Extension Factory Builder
13/10/2012 à 17:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Christine Lagarde en compagnie de la ministre de l'Economie nigériane, le 13 octobre 2012 à Tokyo. Christine Lagarde en compagnie de la ministre de l'Economie nigériane, le 13 octobre 2012 à Tokyo. © AFP

Vingt ans après de douloureux programmes d'ajustements structurels, les dirigeants africains venus à la réunion annuelle du FMI ont salué un changement d'approche des institutions financières, à l'heure où le continent tente de résister aux tourments économiques occidentaux.

Vingt ans après de douloureux programmes d'ajustements structurels, les dirigeants africains venus à la réunion annuelle du FMI ont salué un changement d'approche des institutions financières, à l'heure où le continent tente de résister aux tourments économiques occidentaux. "Nous ne recevons plus de consignes du FMI ou de la Banque mondiale pour nous dire +faites ceci ou cela+ (...). C'est un changement majeur et l'Afrique revient sur les marchés internationaux", a souligné le ministre des Finances rwandais, John Rwangombwa, samedi lors d'une conférence de presse en marge du sommet des grandes argentiers mondiaux.

Dans les années 1980 et 1990, de nombreux pays d'Afrique subsaharienne avaient souffert des directives des institutions-soeurs de Bretton Woods accompagnant les plans d'aides, accusés d'imposer une libéralisation des marchés trop draconienne et peu adaptés aux systèmes locaux. Deux décennies plus tard, "il y a plus de confiance entre ces institutions et nos pays", estime Kerfalla Yansané, ministre de l'Economie de Guinée.

Le continent a su traverser la tempête financière de 2008 sans chavirer, nombre de ses gouvernements actionnant des leviers budgétaires pour soutenir la demande intérieure. Mais avec des dettes aujourd'hui plus élevées, les pays africains pourraient ne plus avoir les ressources suffisantes pour renouveler ces politiques en cas de besoin. "Nous espérons que la communauté internationale saura nous accompagner", souligne M. Yansané.

D'après des prévisions actualisées en début de semaine, la croissance de l'Afrique subsaharienne, attendue à 5% en 2012, pourrait accélérer à 5,7% en 2013 grâce à la flambée des prix des matières premières. "Aujourd'hui, l'Afrique est un continent qui sait mieux gérer ses affaires et qui sait mieux gérer les incertitudes de l'économie mondiale", se félicite M. Rwangombwa.

"Taux de croissance à deux chiffres"

Le maintien du marasme dans les pays occidentaux et d'une croissance moins forte en Chine - tous gros importateurs de matières premières - pourraient toutefois mettre en difficulté le continent. En Guinée, "nous avons besoin d'un taux de croissance à deux chiffres pour réduire la pauvreté qui touche 55% de notre population", prévient M. Yansané.
Du côté des financements, outre une promesse des pays riches d'honorer leurs promesses d'aide au développement, le FMI a annoncé samedi pouvoir débloquer 1,1 milliard de dollars de capacité de prêt pour les pays à faible revenu, en grande majorité africains, tirés du produit de ses ventes d'or.

Fin septembre, le Fonds avait décidé qu'une somme distincte, 2,7 milliards de dollars, dégagée aussi d'un bénéfice imprévu sur l'or, serait allouée à la lutte contre la pauvreté. Quelques exigences techniques doivent toutefois être franchies avant que cette tranche supplémentaire ne soit disponible. Elizabeth Stuart, de l'organisation non gouvernementale Oxfam, salue cette promesse qu'elle met toutefois en parallèle avec les 456 milliards de dollars d'engagements obtenus au printemps par le FMI pour renforcer son assise financière.

"Les pays africains continuent d'avoir cruellement besoin de financement pour les infrastructures éducatives et sanitaires", souligne-t-elle. La France a proposé de verser pour l'aide au développement 10% du montant d'une taxe sur les transactions financières que onze pays de la zone euro, dont l'Allemagne et la France, se sont engagés à créer. Au-delà des questions monétaires, Oxfam appelle la Banque mondiale à aider techniquement les pays africains à se doter de systèmes publics de sécurité sociale, et à stopper "l'accaparemment" des terres agricoles africaines par des spéculateurs étrangers.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

L'institut Choiseul classe ses '100 leaders économiques africains de demain'

L'institut Choiseul classe ses "100 leaders économiques africains de demain"

L'Institut Choiseul vient de publier la "Choiseul 100 Africa", un classement annuel identifiant les "leaders économiques de demain" parmi les jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins. Certains choi[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Gouvernance en Afrique : votre pays est-il performant, selon l'indice Mo Ibrahim 2014 ?

La fondation Mo Ibrahim a publié, lundi 29 septembre, son indice annuel sur la gouvernance en Afrique. Bilan : l'Afrique progresse globalement, notamment grâce aux questions des droits de l'homme et de la[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

La Francophonie confrontée au casse-tête de la succession d'Abdou Diouf

Après 12 ans sous la férule de l'ancien président sénégalais Abdou Diouf, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se trouve face au casse-tête de sa succession fin novembre[...]

La fondation pour l'Afrique de Borloo en marche d'ici la fin de l'année

Jean-Louis Borloo, qui s'est retiré de la vie politique en avril dernier, estime que sa fondation sur l'Afrique sera opérationnelle d'ici la fin de l'année, a-t-il indiqué dans un entretien au[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers