Extension Factory Builder
07/10/2012 à 16:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président ougandais, Yoweri Museveni, à Rwakitura près de Kampala, le 24 septembre 2012. Le président ougandais, Yoweri Museveni, à Rwakitura près de Kampala, le 24 septembre 2012. © AFP

Des dirigeants de la région des Grands Lacs se retrouvent lundi à Kampala pour un nouveau sommet destiné à mettre fin aux troubles dans l'est de la République démocratique du Congo où un projet d'envoi de force neutre à la frontière avec le Rwanda peine à se concrétiser.

La rencontre de Kampala, dont l'hôte est le président ougandais Yoweri Museveni, est la quatrième organisée en trois mois par la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs qui regroupe onze pays.

La crise a fait monter la tension entre la RDC et le Rwanda, Kinshasa accusant Kigali de soutenir la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23) qui connaît un regain d'activité depuis mai dans le Nord Kivu, à la frontière entre les deux pays.

Les présidents congolais Joseph Kabila et rwandais Paul Kagame doivent participer au sommet de Kampala, bien que leur dernière rencontre en date, fin septembre en marge de l'assemblée générale de l'ONU, à New York, n'ait produit aucun résultat concret.

"Les présidents du Rwanda et de la RDC sont attendus parce que la rencontre porte sur la situation dans l'est de la RDC", a dit le ministre ougandais des Affaires étrangères Henry Okello-Oryem.

Force neutre

Le président tanzanien Jakaya Kikwete devrait aussi être présent car son pays pourrait fournir des soldats à la force neutre dont le déploiement est prévu dans la zone, a ajouté M. Okello-Oryem.

Le M23 est formé d'anciens rebelles tutsi, l'ethnie au pouvoir au Rwanda depuis le génocide perpétré par des hutus en 1994, qui avaient été intégrés dans l'armée congolaise en 2009 mais ont repris les armes contre les forces gouvernementales au printemps. La RDC et l'ONU accusent Kigali de soutenir militairement la rébellion, ce que le Rwanda dément.

Le précédent sommet des pays des Grands Lacs, qui s'était tenu le 9 septembre à Kampala, avait précisé le concept de force neutre dont le principe de l'envoi dans l'est de la RDC avait été décidé lors des rencontres régionales précédentes.

Il a prévu que la force internationale serait déployée "sous un mandat de l'UA et des Nations unies" dans les trois mois, c'est à dire avant la fin de l'année. "Cette force neutre internationale doit éradiquer toutes les forces négatives opérant dans l'est de la RDC", selon la Conférence des Grands Lacs. Mais les précédentes discussions n'ont pas permis de faire avancer concrètement la question de son déploiement.

Pessimisme

"Qui participerait, qui ferait quoi, qui payerait ? Il faut travailler le concept car le Conseil de sécurité de l'ONU réclamera des éléments très précis" avant d'adopter une résolution sur une nouvelle force en RDC, a reconnu le mois dernier Hervé Ladsous, le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les opérations de maintien de la paix.

L'ONU déploie déjà en RDC sa plus importante mission dans le monde avec 19 000 personnels en uniforme mais Kigali ne cache pas sa défiance à son égard.

Pour compliquer le tout, le Kivu est le théâtre depuis une vingtaine d'années de troubles dus à des groupes armés qui s'en prennent aux civils et se livrent à des trafics de ressources naturelles dont regorge la région.

Les analystes se disent pessimistes sur l'issue du nouveau sommet de Kampala. "Malheureusement, (la Conférence des Grands Lacs) semble promouvoir une solution irréaliste et inefficace en défendant le déploiement d'une force neutre de 4 000 hommes à la frontière entre le Rwanda et la RDC", estimait l'International Crisis Group dans un rapport publié la semaine dernière.


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays d'Afri[...]

RDC : pourquoi Kabila veut négocier avec l'opposition

Après avoir dépêché un émissaire - Kalev Mutond, le patron de l'Agence nationale de renseignements - auprès de ses opposants "radicaux" (Vital Kamerhe, les partisans[...]

RDC - Neeskens Kebano : "Je vis ma meilleure saison depuis que je suis professionnel"

Neeskens Kebano, qui a renoncé à la possibilité de jouer en équipe de France pour porter le maillot des Léopards, a été élu Soulier d’Ebène du championnat de[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

RDC : pourquoi l'hommage de Zoé Kabila aux "kadogo" fait polémique sur Twitter

Le député congolais Zoé Kabila, frère du président de la RDC, a tenu à rendre un hommage samedi sur Twitter aux "kadogos qui ont fait le choix de laisser leurs stylos pour les[...]

RDC : la justice sud-africaine abandonne les poursuites contre le pasteur Mukungubila

Le tribunal de Johannesburg a décidé vendredi d’abandonner les poursuites engagées contre le pasteur Paul-Joseph Mukungubila, qui était accusé d'avoir fomenté les attaques du 30[...]

RDC : Henri Mova Sakanyi succède à Evariste Boshab à la tête du PPRD

Jusque-là ambassadeur de la RDC à Bruxelles, Henri Mova Sakanyi a été désigné vendredi secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la[...]

RDC : la contestation gagne du terrain dans l'Est, 23 morts dans un nouveau massacre à Beni

Dans le territoire de Beni, où 300 personnes ont été tuées depuis octobre dans des massacres, la contestation contre les autorités se propage, alors que 23 personnes ont été[...]

RDC - Massacres de Beni : capture en Tanzanie de Jamil Mukulu, chef des rebelles ougandais ADF

Dans un communiqué rendu public mercredi, les ministres de la Défense des pays membres de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs confirment la "capture" en Tanzanie de[...]

RDC : Mathieu Ngudjolo Chui, le premier acquitté de la CPI, expulsé des Pays-Bas vers Kinshasa

Acquitté des charges de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale (CPI) le 27 février 2015, le Congolais Mathieu Ngudjolo Chui a été[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers