Extension Factory Builder
13/10/2012 à 17:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Christine Lagarde en compagnie de la ministre de l'Economie nigériane, le 13 octobre 2012 à Tokyo. Christine Lagarde en compagnie de la ministre de l'Economie nigériane, le 13 octobre 2012 à Tokyo. © AFP

Vingt ans après de douloureux programmes d'ajustements structurels, les dirigeants africains venus à la réunion annuelle du FMI ont salué un changement d'approche des institutions financières, à l'heure où le continent tente de résister aux tourments économiques occidentaux.

Vingt ans après de douloureux programmes d'ajustements structurels, les dirigeants africains venus à la réunion annuelle du FMI ont salué un changement d'approche des institutions financières, à l'heure où le continent tente de résister aux tourments économiques occidentaux. "Nous ne recevons plus de consignes du FMI ou de la Banque mondiale pour nous dire +faites ceci ou cela+ (...). C'est un changement majeur et l'Afrique revient sur les marchés internationaux", a souligné le ministre des Finances rwandais, John Rwangombwa, samedi lors d'une conférence de presse en marge du sommet des grandes argentiers mondiaux.

Dans les années 1980 et 1990, de nombreux pays d'Afrique subsaharienne avaient souffert des directives des institutions-soeurs de Bretton Woods accompagnant les plans d'aides, accusés d'imposer une libéralisation des marchés trop draconienne et peu adaptés aux systèmes locaux. Deux décennies plus tard, "il y a plus de confiance entre ces institutions et nos pays", estime Kerfalla Yansané, ministre de l'Economie de Guinée.

Le continent a su traverser la tempête financière de 2008 sans chavirer, nombre de ses gouvernements actionnant des leviers budgétaires pour soutenir la demande intérieure. Mais avec des dettes aujourd'hui plus élevées, les pays africains pourraient ne plus avoir les ressources suffisantes pour renouveler ces politiques en cas de besoin. "Nous espérons que la communauté internationale saura nous accompagner", souligne M. Yansané.

D'après des prévisions actualisées en début de semaine, la croissance de l'Afrique subsaharienne, attendue à 5% en 2012, pourrait accélérer à 5,7% en 2013 grâce à la flambée des prix des matières premières. "Aujourd'hui, l'Afrique est un continent qui sait mieux gérer ses affaires et qui sait mieux gérer les incertitudes de l'économie mondiale", se félicite M. Rwangombwa.

"Taux de croissance à deux chiffres"

Le maintien du marasme dans les pays occidentaux et d'une croissance moins forte en Chine - tous gros importateurs de matières premières - pourraient toutefois mettre en difficulté le continent. En Guinée, "nous avons besoin d'un taux de croissance à deux chiffres pour réduire la pauvreté qui touche 55% de notre population", prévient M. Yansané.
Du côté des financements, outre une promesse des pays riches d'honorer leurs promesses d'aide au développement, le FMI a annoncé samedi pouvoir débloquer 1,1 milliard de dollars de capacité de prêt pour les pays à faible revenu, en grande majorité africains, tirés du produit de ses ventes d'or.

Fin septembre, le Fonds avait décidé qu'une somme distincte, 2,7 milliards de dollars, dégagée aussi d'un bénéfice imprévu sur l'or, serait allouée à la lutte contre la pauvreté. Quelques exigences techniques doivent toutefois être franchies avant que cette tranche supplémentaire ne soit disponible. Elizabeth Stuart, de l'organisation non gouvernementale Oxfam, salue cette promesse qu'elle met toutefois en parallèle avec les 456 milliards de dollars d'engagements obtenus au printemps par le FMI pour renforcer son assise financière.

"Les pays africains continuent d'avoir cruellement besoin de financement pour les infrastructures éducatives et sanitaires", souligne-t-elle. La France a proposé de verser pour l'aide au développement 10% du montant d'une taxe sur les transactions financières que onze pays de la zone euro, dont l'Allemagne et la France, se sont engagés à créer. Au-delà des questions monétaires, Oxfam appelle la Banque mondiale à aider techniquement les pays africains à se doter de systèmes publics de sécurité sociale, et à stopper "l'accaparemment" des terres agricoles africaines par des spéculateurs étrangers.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Mode d'emploi et favoris : l'élection du président de la BAD en 5 questions

Mode d'emploi et favoris : l'élection du président de la BAD en 5 questions

Le 28 mai, la Banque africaine de développement élira un nouveau président. "Jeune Afrique" décrypte pour vous tous les ressorts de cette élection et livre une analyse exclusive des cha[...]

Abidjan : plus de 4 500 personnes aux Assemblées de la Banque africaine de développement

Six chefs d'État, un vice-président et deux Premiers ministres ont participé à l'ouverture officielle des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement, le 26 mai. Avec deux[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Électricité : quel pilote pour la (future) Agence africaine ?

Pour la promotion de son "plan Marshall" électrique pour l'Afrique, Jean-Louis Borloo a rencontré trente-sept chefs d'État africains, qui, dans leur majorité, semblent adhérer au[...]

Maryse Condé : "Ma relation avec l'Afrique s'est fondée sur un mensonge"

L'écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé publie une biographie culinaire. L'occasion de revenir avec elle sur sa relation avec l'Afrique et de dévoiler une facette aussi importante de sa[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Esclavage : "Libres et sans fers", paroles captives

Dans un ouvrage récent, trois chercheurs explorent les archives judiciaires françaises à la recherche de témoignages d'esclaves. De très émouvantes voix d'outre-tombe.[...]

Comment la diaspora influence l'opinion politique africaine grâce aux médias en ligne

RFI, Jeune Afrique, Le Point Afrique, (ex-) Slate Afrique, Le Monde Afrique, Afrik.com, etc. En Afrique francophone, les médias panafricains les plus sérieux et les plus influents sont… basés en France.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers