Extension Factory Builder
30/09/2012 à 10:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre zimbabwéen Morgan Tsvangirai, le 28 août 2012 à Harare. Le Premier ministre zimbabwéen Morgan Tsvangirai, le 28 août 2012 à Harare. © AFP

Le Premier ministre zimbabwéen Morgan Tsvangirai a réclamé samedi l'adoption rapide du projet de Constitution pour ouvrir la voie à des élections qui se font attendre pour remplacer le gouvernement de coalition actuel chancelant.

"Il y a des étapes essentielles proposées dans cette Constitution", a déclaré M. Tsvangirai lors d'un rassemblement d'environ 20.000 de ses partisans pour marquer le 13e anniversaire de son mouvement, le MDC (Mouvement pour un changement démocratique), principal parti d'opposition au président zimbabwéen Robert Mugabe. Le projet de Constitution, établi par une commission de parlementaires des deux principaux partis, réduit les pouvoirs et les fonctions du président et prévoit une commission des droits de l'Homme et un procureur indépendant.

M. Tsvangirai a indiqué que le vieux président Robert Mugabe, dont le parti rejette le projet de Constitution si les modifications qu'il demande ne sont pas prises en compte, avait dans des entretiens privés affirmé que le projet était meilleur que la Constitution actuelle. "Si Mugabe le soutient, qui êtes-vous pour le rejeter ?", a lancé M. Tsvangirai à ceux qui ont décidé de s'opposer à ce projet.

Mariage de convenance

M. Tsvangirai a formé un gouvernement de coalition avec M. Mugabe en 2009 pour mettre un terme aux troubles meurtriers qui ont suivi l'élection présidentielle de 2008. Le Premier ministre a estimé que la coalition ne marchait plus. "Toutes les parties travaillent dans des directions opposées. La Zanu-PF (le parti de Robert Mugabe) n'en veut plus. Nous n'en voulons plus. C'est un mariage de convenance", a-t-il déclaré.

M. Tsvangirai a appelé son parti à l'unité pour assurer la victoire aux prochaines élections. "L'année prochaine nous fêterons les 14 ans dans des circonstances différentes avec le MDC au gouvernement", a-t-il souhaité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Zimbabwe

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

De retour sur le devant de la scène internationale depuis qu'il occupe la présidence tournante de l'Union africaine, le chef de l'État zimbabwéen, Robert Mugabe, multiplie les voyages et profite de tout[...]

Zimbabwe : quand Mugabe se change en "Miss Roberta"

Résignés, les internautes zimbabwéens s’attardent davantage sur les photographies de leur président que sur sa politique. Sur le dernier cliché à la mode, Robert Mugabe semble[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Zimbabwe - 18 avril 1980 : Bob Marley et Mugabe célèbrent l'indépendance de la dernière colonie européenne d'Afrique

Le Zimbabwe est le dernier pays du continent à se libérer du joug du colonisateur occidental. Une indépendance arrachée dans la douleur après plus de dix années de lutte armée.[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

Une "fille-de" à la tête du Zimbabwe ?

Dans sa stratégie de monarchisation du pouvoir zimbabwéen, Robert Mugabe change son fusil d’épaule. À mots couverts et visages découverts, il met en lumière l’alternative[...]

Afrique du Sud : la statue de Cecil Rhodes ou l'indéboulonnable problème de l'héritage colonial

La statue du colon Cecil Rhodes devant l'université du Cap provoque la colère des étudiants sud-africains. La polémique monte, d'autant plus que Robert Mugabe pourrait s'en mêler.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Zimbabwe : Robert Mugabe, l'homme qui n'aimait pas les Blancs (et inversement)

Diabolisé par les Européens, le président du Zimbabwe et de l'Union africaine, Robert Mugabe, incarne jusqu'à l'obsession le rejet des anciens colons, de l'Occident et de ses diktats. Pourquoi[...]

Zimbabwe : Mugabe, un Castro africain

Ce sont les deux ultimes dinosaures de l'ère anti-impérialiste, les oubliés du grand dégel qui a suivi la chute du mur de Berlin. Même âge, ou presque, même personnalité[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120930102421 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120930102421 from 172.16.0.100