Extension Factory Builder
29/09/2012 à 17:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Photo du majordome du pape Paolo Gabriele (à d., en costume gris). Photo du majordome du pape Paolo Gabriele (à d., en costume gris). © AFP

Le secrétaire particulier de Benoît XVI sera appelé à la barre des témoins lors du retentissant procès du majordome du pape, poursuivi pour "vol aggravé" dans l'affaire Vatileaks, qui s'est ouvert samedi au Vatican.

Mgr Georg Gänswein, 56 ans, considéré par certains comme l'éminence grise du pape, était le seul témoin cité nommément à de nombreuses reprises dans la sentence de renvoi. Supérieur direct du majordome de Paolo Gabriele, c'est lui qui, alerté par la gendarmerie vaticane, l'avait confondu en mai. Parmi les autres témoins, dont les magistrats ont dressé la liste samedi, figurent huit membres de la gendarmerie vaticane, et une femme italienne attachée au service du pape, Cristina Cernetti.

Très attendue, la première audience, qualifiée de "sereine" par le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a été consacrée essentiellement aux requêtes d'exception ou de nullité des avocats. Les juges -trois magistrats laïcs- ont accepté, à la demande d'un des avocats, de séparer le procès du majordome de celui de l'informaticien Claudio Sciarpelletti, poursuivi pour complicité. Ce deuxième procès est reporté à une date ultérieure, non précisée. Les magistrats ont en revanche rejeté plusieurs requêtes des avocats, dont celle de décréter l'incompétence du tribunal en vertu du secret pontifical.

La somme des documents saisis dans les appartements du majordome -au Vatican et à Castel Gandolfo- remplit pas moins de 82 cartons. Le président du tribunal, Giuseppe Dalla Torre, a fixé la prochaine audience au mardi 2 octobre. Elle sera consacrée à l'audition de l'accusé. Elegant dans un costume gris clair, cravate grise et chemise blanche, Paolo Gabriele, 46 ans, est apparu impassible. Très pale, les yeux baissés, l'accusé ne retrouvait un léger sourire que lorsqu'il s'adressait à son avocate, Christiana Arru.

Fait totalement inédit dans l'histoire de l'Etat pontifical, plutôt connu pour sa culture du secret, ce procès est ouvert à la presse. Mais la publicité des débats a été très strictement encadrée: seuls huit journalistes avaient été admis dans la petite salle du tribunal, un petit bâtiment ocre situé derrière la basilique Saint-Pierre. Et contrairement aux millions de touristes qui arpentent chaque année la place, à deux pas de là, ils ne pouvaient utiliser ni appareils photos, ni caméras. Les seules images disponibles de l'audience sont transmises par le Saint-Siège.

"Mal et corruption"

Gabriele, l'un des rares citoyens laïcs du plus petit Etat du monde, risque jusqu'à quatre ans de prison. Fidèle serviteur de Benoît XVI, il lui préparait ses habits de cérémonie, lui servait ses repas. Il est accusé d'avoir, pendant des mois, subtilisé et photocopié des dizaines de documents confidentiels du pape et de ses collaborateurs pour les transmettre au journaliste Gianluigi Nuzzi. Celui-ci les a utilisés dans un livre, "Sua santità" ("Sa Sainteté"), révélant rivalités et violentes animosités, en particulier à l'encontre du numéro deux du Vatican, le cardinal Tarcisio Bertone.

L'ex-majordome a reconnu les faits. Lors de ses interrogatoires, il a expliqué qu'il avait agi pour révéler le "mal et la corruption" au sein du Vatican. Se pensant mandaté par "l'Esprit saint", il trouvait que le pape n'était pas suffisamment informé et voulait remettre l'Eglise "sur les rails". Arrêté le 23 mai dernier, il a passé 53 jours dans une cellule de la gendarmerie du Vatican, avant d'être placé fin juillet aux arrêts domiciliaires. Il risque jusqu'à quatre ans de prison, mais pourrait bénéficier d'une grâce papale, assez vraisemblable, même si, selon son entourage, le pape a été "profondément blessé" par sa trahison.

Dans une interview, accordée dans l'obscurité à la télévision en février dernier, Gabriele avait affirmé qu'une vingtaine de personnes "dans les différents organismes" du Vatican étaient impliquées dans "Vatileaks". Mais pour l'heure, seul Sciarpelletti est poursuivi. L'avocat de l'informaticien, Gianluca Benedetti, a indiqué samedi qu'il se déclarait innocent, et son rôle est jugé secondaire. Il a aussi affirmé que son client recevait des documents à transmettre à Gabriele des mains d'un "Monseigneur", alimentant les spéculations sur une éventuelle implication de hauts prélats dans l'affaire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

La France et le Maroc ont décidé samedi de "tourner la page" de près d'un an de brouille diplomatique, en rétablissant leur coopération judiciaire et anti-jihadiste, un réchauffe[...]

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a appelé samedi à tourner la page de la crise diplomatique entre son pays et la France, confirmant un plein rétablissement de[...]

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120929172440 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120929172440 from 172.16.0.100