Extension Factory Builder
30/09/2012 à 16:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Marche de protestation de mineurs sud-africains à Rustenburg. Marche de protestation de mineurs sud-africains à Rustenburg. © AFP

L'étoile de l'Afrique du Sud a brusquement pâli: inertie gouvernementale, services défaillants et troubles sociaux forment un cocktail délétère qui ébranle son image de solidité et son statut de tête de pont économique sur un continent instable, selon les analystes.

Alors que l'Afrique n'a jamais autant intéressé les investisseurs, la jeune démocratie sud-africaine, elle, semble bien loin de l'euphorie de la fin de l'apartheid en 1994. La grève sanglante de la mine de Marikana et ses 46 morts, dont 34 abattus par la police dans une fusillade, ont fait revenir le pays aux pires heures de son histoire. Un "accident malheureux" selon le président Zuma, mais le pays peine à s'en remettre.

Des grèves continuent d'affecter le secteur minier, poumon économique du pays, et menacent l'approvisionnement en pétrole, avec le récent mouvement des routiers. Les provocateurs de tout poil comme Julius Malema, exclu de l'ANC, surfent sur le mécontentement des plus pauvres, des millions de Sud-Africains mal payés ou mal desservis en eau, électricité, livres scolaires.

"La situation n'est pas rose", constate Mohammed Nalla, analyste chez Nedbank Capital à Johannesburg. Les perspectives "se dégradent", dit-il parlant d'"un déclin institutionnel et un déclin structurel qui s'installe dans l'économie". Pour lui et nombre de confrères, le problème vient de l'irresponsabilité du pouvoir qui échappe à toute sanction même en cas d'échec. Faute de rival sérieux, l'ANC est accusé de se préoccuper davantage de s'enrichir et consolider sa mainmise.

Congrès de l'ANC en décembre

Depuis des mois, ses membres sont concentrés sur le congrès qui doit avoir lieu en décembre et sur l'élection du président de l'ANC, amené de facto à devenir président d'Afrique du Sud. Le président Zuma pourrait avoir comme adversaire le vice-président Kgalema Motlanthe, qui ne s'est pas déclaré. En attendant, ni l'un ni l'autre n'ose prendre des décisions et risquer de s'aliéner des soutiens.

Cette dérive politique a commencé à ronger la confiance des investisseurs. Cette semaine, l'agence de notation Moody's a dégradé d'un cran la note de l'Afrique du Sud, à Baa1, à l'égal de la Russie, du Brésil ou de la Thaïlande. Les doutes de Moody's tiennent au double déficit de l'Afrique du Sud --balance commerciale et budget-- et à l'apathie gouvernementale face aux difficultés économiques croissantes. Ironie du sort, le coup de semonce de Moody's survient au moment où l'Afrique du Sud rejoint le club fermé des pays admis dans le panier de référence des emprunts d'Etat au sein du Citi Index.

Mais si la mauvaise impression s'installe durablement, alors l'Afrique du Sud pourrait rapidement connaître de sérieux problèmes, et le moment ne pourrait pas être plus mal choisi. En mal de rentabilité dans le monde développé, les investisseurs misent sur les marchés africains, plus risqués mais en croissance, et assis sur d'importantes richesses minières, comme l'Afrique du Sud. La dette sud-africaine et le rand gardent leur attrait, permettant à Pretoria de maintenir son déficit public et commercial sous contrôle. Mais, souligne M. Nalla, "cela ne peut pas durer éternellement".

Pas comparable au Zimbabwe

Un ralentissement de l'afflux de capitaux étrangers coûterait cher à l'Afrique du Sud: les frais d'emprunt augmenteraient, le budget serait sous pression, la monnaie affaiblie, ce qui renchérirait le coût du pétrole importé.

"La situation n'est pas comparable au Zimbabwe, on ne voit pas les investisseurs partir en courant les mains en l'air", commente Peter Attard Montalto, analyste à la banque d'investissement Nomura. Mais "on assiste à une lente et constante série de contre-performances", l'Afrique du Sud "ne réalise pas complètement son potentiel".

Le pays est préservé provisoirement par les quelques institutions qui fonctionnent mais les vrais problèmes ne sont pas réglés. "Les investisseurs vont voir la banque centrale, ou le Trésor, qui sont des institutions de tout premier ordre, de qualité égale sinon meilleure que dans les pays développés. Ils ne traitent pas avec le ministère de l'Education, du Travail", explique Peter Attard Montalto. Or, c'est "là qu'on mesure les vrais problèmes. Sans parler de l'échelon provincial dont la vaste majorité souffre d'une grande inefficacité et d'une forte corruption".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Depuis trois semaines, des violences xénophobes secouent l’Afrique du Sud. Une situation qui a déjà fait six morts et plus de 5 000 déplacés.[...]

Afrique du Sud : Durban se mobilise contre la xénophobie

Ils sont plusieurs milliers à manifester jeudi à Durban pour dénoncer la vague d'attaques contre les ressortissants étrangers installés dans la ville.[...]

Afrique du Sud : qui succédera à Helen Zille à la tête du principal parti d'opposition ?

Après 8 ans à la tête du principal parti d'opposition en Afrique du Sud, Helen Zille tire sa révérence. L'adversaire coriace de Jacob Zuma ne sera pas candidate lors des élections de[...]

Cecil Rhodes déboulonné, un millier de migrants en fuite après des violences xénophobes

La statue du colonisateur britannique Cecil Rhodes a été déboulonnée jeudi au Cap. Une victoire contre le passé raciste de l'Afrique du Sud, pour certains, alors que le pays est à nouveau[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

État islamique : combien de vierges pour une ado sud-africaine ?

Comme Boko Haram, l’État islamique est friand de jeunes Africaines. Mais contrairement à l’organisation terroriste basée au Nigeria, Daesh essaie d'en attirer des consentantes. Une Sud-Africaine[...]

L'Afrique du Sud teste une nouvelle molécule contre la tuberculose multirésistante

Depuis 2013, quelques 217 Sud-Africains, sur 500 patients-test dans le monde, ont été mis sous traitement à la bedaquiline contre la tuberculose multirésistante. Près de 3000 personnes[...]

Afrique du Sud : faut-il détruire les statues de l'apartheid ?

Les actes de vandalisme contre des statues d'anciens dirigeants blancs se multiplient en Afrique du Sud. Un phénomène qui vise le passé colonial et raciste du pays, mais qui remet aussi en question[...]

Afrique du Sud : les propos xénophobes du fils de Jacob Zuma font scandale

Après les propos racistes du roi zoulou Goodwill Zwelithini, c'est au tour du fils du président sud-africain, Edward Zuma, de demander aux étrangers de plier bagages. Des déclarations qui suscitent la[...]

Mercenaires sud-africains, les soldats perdus de l'apartheid

Ils ont appris à se faire discrets : officiellement, Pretoria interdit le mercenariat. Mais d'anciens militaires formés du temps du régime ségrégationniste vendent encore leurs services[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120930163712 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120930163712 from 172.16.0.100