Extension Factory Builder
06/10/2012 à 17:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'islamiste radical Abou Hamza, à Londres, en 2002. L'islamiste radical Abou Hamza, à Londres, en 2002. © Reuters

L'islamiste radical Abou Hamza et quatre co-accusés extradés de Grande-Bretagne sont arrivés samedi aux États-Unis, où ils devaient tous comparaître dans la journée devant un juge, nouvel épisode d'une saga judiciaire transatlantique qui dure depuis huit ans.

Abou Hamza, 54 ans, l'ancien imam manchot et borgne de la mosquée londonienne de Finsbury Park, devait comparaître devant un magistrat à New York, la ville où il avait été inculpé en avril 2004, notamment d'activités terroristes et prise d'otages.

L'acte d'accusation lui sera ensuite lu mardi, lors d'une autre comparution, ont annoncé les services du procureur à New York. Deux autres des quatre hommes extradés avec lui, Adel Abdul Bary, un Egyptien de 52 ans, et Khaled Al- Fawwaz, Saoudien de 50 ans, seront eux formellement mis en accusation samedi à New York, selon la même source.

Les deux derniers, Babar Ahmad, 38 ans, et Syed Talha Ahsan, 33 ans, tous deux Britanniques, arrêtés respectivement en 2004 et 2006, relèvent des tribunaux du Connecticut (nord-est), et ont comparu samedi matin à New Haven.

Les cinq hommes avaient été extradés dans la nuit de vendredi à samedi dans deux avions vers les Etats-Unis, quelques heures après le rejet d'un ultime recours devant la Haute Cour de justice de Londres.

Prêches enflammés

La ministre britannique de l'Intérieur Theresa May a jugé "frustrant", samedi le délai de huit années qu'a pris la procédure d'extradition, et déclaré qu'il était "nécessaire de faire des changements": "C'est frustrant, je pense que tout le monde est frustré du temps que cela a pris pour extrader ces personnes", a-t-elle déclaré sur BBC Radio 4.

Abou Hamza, né en Egypte et naturalisé britannique, est visé par onze chefs d'accusation aux Etats-Unis. L'ancien imam est notamment accusé d'avoir contribué à l'enlèvement de 16 touristes occidentaux au Yémen en 1998, dont quatre avaient été tués lors d'une opération militaire pour les libérer.

Ses prêches enflammés avaient en leur temps été suivis à Londres par le Britannique Richard Reid, condamné et emprisonné aux Etats-Unis pour avoir tenté de faire exploser un avion de ligne avec des chaussures piégées en décembre 2001.

Le Français Zacarias Moussaoui, également condamné aux Etats-Unis en liaison avec les attentats du 11-Septembre, aurait lui aussi été l'écouter à Londres.

"Facilitateur terroriste"

Qualifié de "facilitateur terroriste à la portée internationale" par les autorités américaines, Abou Hamza est également accusé d'avoir été impliqué dans un projet de camp d'entraînement dans le nord-ouest aux Etats-Unis en 1999, et d'avoir aidé à financer des candidats au jihad désireux de se rendre en Afghanistan.

L'avocat d'Abou Hamza avait en vain demandé un report de l'extradition, afin de faire pratiquer une IRM sur son client pour établir s'il souffrait ou non d'une maladie dégénérative.

Les deux hommes extradés vers le Connecticut, dont Babar Ahmad, informaticien britannique qui a été incarcéré huit ans au Royaume-Uni sans jugement, sont accusés d'avoir participé à une publication londonienne qui aurait notamment soutenu "les moujahidines tchétchènes et les talibans", selon les autorités judiciaires du Connecticut.

La semaine dernière, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) avait ouvert la voie à ces extraditions en rejetant les recours des cinq hommes.
Adel Abdul Bary, 52 ans, égyptien, et Khaled Al-Fawwaz, 50 ans, saoudien, ont eux été inculpés pour leur implication présumée dans les attentats contre les ambassades américaines de Dar-es-Salaam et Nairobi en 1998, qui avaient fait plus de 220 morts.


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Syrie : Palmyre, une "bataille pour l'Humanité", affirme Al-Azhar

Sauver la cité antique de Palmyre en Syrie de la destruction par les jihadistes de l'Etat islamique (EI) devrait constituer une "bataille pour l'Humanité toute entière", a estimé dimanche la[...]

L'EI prend le contrôle d'un poste-frontière irakien avec la Syrie

 Les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont pris dimanche un poste-frontière irakien avec la Syrie après le retrait des forces gouvernementales, ont rapporté un officier de police et un reponsable[...]

Maroc : un terroriste refoulé par la Grande-Bretagne sème la terreur à Rabat

 Les autorités britanniques ont refoulé de leur territoire un Marocain condamné pour terrorisme, le 21 mai, sans en informer le Royaume et provoquant un imbroglio diplomatique.  [...]

Gouvernement marocain : Mohand Laenser, l'insubmersible

Le 20 mai, Mohammed VI a nommé cinq nouveaux ministres à la place de ceux qui ont démissionné. Parmi eux, Mohand Laenser, l'indéboulonnable secrétaire général du Mouvement[...]

Ramtane Lamamra : il ne reste en Algérie "que des résidus de terrorisme"

Lors d’une déclaration à la presse, jeudi, Ramtane Lamamra, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a qualifié de "spectaculaire"[...]

Arabie saoudite : attentat suicide dans une mosquée chiite à l'est du pays

Un kamikaze s'est fait exploser dans une mosquée chiite de Koudeih, à l'est de l'Arabie saoudite, au cours de la prière du vendredi, faisant de nombreuses victimes.    [...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

Bientôt une usine marocaine pour PSA Peugeot Citroën

Selon l'agence "Bloomberg", non démentie par PSA Peugeot Citroën, ce dernier prévoit d'ouvrir une usine au Maroc d'une capacité inférieure à 100 000 véhicules par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers