar

Selon des sources militaires libyennes, des combats ont opposé, dimanche, des milices islamistes aux partisans du général Khalifa Haftar, à Tripoli. Le premier bilan fait état d'au moins quatre[...]

Libye : au mois 356 morts en un mois de violences à Benghazi

Au moins 356 personnes ont péri à Benghazi depuis le lancement il y a un mois d'une nouvelle offensive du général Haftar pour tenter de reprendre cette ville de l'Est libyen tombée en juillet[...]

Libye : au mois 340 morts en un mois de violences à Benghazi

Au moins 340 personnes ont péri à Benghazi depuis le lancement il y a un mois d'une nouvelle offensive du général Haftar pour tenter de reprendre cette ville de l'est libyen tombée en juillet[...]

Libye : deux voitures piégées explosent près des ambassades d'Égypte et des Émirats

Les explosions de deux voitures piégées, jeudi, près des ambassades fermées d'Égypte et des Émirats arabes unis ont fait au moins trois blessés.[...]

Financement de la campagne de Sarkozy : retrouvailles houleuses entre Kanté et Dupuydauby

L'homme d'affaires malien Bany Kanté a fini par reconnaître devant les juges qu'il connaissait Jacques Dupuydauby, PDG de Progosa. C'est dans l'affaire du financement présumé de la campagne de Nicolas[...]

Libye : deux médecins ukrainiens libérés

Deux médecins ukrainiens enlevés en septembre en Libye ont été libérés, a annoncé samedi le ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavlo Klimkine, ajoutant que[...]

Libye : Abderrazak Nadhouri, sabre au clair contre les jihadistes

Nommé chef d'état-major de l'armée en août, ce quinquagénaire à l'allure débonnaire mène contre les jihadistes une guerre moins médiatisée que celle en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers