Extension Factory Builder
07/10/2012 à 10:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des magistrats marocains manifestent devant la Cour de cassation à Rabat, le 6 octobre 2012. Des magistrats marocains manifestent devant la Cour de cassation à Rabat, le 6 octobre 2012. © AFP

Environ 800 magistrats marocains ont organisé un sit-in samedi devant la Cour de cassation à Rabat pour réclamer la fin de la corruption dans le système judiciaire, selon un photographe de l'AFP.

Il s'agit de la première action de ce type au Maroc depuis le début des révoltes du Printemps arabe, déclenchées en Tunisie à la fin 2010.

"Justice sans corruption" ou "Nous réclamons l'indépendence du pouvoir judiciaire", pouvait-on lire sur des pancartes brandies par les magistrats, d'autres réclamant en outre "une amélioration urgente" des conditions de travail des magistrats, comme promis par le roi Mohammed VI.

Depuis le début 2011, le Maroc a connu un mouvement de contestation sociale sporadique mené par le mouvement du 20-Février qui réclame notamment la fin de la corruption.

Réformes

Le roi a promis des réformes notamment le renforcement de l'indépendance de la justice et la lutte contre la corruption, après des amendements constitutionnels introduits l'an dernier pour tenter de mettre fin au mouvement de contestation.

Mais le sentiment de frustration demeure à propos de la lenteur des réformes et la poursuite de la corruption, des centaines de militants manifestant fréquemment dans les grandes villes pour réclamer un changement.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

'Ce qui nous somme' : 30 Marocains contre la haine

"Ce qui nous somme" : 30 Marocains contre la haine

Plus d'un mois après les tragiques événements de Paris, trente intellectuels réagissent, dans un ouvrage collectif. Pour que la haine n'ait pas le dernier mot.[...]

Maroc : El Othmani, numéro deux du PJD, relance le débat sur l'avortement

Saadeddine El Othmani, le numéro deux du Parti de la justice et du développement (PJD, islamiste), a assuré lundi dans une tribune être "pour la légalisation de l’avortement dans[...]

Classement Forbes : 29 Africains dans le palmarès 2015

Le magazine "Forbes" a livré lundi sa cuvée 2015 de milliardaires en dollars dans le monde. Cette année, le chiffre record de 1 826 personnalités a été atteint (181 de plus qu'en[...]

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers, vivote depuis des mois à Tanger et tente d'oublier une expérience récente dans une famille aisée de la ville, faite d'exploitation et de[...]

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès[...]

Côte d'Ivoire - Maroc : sur le Sahara, on a frôlé la crise diplomatique

Youssoufou Bamba, l'ambassadeur ivoirien auprès de l'ONU, a eu des propos sur le Sahara occidental qui ont été désavoués par le président Ouattara en personne.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches

Jeune Afrique TV

Toutes les vidéos
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121007105614 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121007105614 from 172.16.0.100