Extension Factory Builder
06/10/2012 à 17:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'islamiste radical Abou Hamza, à Londres, en 2002. L'islamiste radical Abou Hamza, à Londres, en 2002. © Reuters

L'islamiste radical Abou Hamza et quatre co-accusés extradés de Grande-Bretagne sont arrivés samedi aux États-Unis, où ils devaient tous comparaître dans la journée devant un juge, nouvel épisode d'une saga judiciaire transatlantique qui dure depuis huit ans.

Abou Hamza, 54 ans, l'ancien imam manchot et borgne de la mosquée londonienne de Finsbury Park, devait comparaître devant un magistrat à New York, la ville où il avait été inculpé en avril 2004, notamment d'activités terroristes et prise d'otages.

L'acte d'accusation lui sera ensuite lu mardi, lors d'une autre comparution, ont annoncé les services du procureur à New York. Deux autres des quatre hommes extradés avec lui, Adel Abdul Bary, un Egyptien de 52 ans, et Khaled Al- Fawwaz, Saoudien de 50 ans, seront eux formellement mis en accusation samedi à New York, selon la même source.

Les deux derniers, Babar Ahmad, 38 ans, et Syed Talha Ahsan, 33 ans, tous deux Britanniques, arrêtés respectivement en 2004 et 2006, relèvent des tribunaux du Connecticut (nord-est), et ont comparu samedi matin à New Haven.

Les cinq hommes avaient été extradés dans la nuit de vendredi à samedi dans deux avions vers les Etats-Unis, quelques heures après le rejet d'un ultime recours devant la Haute Cour de justice de Londres.

Prêches enflammés

La ministre britannique de l'Intérieur Theresa May a jugé "frustrant", samedi le délai de huit années qu'a pris la procédure d'extradition, et déclaré qu'il était "nécessaire de faire des changements": "C'est frustrant, je pense que tout le monde est frustré du temps que cela a pris pour extrader ces personnes", a-t-elle déclaré sur BBC Radio 4.

Abou Hamza, né en Egypte et naturalisé britannique, est visé par onze chefs d'accusation aux Etats-Unis. L'ancien imam est notamment accusé d'avoir contribué à l'enlèvement de 16 touristes occidentaux au Yémen en 1998, dont quatre avaient été tués lors d'une opération militaire pour les libérer.

Ses prêches enflammés avaient en leur temps été suivis à Londres par le Britannique Richard Reid, condamné et emprisonné aux Etats-Unis pour avoir tenté de faire exploser un avion de ligne avec des chaussures piégées en décembre 2001.

Le Français Zacarias Moussaoui, également condamné aux Etats-Unis en liaison avec les attentats du 11-Septembre, aurait lui aussi été l'écouter à Londres.

"Facilitateur terroriste"

Qualifié de "facilitateur terroriste à la portée internationale" par les autorités américaines, Abou Hamza est également accusé d'avoir été impliqué dans un projet de camp d'entraînement dans le nord-ouest aux Etats-Unis en 1999, et d'avoir aidé à financer des candidats au jihad désireux de se rendre en Afghanistan.

L'avocat d'Abou Hamza avait en vain demandé un report de l'extradition, afin de faire pratiquer une IRM sur son client pour établir s'il souffrait ou non d'une maladie dégénérative.

Les deux hommes extradés vers le Connecticut, dont Babar Ahmad, informaticien britannique qui a été incarcéré huit ans au Royaume-Uni sans jugement, sont accusés d'avoir participé à une publication londonienne qui aurait notamment soutenu "les moujahidines tchétchènes et les talibans", selon les autorités judiciaires du Connecticut.

La semaine dernière, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) avait ouvert la voie à ces extraditions en rejetant les recours des cinq hommes.
Adel Abdul Bary, 52 ans, égyptien, et Khaled Al-Fawwaz, 50 ans, saoudien, ont eux été inculpés pour leur implication présumée dans les attentats contre les ambassades américaines de Dar-es-Salaam et Nairobi en 1998, qui avaient fait plus de 220 morts.


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Syrie : l'opposition rejette le plan de trêve de l'ONU à Alep

Syrie : l'opposition rejette le plan de trêve de l'ONU à Alep

L'opposition militaire et politique dans la province d'Alep a rejeté dimanche le plan du médiateur de l'ONU en Syrie pour une suspension des combats à Alep, la grande ville du nord ravagée par la guer[...]

Égypte : les législatives reportées après une décision de justice

Les élections législatives, prévues entre le 21 mars et le 7 mai en Egypte, vont être reportées après que la justice a considéré anticonstitutionnelle la loi les organisant,[...]

Égypte : la justice déclare le mouvement palestinien Hamas "terroriste"

Un tribunal égyptien a classé samedi comme organisation "terroriste" le mouvement palestinien Hamas, selon une source judiciaire, alors que les autorités égyptiennes accusent le groupe[...]

Indignation après la destruction de trésors archéologiques en Irak

Une vidéo montrant des jihadistes du groupe État islamique (EI) en train de détruire des sculptures pré-islamiques en Irak a suscité l'indignation dans le monde et la crainte que d'autres[...]

Qui est Al-Fawwaz, condamné pour les attentats de Dar es-Salaam et Nairobi en 1998 ?

Khalid al-Fawwaz, un Saoudien présenté comme un fidèle lieutenant d'Oussama Ben Laden, a été reconnu coupable de complot en lien avec les attentats contre les ambassades américaines[...]

Terrorisme : l'étonnante histoire du premier Sud-Africain à avoir rejoint Daesh

Un jeune Sud-Africain, se présentant sous le nom d’Abu Hurayra Al-ifriki, assure avoir rejoint les rangs de l’État islamique en Syrie. Une information qui n’a pas encore été[...]

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de[...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

In Amenas : l'enquête britannique provoque la colère des familles de victimes

Selon les conclusions de l'enquête judiciaire britannique sur l'attaque du complexe gazier algérien d'In Amenas, il "est probable que la balle" qui a tué Stephen Green, l'un des sept otages, "a[...]

"American Sniper" : quand Eastwood se tire une balle dans le pied

Annoncé en grande pompe, le nouveau long-métrage de Clint Eastwood, "American Sniper", relate le parcours d'un tireur d’élite de l'armée américaine connu pour ses exploits[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121006170315 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121006170315 from 172.16.0.100