Extension Factory Builder
14/10/2012 à 10:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
De dr. à g., Hamadi Jebal, Moncef Marzouki, et Mustapha Ben Jaafar. De dr. à g., Hamadi Jebal, Moncef Marzouki, et Mustapha Ben Jaafar. © AFP

Les prochaines élections législatives et présidentielle en Tunisie auront lieu le 23 juin à la suite d'un accord entre les membres de la coalition au gouvernement, a annoncé le parti islamiste Ennahdha dans la nuit de samedi à dimanche.

Les prochaines élections législatives et présidentielle en Tunisie auront lieu le 23 juin à la suite d'un accord entre les membres de la coalition au gouvernement, a annoncé le parti islamiste Ennahda dans la nuit de samedi à dimanche.

Les trois partis de la coalition se sont accordés pour "proposer la date du 23 juin 2013 pour la tenue des prochaines élections législatives et présidentielle, un deuxième tour de la présidentielle devant se tenir le 7 juillet", a indiqué le parti islamiste, qui dirige le gouvernement.

Ce communiqué signé par les trois partis de la coalition -- Ennahda et deux formations de centre-gauche, Ettakatol et le Congrès pour la République (CPR) -- annonce aussi qu'un compromis a été trouvé sur la nature du régime politique qui sera défini dans la future Constitution. Ce compromis prévoit "un régime politique mixte dans lequel le président sera élu au suffrage universel pour un meilleur équilibre des pouvoirs et au sein du pouvoir exécutif", explique le communiqué.

Les trois partis de la coalition peinaient depuis des mois pour trouver un compromis sur la Constitution en cours de rédaction à l'Assemblée nationale constituante (ANC). Les islamistes réclamaient un régime parlementaire pur alors que ses partenaires étaient favorables à un système politique laissant des prérogatives importantes à un chef de l'Etat élu au suffrage universel.

Loi fondamentale

Les élections générales ne peuvent cependant être organisées qu'après l'adoption de la nouvelle loi fondamentale, qui doit encore être approuvée article par article puis dans son intégralité à une majorité des deux tiers de l'ANC. Selon le compromis annoncé dans la nuit, les trois partis se sont aussi mis d'accord sur une commission électorale indépendante et un candidat à sa présidence, ainsi que sur la création d'"une instance supérieure de l'audiovisuel", deux sujets à l'origine de tensions au sein de la coalition.

Samedi, des personnalités proches des négociations avaient annoncé à l'AFP qu'un accord sur ces thèmes était intervenu après de longues négociations entre Ennahda, le CPR, dont est issu le chef de l'Etat Moncef Marzouki, et Ettakatol de Mustapha Ben Jaafar, président de l'ANC.

Leur gouvernement est l'objet de vives critiques en raison de la lenteur des travaux à l'ANC, d'autant que la plupart des forces politiques représentées s'étaient engagées à ce que la nouvelle loi fondamentale soit adoptée dans un délai d'un an à compter de l'élection de la Constituante le 23 octobre 2011.

Le gouvernement a longtemps tablé sur des élections générales en mars, avant de reconnaître qu'elles seraient repoussées à une date ultérieure faute d'accord sur la Constitution.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Tunisie : Habib Essid a formé son gouvernement

Après de longues et complexes tractations avec les partis, Habib Essid, le nouveau chef de l’exécutif tunisien, a bouclé vendredi la composition de son gouvernement qu’il présentera[...]

Former le gouvernement tunisien, le casse-tête de Habib Essid

Nouveau chef de l'exécutif tunisien, Habib Essid continue de chercher la formule idéale pour son futur gouvernement, dont la composition doit être annoncée, selon des sources au sein de son [...]

CAN 2015 : la Tunisie assomme les Chipolopolos

Les Zambiens, longtemps dominateurs, ont ouvert le score par Emmanuel Mayuka à l'heure de jeu. Mais les Chipolopolos ont ensuite payé leurs occasions manquées. Résultat, c'est la Tunisie qui a[...]

Tunisie : Selma Elloumi recadrée par BCE

Selma Elloumi, députée de Nabeul, souhaitait abandonner son mandat parlementaire pour devenir conseillère du président tunisien Béji Caïd Essebsi. Qui n'a pas apprécié.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, l'éminence grise de BCE

Nommé début janvier conseiller spécial du président tunisien avec rang de ministre, en charge des affaires politiques, Mohsen Marzouk fait désormais partie du cercle de confiance de Béji[...]

CAN 2015 : La Tunisie déçoit face au Cap-Vert

Dans le deuxième match du groupe B, la Tunisie a été surprise par les Cap-Verdiens qui ont égalisé sur un penalty litigieux (1-1). Les Aigles de Carthage devront hausser leur niveau de jeu pour[...]

CAN 2015 : ça s'annonce corsé...

Le Nigeria, tenant du titre, ne sera pas là, et une bonne demi-douzaine de sélections peuvent prétendre à sa succession. Avec, dans le costume du favori, l'Algérie. Suspense assuré[...]

Tunisie : pour Z, caricaturiste, "la liberté l'emporte sur la sécurité"

Pour le caricaturiste tunisien Z, contraint à l'anonymat, "Charlie Hebdo" a eu raison de ne "pas s'incliner, de montrer que l'impertinence survivra", comme ils l'ont fait en dessinant de nouveau le[...]

Un vent de francophonie sur la CAN 2015

Cinq entraîneurs, onez pays francophones, une majorité de joueurs de Ligue 1, la CAN 2015 qui se tient en Guinée-Equatoriale du 17 janvier au 8 février ressemblerait presque à une coupe de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121014102215 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121014102215 from 172.16.0.100