Extension Factory Builder
29/09/2012 à 17:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Photo du majordome du pape Paolo Gabriele (à d., en costume gris). Photo du majordome du pape Paolo Gabriele (à d., en costume gris). © AFP

Le secrétaire particulier de Benoît XVI sera appelé à la barre des témoins lors du retentissant procès du majordome du pape, poursuivi pour "vol aggravé" dans l'affaire Vatileaks, qui s'est ouvert samedi au Vatican.

Mgr Georg Gänswein, 56 ans, considéré par certains comme l'éminence grise du pape, était le seul témoin cité nommément à de nombreuses reprises dans la sentence de renvoi. Supérieur direct du majordome de Paolo Gabriele, c'est lui qui, alerté par la gendarmerie vaticane, l'avait confondu en mai. Parmi les autres témoins, dont les magistrats ont dressé la liste samedi, figurent huit membres de la gendarmerie vaticane, et une femme italienne attachée au service du pape, Cristina Cernetti.

Très attendue, la première audience, qualifiée de "sereine" par le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a été consacrée essentiellement aux requêtes d'exception ou de nullité des avocats. Les juges -trois magistrats laïcs- ont accepté, à la demande d'un des avocats, de séparer le procès du majordome de celui de l'informaticien Claudio Sciarpelletti, poursuivi pour complicité. Ce deuxième procès est reporté à une date ultérieure, non précisée. Les magistrats ont en revanche rejeté plusieurs requêtes des avocats, dont celle de décréter l'incompétence du tribunal en vertu du secret pontifical.

La somme des documents saisis dans les appartements du majordome -au Vatican et à Castel Gandolfo- remplit pas moins de 82 cartons. Le président du tribunal, Giuseppe Dalla Torre, a fixé la prochaine audience au mardi 2 octobre. Elle sera consacrée à l'audition de l'accusé. Elegant dans un costume gris clair, cravate grise et chemise blanche, Paolo Gabriele, 46 ans, est apparu impassible. Très pale, les yeux baissés, l'accusé ne retrouvait un léger sourire que lorsqu'il s'adressait à son avocate, Christiana Arru.

Fait totalement inédit dans l'histoire de l'Etat pontifical, plutôt connu pour sa culture du secret, ce procès est ouvert à la presse. Mais la publicité des débats a été très strictement encadrée: seuls huit journalistes avaient été admis dans la petite salle du tribunal, un petit bâtiment ocre situé derrière la basilique Saint-Pierre. Et contrairement aux millions de touristes qui arpentent chaque année la place, à deux pas de là, ils ne pouvaient utiliser ni appareils photos, ni caméras. Les seules images disponibles de l'audience sont transmises par le Saint-Siège.

"Mal et corruption"

Gabriele, l'un des rares citoyens laïcs du plus petit Etat du monde, risque jusqu'à quatre ans de prison. Fidèle serviteur de Benoît XVI, il lui préparait ses habits de cérémonie, lui servait ses repas. Il est accusé d'avoir, pendant des mois, subtilisé et photocopié des dizaines de documents confidentiels du pape et de ses collaborateurs pour les transmettre au journaliste Gianluigi Nuzzi. Celui-ci les a utilisés dans un livre, "Sua santità" ("Sa Sainteté"), révélant rivalités et violentes animosités, en particulier à l'encontre du numéro deux du Vatican, le cardinal Tarcisio Bertone.

L'ex-majordome a reconnu les faits. Lors de ses interrogatoires, il a expliqué qu'il avait agi pour révéler le "mal et la corruption" au sein du Vatican. Se pensant mandaté par "l'Esprit saint", il trouvait que le pape n'était pas suffisamment informé et voulait remettre l'Eglise "sur les rails". Arrêté le 23 mai dernier, il a passé 53 jours dans une cellule de la gendarmerie du Vatican, avant d'être placé fin juillet aux arrêts domiciliaires. Il risque jusqu'à quatre ans de prison, mais pourrait bénéficier d'une grâce papale, assez vraisemblable, même si, selon son entourage, le pape a été "profondément blessé" par sa trahison.

Dans une interview, accordée dans l'obscurité à la télévision en février dernier, Gabriele avait affirmé qu'une vingtaine de personnes "dans les différents organismes" du Vatican étaient impliquées dans "Vatileaks". Mais pour l'heure, seul Sciarpelletti est poursuivi. L'avocat de l'informaticien, Gianluca Benedetti, a indiqué samedi qu'il se déclarait innocent, et son rôle est jugé secondaire. Il a aussi affirmé que son client recevait des documents à transmettre à Gabriele des mains d'un "Monseigneur", alimentant les spéculations sur une éventuelle implication de hauts prélats dans l'affaire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France : l'agresseur des policiers de Joué-lès-Tours affichait le drapeau de l'EI sur Facebook

France : l'agresseur des policiers de Joué-lès-Tours affichait le drapeau de l'EI sur Facebook

Jeune homme au physique athlétique, l'agresseur des policiers de Joué-lès-Tours abattu samedi par les forces de l'ordre, s'était récemment converti à l'islam, affichant sur son compte Face[...]

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

Dans un entretien publié mercredi sur le site du magazine "People", le président américain, Barack Obama, et son épouse, ont révélé quelques actes de racisme ordinaire[...]

États-Unis : 70 ans après son exécution, un Africain-Américain de 14 ans innocenté

Une juge de Caroline du Sud vient d'annuler la condamnation à mort de George Stinney, un afro-américain de 14 ans exécuté le 16 juin 1944 dans une prison de Columbia pour le meurtre supposé de[...]

Irak : gros revers pour l'État islamique

Plusieurs chefs du groupe État islamique en Irak ont été tués récemment dans des frappes aériennes américaines dans le nord de l'Irak, où des combattants kurdes ont[...]

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

États-Unis : torture sans limites pendant la présidence de George W. Bush

Durant la présidence de George W. Bush, sous couvert de guerre contre le terrorisme, la CIA a eu recours à la torture. Avec une cruauté sans bornes, selon un rapport accablant du Sénat[...]

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-foods africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-foods africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers