Extension Factory Builder
14/10/2012 à 16:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président congolais Joseph Kabila au sommet de la Francophonie à Kinshasa le 13 octobre 2012. Le président congolais Joseph Kabila au sommet de la Francophonie à Kinshasa le 13 octobre 2012. © AFP

Le président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila a officiellement cloturé dimanche le sommet de la Francophonie à Kinshasa.

Le président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila a officiellement cloturé dimanche le sommet de la Francophonie à Kinshasa. "Je déclare que la 14ème conférence des chefs d'Etat et de gouvernement ayant le francais en partage est close. Rendez-vous à Dakar", a-t-il dit. Le prochain sommet de la Francophonie doit se tenir en 2014 au Sénégal.

Ce sommet qui a réuni une quinzaine de chefs d'Etats et de gouvernement s'est tenu samedi et dimanche à Kinshasa en présence notamment du président français François Hollande. L'organisation inernationale de la Francophonie s'y est engagée a soutenir résolument l'Afrique dans tous les domaines et a adopté une série de résolutions sur les crises africaines.

Les dirigeants des pays de la Francophonie ont notamment appelé le Conseil de sécurité des Nations unies à adopter des sanctions ciblées contre tous les responsables des exactions commises dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC). En publiant cette résolution, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a précisé qu'un de ses membres, le Rwanda, avait émis une réserve sur cette exigence.

Crimes de guerre

Un rapport de l'ONU avait récemment mis en cause le soutien accordé par des responsables militaires rwandais aux rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) qui s'opposent à l'armée congolaise dans l'est de la RDC, ce que Kigali dément. Le Rwanda a également rejeté un autre point de la résolution demandant que les auteurs de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité commis en RDC soient poursuivis en justice.

"Soulignons combien il importe que le gouvernement congolais s'emploie activement à poursuivre en justice les auteurs des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité commis dans le pays, et combien la coopération internationale s'impose en la matière", a insisté la Francophonie.

L'ancien seigneur de la guerre Bosco Ntaganda est notamment recherché depuis 2006 par la Cour pénale internationale. Tout comme lui, les principaux dirigeants militaires du M23 sont soupçonnés ou accusés de crimes de guerre commis avant la création du mouvement et se livrer aux mêmes pratiques depuis sa création, selon l'organisation de prévention des conflits ICG (International crisis group).

La résolution condamne globalement les violations massives des droits de l'homme et du droit humanitaire dans l'Est de la RDC, en particulier les meurtres de civils, le déplacement de populations, le recrutement d'enfants soldats et les violences sexuelles. Et elle pointe la responsabilité aussi bien des hutu rwandais des FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda) que des membres du M23, né il y a cinq mois d'une mutinerie d'officiers congolais tutsi, ex-rebelles.

FDLR et M23

"Tenons les dirigeants des FDLR, du M23 et de tous les groupes armés pour responsables de ces violations et exigeons de ces mouvements qu'ils déposent les armes et mettent fin immédiatement à ces exactions et à toute forme de violence", dit la résolution.

Chaque mot de cette résolution avait été pesé, selon une source proche des négociations. Les délégués de la RDC et du Rwanda avaient multiplié les rencontres bilatérales pour en négocier la teneur, sans parvenir à un accord. La résolution a appelé à une mobilisation des autorités congolaises et de le communauté internationale pour relancer le processus de réforme du secteur de sécurité, soit l'armée congolaise.

En revanche, la Francophonie ne s'est pas prononcée sur le déploiement d'une force internationale neutre dans l'est de la RDC, proposée en juillet en marge d'un sommet de l'Union africaine. Ses membres ne sont en effet pas tous d'accord sur l'opportunité de déployer une telle force.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

Après plusieurs mois de tergiversations, les premiers combattants FDLR ayant déposé les armes sont arrivés jeudi à Kisangani. Au total,  217 personnes, ex-combattants, leurs femmes et enfant[...]

RDC : que faisaient des tenues de l'armée dans un fourgon de la Monusco à Goma ?

Des tenues de l'armée congolaise ont été retrouvées mercredi dans un fourgon de la Monusco à l'aéroport de Goma, selon plusieurs témoins sur place. Une affaire bien embarrassante[...]

RDC : le discours de Denis Mukwege, prix Sakharov 2014, devant le Parlement européen

On le connaît comme le "juste qui répare les femmes". Mercredi, le docteur Denis Mukwege a reçu le prix Sakharov du Parlement européen, qu'il a dédié au "peuple[...]

RDC - Massacres à Beni : des députés réclament l'ouverture d'une enquête parlementaire

Dans un rapport, douze députés congolais, de retour de cinq jours de mission à Beni, territoire endeuillé par une série de massacres depuis début octobre, fustigent les défaillances[...]

RDC : un nouveau massacre porte à 200 le nombre de civils tués près de Beni

Un nouveau massacre près de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a fait une centaine de morts, selon des députés de la région. L'identité des responsables[...]

RDC : reddition du chef rebelle Cobra Matata

Le chef rebelle congolais Cobra Matata s'est rendu vendredi soir aux autorités congolaises à Bunia, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, où il a semé la[...]

RDC : bêcheurs en eaux troubles

De jour comme de nuit, cela ne peut passer inaperçu. Qu'est-ce donc ? Des lettres en gros caractères gravées sur un immeuble : "Bandal, c'est Paris." Bandal - ou plutôt Bandalungwa,[...]

Après la chute de Compaoré, Kabila peut-il faire réviser la Constitution de RDC ?

On le sait : la chute de Blaise Compaoré a été énormément suivie et commentée dans les pays africains. En RDC notamment, où l'hypothèse d'une révision[...]

Pierre Kwenders, son excellence l'ambassadeur plénipotentiaire du Bantouland

Avec un premier album métissant hip-hop, jazz et rumba, le chanteur Pierre Kwenders ose un mélange des genres détonnant.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces