Extension Factory Builder
07/10/2012 à 10:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des policiers tunisiens. Des policiers tunisiens. © AFP

Des affrontements entre les forces de l'ordre et des manifestants protestant contre la réouverture d'une décharge sur l'île de Djerba, haut lieu du tourisme en Tunisie, ont fait 49 blessés parmi les policiers samedi, a indiqué à l'AFP le ministère de l'Intérieur.

"Un grand nombre de manifestants au centre de Guellala ont attaqué un poste de police avec des pierres et des cocktails molotov. Il y a 49 blessés parmi les policiers, des fractures et d'autres blessures à cause des pierres et des cocktails molotov", a relaté Khaled Tarrouche, porte-parole du ministère.

Il a ajouté que seuls deux manifestants avaient été blessés, "cela montre de quel côté la violence venait, du côté des manifestants pas de la police". Le porte-parole a précisé qu'aucune arrestation n'avait eu lieu.

Selon la même source, six véhicules des forces de l'ordre ont été incendiés. "Des renforts ont été envoyés", a ajouté le porte-parole, sans en préciser le nombre, assurant qu'en début de soirée "le calme était revenu" dans les rues de cette de ville de 13.000 habitants située au sud de l'île de Djerba.

La manifestation a été déclenchée, selon M. Tarrouche, par la décision des autorités locales de réouvrir jusqu'en 2013 une décharge publique.

Affrontements

Dans la matinée, une quarantaine de manifestants ont bloqué l'accès ce cette décharge, et après l'échec de négociations avec un représentant du parquet et de la police, les forces de l'ordre ont dispersé les manifestants en usant de gaz lacrymogènes.

Dans l'après-midi, une foule beaucoup plus importante a envahi les rues du centre de Guellala et ont attaqué la police, a expliqué M. Tarrouche. "La loi va être appliquée à tous ceux qui ont participé à ces violences", a-t-il prévenu.

L'île de Djerba, dont les plages sont notamment très prisées des touristes étrangers, avait été jusqu'à présent largement épargnée par ce type de violences, alors qu'ailleurs dans le pays des manifestations dégénèrent régulièrement en affrontements avec la police.

Ainsi vendredi, à Sidi Bouzid, berceau de la révolution de 2011, la police a tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui tentaient d'envahir le siège du gouvernorat (préfecture).

Ces actions de protestation qui se multiplient concernent aussi bien la misère, le chômage, les coupures d'eau ou d'électricité et la défaillance du ramassage des ordures depuis la révolution.

Tourisme

La misère et les mauvaises conditions de vie étaient au coeur de la révolution qui a contraint à la fuite le président Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011, marquant le début du Printemps arabe.

Or, le gouvernement, dominé par les islamistes d'Ennahda, est accusé de ne pas avoir répondu aux attentes des Tunisiens en matière économique et sociale.

Si le secteur du tourisme s'est relevé en 2012, avec une croissance de plus de 30% au premier semestre par rapport à la même période de l'année précédente, il n'est pas revenu à son niveau pré-révolutionnaire.

Les autorités ont à ce titre reconnu qu'une amélioration des conditions de sécurité était clé pour ce secteur qui représente 7% du PIB tunisien et emploie quelque 400 000 personnes directement ou indirectement.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Terrorisme en Tunisie : comme une pieuvre étend ses tentacules...

Après Aqmi ou Ansar al-Charia, c'est au tour de Daesh, implanté dans la Libye voisine, de menacer la Tunisie.[...]

Forum social mondial - Alaa Talbi : "Les institutions restent fragiles en Tunisie"

Moins d'une semaine après l'attentat meurtrier du musée du Bardo, Tunis accueille du 24 au 28 mars le Forum social mondial. L’événement devrait réunir plus de 70 000 personnes.[...]

Tunisie : la réouverture du musée du Bardo reportée pour raisons de sécurité

Après avoir annoncé que le musée du Bardo allait rouvrir ses portes au public mardi, les autorités tunisiennes ont finalement décidé de le maintenir fermé pour raisons de[...]

Attentat du Bardo : le musée de l'horreur

Depuis 2012, les attaques jihadistes étaient circonscrites au centre et à l'ouest du pays. Mais ce 18 mars, les terroristes ont choisi de frapper le musée du Bardo, en plein coeur de Tunis.[...]

Attentat du Bardo : le gouvernement tunisien passe à l'offensive

Des sanctions avaient été promises. Lundi, le Premier ministre a limogé les chefs de la police et du musée du Bardo. Le président Béji Caïd Essebsi s'en est, lui, pris à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121007100949 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121007100949 from 172.16.0.100