Extension Factory Builder
13/10/2012 à 14:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un autobus est brûlé lors de heurts sur la place Tahrir au Caire, le 12 octobre 2012. Un autobus est brûlé lors de heurts sur la place Tahrir au Caire, le 12 octobre 2012. © AFP

Une centaine de personnes ont été blessées vendredi dans des heurts entre partisans et adversaires du président Mohamed Morsi qui manifestaient séparément place Tahrir au Caire, sur fond de bras de fer entre l'exécutif et la justice.

Une centaine de personnes ont été blessées vendredi dans des heurts entre partisans et adversaires du président Mohamed Morsi qui manifestaient séparément place Tahrir au Caire, sur fond de bras de fer entre l'exécutif et la justice. Les manifestants des deux camps se sont jeté des pierres et des cocktails Molotov, faisant au moins 110 blessés, selon le ministère de la Santé, dans les premières violences de cette ampleur depuis l'élection du président Morsi en juin.

À l'appel des Frères musulmans dont est issu M. Morsi, des centaines de personnes ont manifesté contre l'acquittement mercredi de figures de l'ancien régime, accusées d'avoir envoyé des hommes de main à dos de dromadaire pour attaquer les manifestants place Tahrir pendant la révolte qui a provoqué la chute d'Hosni Moubarak, début 2011.

Une autre manifestation avait été convoquée par des militants laïcs pour réclamer la formation d'une nouvelle commission constituante plus représentative, alors que la Haute cour administrative doit se prononcer mardi sur la légalité de la commission actuelle dominée par les islamistes.
Les heurts ont commencé quand des partisans des Frères musulmans ont détruit le podium d'un groupe qui scandait des slogans anti-Morsi, selon un journaliste de l'AFP.

Des manifestants ont mis le feu à deux autobus qui avaient été utilisés pour conduire des partisans des Frères musulmans sur la place, selon des témoins. "À bas le règne du Guide suprême", scandaient des manifestants anti-Morsi, faisant allusion au numéro un de la confrérie islamiste Mohammed Badie.

Selon un correspondant de l'AFP, les heurts ont diminué d'intensité après que les partisans du camp islamiste se furent retirés de la place Tahrir en soirée. Selon la télévision publique, ils se sont rassemblés devant les bureaux du procureur général à proximité. Les Frères musulmans ont démenti sur Twitter toute implication de leurs membres dans les heurts: "Nous ne sommes pas impliqués dans les heurts à Tahrir, et aucun de nos membres n'est sur place", écrit la confrérie.

Entre-temps, le président Morsi a promis que les anciens responsables de l'ère Moubarak acquittés mercredi seraient de nouveau jugés. "Nous ne pouvons ignorer ceux qui ont commis des crimes contre la nation", a-t-il dit dans une mosquée d'Alexandrie (nord), selon l'agence officielle Mena. "Ils auront affaire à la justice et au système judiciaire", a-t-il ajouté.

"Menaces" contre le procureur

Le président fait face cependant à la colère des juges après qu'il eut démis de ses fonctions jeudi le procureur général Abdel Meguid Mahmoud, le nommant ambassadeur d'Égypte au Vatican.

M. Mahmoud était accusé par plusieurs militants de la révolte de 2011 de continuer de soutenir le régime Moubarak et d'avoir été à l'origine de l'insuffisance des preuves présentées par le parquet dans les procès de responsables accusés d'implication dans la mort de manifestants.
Mais le procureur général a déclaré jeudi qu'il restait à son poste, affirmant que "selon la loi, un membre du corps judiciaire ne pouvait pas être démis par le pouvoir exécutif".

Dans un communiqué, il a indiqué que de hauts responsables, dont le ministre de la Justice Ahmed Mekki, l'avaient averti qu'il pourrait être attaqué par des manifestants s'il n'acceptait pas son limogeage. Cette décision est un nouvel épisode dans l'épreuve de force entre les juges nommés sous Moubarak, et M. Morsi, qui a tenté en vain de rétablir le Parlement dominé par les islamistes mais dissous à la suite d'une décision de justice. D'influents juges ont apporté leur soutien au procureur général, ont rapporté vendredi les médias officiels.

L'institution judiciaire s'est rangée aux côtés de M. Mahmoud au nom de "la souveraineté de la Loi et du principe de séparation des pouvoirs", a expliqué Ahmed al-Zind, à la tête du Club des juges, selon le quotidien Al-Ahram. Il a indiqué que les juges devaient tenir une réunion d'urgence pour "faire face à la crise actuelle destinée à nuire au pouvoir judiciaire".

Le Club des juges s'était vivement opposé à l'élection en juin de M. Morsi, qui avait appelé à rejuger M. Moubarak et les responsables de son régime pour la mort de près de 850 personnes lors du soulèvement de janvier-février 2011.


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Egypte

Égypte : plus de 500 islamistes arrêtés après les heurts avec la police

Égypte : plus de 500 islamistes arrêtés après les heurts avec la police

La manifestation commémorative de l'anniversaire de la révolte de 2011 a dégénéré lundi en affrontements sanglants entre policiers et islamistes au Caire. Plus de 500 personnes ont é[...]

Triste anniversaire de la révolution en Égypte: onze morts et un enterrement

Onze personnes ont été tuées lors d'affrontements entre les manifestants islamistes et la police dimanche en Égypte, tandis qu'une militante socialiste morte la veille était enterrée.[...]

Égypte: une manifestante tuée à la veille de l'anniversaire de la révolution de 2011

Une manifestante a été tuée samedi soir au Caire lors de heurts avec la police durant une rare manifestation d'un mouvement de gauche, a indiqué un responsable à la veille du quatrième[...]

Égypte : une révolution en perdition

Au jour du 4e anniversaire de la révolution, l’Égypte est plus que jamais déchirée entre une passion pour son nouveau dirigeant Abdel Fattah al-Sissi et la peur de voir la révolution[...]

Égypte : les deux fils de Moubarak sont libres, mais...

Un tribunal égyptien a ordonné aujourd'hui la libération d'Alaa et de Gamal Moubarak, les deux fils de l'ex-président Hosni Moubarak. Mais un nouvel épisode judiciaire les attend.[...]

Au tribunal, Morsi répète qu'il reste le "président" égyptien

À l'audience de l'un de ses procès pour lesquels il encourt la peine de mort, l'ex-président islamiste égyptien Mohamed Morsi, destitué en 2013 par l'armée, a répété[...]

Décès de l'actrice égyptienne Faten Hamama, icône du cinéma arabe

L'actrice égyptienne Faten Hamama, icône du cinéma arabe et ex-femme du célèbre acteur Omar Sharif, est décédée samedi à l'âge de 83 ans, a indiqué son[...]

Égypte: les autorités religieuses mettent en garde contre la nouvelle une de "Charlie Hebdo"

L'instance représentant l'islam auprès des autorités égyptiennes, Dar al-Ifta, a "mis en garde" contre la publication d'un nouveau dessin représentant le prophète Mahomet dans le[...]

Égypte : Moubarak reste en prison en attendant d'être rejugé pour corruption

Hosni Moubarak sera rejugé dans la seule affaire de corruption qui le maintenait en détention, mais son éventuelle remise en liberté dépend d'une nouvelle décision de la justice.  [...]

Homosexualité en Égypte : verdict inédit de la justice pour les 26 hommes accusés de "débauche"

Les 26 hommes accusés de "débauche" pour avoir organisé et participé à des "orgies homosexuelles" dans un hammam public ont été acquittés lundi par la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121013122610 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121013122610 from 172.16.0.100