Extension Factory Builder
14/10/2012 à 10:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
De dr. à g., Hamadi Jebal, Moncef Marzouki, et Mustapha Ben Jaafar. De dr. à g., Hamadi Jebal, Moncef Marzouki, et Mustapha Ben Jaafar. © AFP

Les prochaines élections législatives et présidentielle en Tunisie auront lieu le 23 juin à la suite d'un accord entre les membres de la coalition au gouvernement, a annoncé le parti islamiste Ennahdha dans la nuit de samedi à dimanche.

Les prochaines élections législatives et présidentielle en Tunisie auront lieu le 23 juin à la suite d'un accord entre les membres de la coalition au gouvernement, a annoncé le parti islamiste Ennahda dans la nuit de samedi à dimanche.

Les trois partis de la coalition se sont accordés pour "proposer la date du 23 juin 2013 pour la tenue des prochaines élections législatives et présidentielle, un deuxième tour de la présidentielle devant se tenir le 7 juillet", a indiqué le parti islamiste, qui dirige le gouvernement.

Ce communiqué signé par les trois partis de la coalition -- Ennahda et deux formations de centre-gauche, Ettakatol et le Congrès pour la République (CPR) -- annonce aussi qu'un compromis a été trouvé sur la nature du régime politique qui sera défini dans la future Constitution. Ce compromis prévoit "un régime politique mixte dans lequel le président sera élu au suffrage universel pour un meilleur équilibre des pouvoirs et au sein du pouvoir exécutif", explique le communiqué.

Les trois partis de la coalition peinaient depuis des mois pour trouver un compromis sur la Constitution en cours de rédaction à l'Assemblée nationale constituante (ANC). Les islamistes réclamaient un régime parlementaire pur alors que ses partenaires étaient favorables à un système politique laissant des prérogatives importantes à un chef de l'Etat élu au suffrage universel.

Loi fondamentale

Les élections générales ne peuvent cependant être organisées qu'après l'adoption de la nouvelle loi fondamentale, qui doit encore être approuvée article par article puis dans son intégralité à une majorité des deux tiers de l'ANC. Selon le compromis annoncé dans la nuit, les trois partis se sont aussi mis d'accord sur une commission électorale indépendante et un candidat à sa présidence, ainsi que sur la création d'"une instance supérieure de l'audiovisuel", deux sujets à l'origine de tensions au sein de la coalition.

Samedi, des personnalités proches des négociations avaient annoncé à l'AFP qu'un accord sur ces thèmes était intervenu après de longues négociations entre Ennahda, le CPR, dont est issu le chef de l'Etat Moncef Marzouki, et Ettakatol de Mustapha Ben Jaafar, président de l'ANC.

Leur gouvernement est l'objet de vives critiques en raison de la lenteur des travaux à l'ANC, d'autant que la plupart des forces politiques représentées s'étaient engagées à ce que la nouvelle loi fondamentale soit adoptée dans un délai d'un an à compter de l'élection de la Constituante le 23 octobre 2011.

Le gouvernement a longtemps tablé sur des élections générales en mars, avant de reconnaître qu'elles seraient repoussées à une date ultérieure faute d'accord sur la Constitution.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex