Extension Factory Builder
14/10/2012 à 18:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz en juin 2011. Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz en juin 2011. © AFP

Blessé par balle samedi soir lors d'un incident impliquant son armée, le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz a été hospitalisé près de Paris pour des soins complémentaires après avoir été opéré, avec succès selon lui,à Nouakchott.

Blessé par balle samedi soir lors d'un incident impliquant son armée, le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz a été hospitalisé près de Paris pour des soins complémentaires après avoir été opéré, avec succès selon lui,à Nouakchott.

M. Abdelaziz est un ancien général arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 2008, élu président en 2009, qui a fait du combat anti-terroriste sa priorité, ordonnant à son armée de mener des raids contre des bases d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au Mali en 2010 et 2011. Aqmi a menacé de le tuer.

Le chef de l'Etat mauritanien, 55 ans, a été admis à l'hôpital militaire Percy à Clamart (banlieue parisienne), a indiqué le ministère français de la Défense dimanche en fin d'après-midi. Il était apparu dimanche matin à la télévision nationale couché sur le dos, le corps recouvert d'un drap jusqu'au cou. A Nouakchott, des informations non confirmées de médias privés affirmaient qu'il aurait été touché au bras et/ou à l'abdomen.

"Je veux (...) tranquilliser tous les citoyens mauritaniens. Je les rassure que l'opération que j'ai subie hier soir (samedi) a été un succès grâce à l'efficacité de l'équipe médicale", a affirmé M. Ould Abdel Aziz, le visage pâle, mais s'exprimant d'une voix normale. "Je veux les rassurer sur ma santé après cet incident commis par erreur par une unité de l'armée sur une piste non goudronnée dans les environs de la localité de Tweila, à 40 km de Nouakchott", a-t-il ajouté.

Il a quitté Nouakchott à bord d'un avion médicalisé pour Paris afin d'y être hospitalisé pour des soins complémentaires, selon une source sécuritaire mauritanienne qui a ajouté que sa vie n'était pas en danger.

Interrogé en marge du sommet de la Francophonie à Kinshasa, le ministre mauritanien des Affaires étrangères, Hamadi Ould Hamadi, a estimé que la situation n'a rien d'inquiétant, ni pour le pays ni pour le président qui exerce la plénitude de ses pouvoirs. "Il a expliqué que le président avait été touché légèrement par un tir d'une unité de l'armée. C'est un poste de contrôle de l'armée mauritanienne qui est un poste mobile. Ils n'étaient pas informés de son passage", a-t-il affirmé.

Menacé de mort par Aqmi

Samedi, un responsable sécuritaire mauritanien avait rapporté à l'AFP la blessure de M. Aziz, légèrement touché au bras par une balle, tirée contre lui par un automobiliste qui l'a directement visé. Il avait précisé que le président s'était rendu à pied à l'hôpital militaire où il a reçu les premiers soins.

Cet hôpital de Nouakchott, devant lequel de nombreux Mauritaniens se sont rassemblés, a été sous surveillance de la garde présidentielle toute la nuit. C'était le seul dispositif sécuritaire visible jusqu'à dimanche matin dans la ville, où le calme régnait, a rapporté un journaliste de l'AFP.

L'Union pour la République (UPR, au pouvoir) a souhaité prompt rétablissement à M. Aziz. Un de ses plus farouches opposants, qui réclame son départ du pouvoir, Jemil Ould Mansour, chef du parti islamiste Tewassoul, lui a également souhaité une guérison rapide et bon retour parmi les siens.

En dépit des assurances officielles, l'incident suscitait des questions, d'autant que la Mauritanie a une histoire jalonnée de coups d'Etat militaires et que M. Aziz a été menacé de mort par Aqmi, qui l'accuse de mener pour la France une guerre par procuration contre ses combattants. Le président Aziz a engagé une lutte active contre Aqmi présent dans le Sahel, particulièrement en Mauritanie et au Mali voisin, y commettant attentats, enlèvements, essentiellement de ressortissants occidentaux, et divers trafics. Neuf Européens, dont six Français, sont actuellement otages d'Aqmi.

Depuis son arrivée au pouvoir, l'armée a réussi à empêcher plusieurs tentatives d'attentat, dont une le visant. La Mauritanie a mené en 2010 et 2011 des opérations militaires contre Aqmi dans le nord du Mali, une vaste région finalement tombée il y a plus de six mois aux mains de divers groupes armés et aujourd'hui totalement contrôlée par des groupes armés islamistes, dont Aqmi, qui y appliquent la charia (loi islamique).

Une opération militaire ouest-africaine soutenue par l'ONU est en préparation pour reconquérir le nord du Mali. Le président Aziz a dit que la Mauritanie n'y participerait pas avec des troupes au sol.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mauritanie

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

"Timbuktu" : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

Fils d'un Algérien et d'une Tunisienne, le comédien Abel Jafri incarne un fondamentaliste complexe dans "Timbuktu", le film d'Abderrahmane Sissako remarqué lors du Festival de Cannes.[...]

Karim Miské, talent sans frontières

Tantôt à Nouakchott, tantôt à Paris. Une caméra dans une main, un stylo dans l'autre. L'écrivain et documentariste franco-mauritanien Karim Miské explore depuis vingt-cinq ans[...]

Traversées mauritanides : les mots pour le lire

Mi-décembre se tiendra la 5e édition du festival Traversées mauritanides à Nouakchott et à Nouadhibou. Une plongée au coeur des lettres francophones et arabophones.[...]

Mauritanie : Nouakchott croule sous les déchets

Depuis le mois de mai, le ramassage des ordures laisse à désirer à Nouakchott, devenu une véritable décharge à ciel ouvert. Face à ce désastre, des habitants se[...]

Mauritanie : entre les Flam le torchon brûle

Un an après le retour au pays de leurs leaders, les militants de la cause négro-mauritanienne des Forces de libération africaines de Mauritanie (Flam) s'entre-déchirent. Faut-il intégrer[...]

Mauritanie : roulez jeunesse !

Kane Limam Monza est auteur-interprète et fondateur du festival Assalamalekoum. Être jeune, en voilà une chance pour nous autres. Forts, fiers et dynamiques... Telle devrait être la donne.[...]

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz droit dans ses bottes

Mohamed Ould Abdelaziz ne s'en laisse pas conter, délègue peu et décide tout seul. Portrait d'un omniprésident Mauritanien qui semble décidé à faire de la lutte contre la[...]

Mauritanie - Ely Ould Mohamed Vall : "L'insécurité est flagrante, le pays est en ébullition"

Le cousin et néanmoins grand rival du chef de l'État ne trouve rien de positif dans l'action du gouvernement. Et ne se prive pas de le faire savoir.[...]

Mauritanie : le front du refus se dégarnit

Les principaux adversaires du régime ont boycotté le dernier scrutin présidentiel. Atteints par la limite d'âge, ils ne pourront se présenter en 2019. Et, pour le moment, aucun dauphin ne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers