Extension Factory Builder
14/10/2012 à 10:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des combattants du Mujao, à Gao, en août 2012. Des combattants du Mujao, à Gao, en août 2012. © AFP

Un chef jihadiste a accusé samedi le président français de mettre "en danger" la vie des otages français au Sahel en soutenant la préparation d'une opération contre les islamistes armés dans le nord du Mali, ce qu'a rejeté François Hollande, en se disant déterminé "contre le terrorisme".

Un chef jihadiste a accusé samedi le président français de mettre "en danger" la vie des otages français au Sahel en soutenant la préparation d'une opération contre les islamistes armés dans le nord du Mali, ce qu'a rejeté François Hollande, en se disant déterminé "contre le terrorisme".

"La vie des otages français est désormais en danger à cause des déclarations du président français qui veut nous faire la guerre. Lui-même, sa vie est désormais en danger. Il faut qu'il le sache", a déclaré à l'AFP Oumar Ould Hamaha, membre du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), joint par téléphone depuis Bamako.

A Kinshasa où il participe au sommet de la Francophonie, le président Hollande a réagi en affirmant sa "grande détermination" à tenir la "ligne" fixée par la France sur la lutte contre le terrorisme, et il a appelé les ravisseurs des otages français encore retenus au Sahel à les libérer "avant qu'il ne soit trop tard".

Neuf Européens, dont six Français, sont aux mains d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui contrôle le vaste nord du Mali avec deux autres groupes islamistes armés: Ansar Dine (Défenseurs de l'islam) et le Mujao. Tous prônent la charia (loi islamique) et commettent en son nom diverses exactions.

"Détermination"

"C'est en montrant une grande détermination pour tenir notre ligne, qui est celle de la lutte contre le terrorisme, que nous pouvons convaincre les ravisseurs qu'il est temps, maintenant, de libérer nos otages", a déclaré François Hollande lors d'une conférence de presse.

S'exprimant ensuite lors d'une rencontre avec la communauté française à l'ambassade de France, il a affirmé: "En disant ce que je dis sur l'intégrité du Mali, (...) c'est aussi un message que j'adresse aux ravisseurs: libérez-les avant qu'il ne soit trop tard". Il n'a pas fourni de précisions.

En septembre devant l'ONU, M. Hollande avait indiqué que "la nécessité de libérer" les otages français ne devait "pas passer par un renoncement à assurer l'intégrité du Mali". Vendredi, il a affirmé que son pays appuiera "matériellement, logistiquement" une résolution proposée notamment par la France et votée le même jour par le Conseil de sécurité de l'ONU, qui presse l'Afrique de l'Ouest de préciser sous 45 jours ses plans en vue d'une intervention militaire pour reconquérir le nord du Mali. "Mais nous n'aurons pas de soldats qui participeront à cette opération" militaire, avait-il précisé.

La prochaine présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, s'est déclarée samedi favorable à une intervention militaire dans le nord du Mali "tant que cela se déroule de manière à ne pas provoquer, créer plus de problèmes qu'il n'y en a". Selon Oumar Ould Hamaha, "Hollande est désormais en danger".

"Politique de terreur"

"Il veut ouvrir la porte de l'enfer aux otages français, nous sommes prêts à toutes les éventualités. (...) Si on veut enlever des otages français en Afrique de l'Ouest ou même en France, on peut le faire facilement", a assuré ce jihadiste malien originaire de la région de Tombouctou (nord-ouest), et initialement connu comme membre d'Ansar Dine.

Il a accusé le président français de mener "une politique de terreur, alors que son pays finance le terrorisme en payant les rançons" réclamées par les preneurs d'otages. "Si on fait un calcul, on se rend compte que c'est comme si la France paie tous les six mois des dizaines de millions d'euros", a-t-il ajouté, en refusant de "dévoiler des secrets pour le moment".

Selon une source sécuritaire africaine, Oumar Ould Hamaha est réputé proche de Mokhtar Belmokhtar dit "Le Borgne", un des principaux chefs d'Aqmi. "Or, tout le monde sait que Belmokhtar ne détient pas aujourd'hui d'otages européens. Sa déclaration (d'Ould Hamaha, NDLR), même si elle est à prendre au sérieux, peut relever d'une stratégie de communication", a estimé cette source.



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Mali : procès en vue pour Sanogo

Attendu depuis des mois, le procès d'Amadou Haya Sanogo et de plusieurs autres membres de l'ex-junte malienne pourrait se tenir prochainement. "Peut-être en juin", estime une source judiciaire[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Mali : l'avenir de l'Afrique au coeur du Forum de Bamako

Le 15e Forum de Bamako s’est déroulé du 19 au 21 février avec comme questionnement central l'avenir du continent à moyen terme.[...]

César 2015 : le film franco-mauritanien "Timbuktu" triomphe avec sept prix

Le film franco-mauritanien "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako, chronique de la vie quotidienne dans le nord du Mali sous la coupe des jihadistes, a triomphé vendredi à la 40e cérémonie des[...]

Mali : accord entre Bamako et les groupes armés pour une "cessation immédiate" des hostilités

Réunis à Alger pour un nouveau round des négociations de paix, le gouvernement malien et six groupes armés du nord du Mali ont signé jeudi, sous les auspices de l'Algérie et de l'ONU, un[...]

Mali : l'ombre d'Iyad Ag Ghali plane sur les négociations d'Alger

Soupçonné de manoeuvrer en coulisses en faisant régner la terreur parmi les Touaregs, le leader d'Ansar Eddine, Iyad Ag Ghali, demeure introuvable. Une ombre au tableau des négociations[...]

Nord du Mali : le Gatia, une milice loyaliste qui veut monter... jusqu'à Alger

En quelques mois, le Groupe autodéfense touareg imghad et alliés (Gatia) est devenu incontournable dans le nord du Mali. Au point que certains veulent l'inviter à la table des pourparlers d'Alger.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121014105630 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121014105630 from 172.16.0.100