Extension Factory Builder
29/09/2012 à 12:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le 2 octobre 2009, lors des funérailles d'une des victimes de la manifestation du 28 septembre. Le 2 octobre 2009, lors des funérailles d'une des victimes de la manifestation du 28 septembre. © Seyllou Diallo/AFP

Trois ans après le massacre dans le stade de Conakry, des associations de victimes ont demandé vendredi que "tous les responsables" de la tuerie (157 morts) "rendent des comptes" et qu'un des six militaires guinéens inculpés, Moussa Tiegboro Camara, soit démis de ses fonctions gouvernementales.

Les participants aux commémorations, uniquement privées et associatives, ont évoqué "la barbarie" des forces de l'ordre qui avaient réprimé dans le sang un rassemblement d'opposants rejetant une éventuelle candidature à la présidentielle du chef de la junte alors au pouvoir, Moussa Dadis Camara. Ce 28 septembre 2009, plus de 157 personnes avaient été tuées et au moins autant de femmes avaient été victimes de viols ou crimes sexuels perpétrés par les forces de sécurité, dans un stade.

"Nous avons l'obligation de tout faire pour que l'impunité des auteurs de ces violences cessent et qu'ils rendent des comptes devant le peuple", a déclaré la présidente de l'Association des victimes, parents et amis (Apiva), Asmaou Diallo, au cours d'une conférence de presse, après une prière au siège de l'association, en présence de rescapés très émus. Elle a souhaité que soient renforcées les capacités et la sécurité des juges qui instruisent le dossier, et que les procédures puissent aboutir à "la poursuite de tous les responsables".

Abdoul Gadiri Diallo, de l'Organisation guinéenne de défense des droits de l'homme (OGDH) a relevé que "certes, il y a maintenant des officiers de l'armée inculpés", en référence aux six militaires mis en examen depuis 2010. "C'est une avancée, mais une avancée timide pour quelqu'un qui sait à quel point il a été horrifié par ce qui s'est passé" il y a trois ans, a-t-il noté.

Voir aussi l'interview vidéo de Sidiki Kaba, président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH), qui fait le point sur le dossier :

"Crimes contre l'humanité"

Les participants à la conférence de presse ont souhaité que soit démis de ses actuelles fonctions gouvernementales le lieutenant-colonel Moussa Tiegboro Camara, qui dirigeait les gendarmes dans le stade au moment de la tuerie. Mis en examen en février dernier, il reste le directeur de l’Agence nationale chargée de la lutte contre le trafic de drogue, le crime organisé et le terrorisme.

La Guinée, présidée depuis 2010 par l'ancien opposant Alpha Condé, était dirigée à l'époque du massacre par le capitaine Moussa Dadis Camara, qui n'a jamais été inquiété. La Commission d'enquête internationale nommée par l'ONU, qualifiant les violences de "crimes contre l'Humanité", avait conclu à la "responsabilité pénale individuelle" du chef de la junte, Moussa Dadis Camara.

Trois mois après le massacre, son aide de camp, le lieutenant Aboubakar Diakité, alias "Toumba", avait tenté de l'assassiner en décembre 2009. Dadis avait été écarté du pouvoir puis accueilli en convalescence dans la capitale du Burkina Faso où il vit tranquillement depuis, régulièrement invité à des cérémonies officielles. Toumba a en revanche été inculpé pour ses responsabilités dans le massacre mais il est toujours en fuite, depuis sa tentative d'assassinat sur son patron.

Ce troisième anniversaire du massacre a coïncidé, vendredi, avec les obsèques de deux militants de l'opposition tués par les forces de l'ordre les 22 et 25 septembre dernier. Des dirigeants de l'opposition - dont Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré et Lansana Kouyaté - ont participé au cortège parti de la grande mosquée de Conakry vers un quartier de la banlieue où les inhumations étaient prévues dans l'après-midi.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Quand Sékouba Konaté se lâche

Quand Sékouba Konaté se lâche

On le croyait taiseux, encore empreint d'une rigueur très militaire. Mais ça, c'était avant : l'ancien président de la transition est aujourd'hui décidé à régler ses [...]

Carte interactive : ces événements menacés ou annulés à cause d'Ebola

Depuis le début de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, en décembre 2013, une dizaine d'événements ont été annulés sur le continent. D'autres, censés se[...]

Naufrage d'une pirogue en Guinée : 10 morts, des dizaines de disparus

Au moins dix personnes ont péri et plusieurs dizaines étaient portées disparues en Guinée après le naufrage d'une pirogue surchargée vendredi dans le sud du pays, a-t-on appris de[...]

Ebola : le FMI "prêt à faire plus" pour la Guinée durement touchée

Le Fonds monétaire international (FMI) est "prêt à faire plus si nécessaire" pour la Guinée, l'un des trois pays africains les plus affectés par l'épidémie[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Ebola : contrôles renforcés aux aéroports des États-Unis et du Canada

Après la mort mercredi du patient atteint d'Ebola au Texas, Washington et Ottawa ont annoncé le renforcement du contrôle des voyageurs en provenance de tous les pays africains touchés par le virus.[...]

Banque mondiale : Ebola pourrait coûter 32,6 milliards de dollars

Selon un rapport de la Banque mondiale sur "l'impact économique d'Ebola" en Afrique de l'Ouest, le pire pourrait être à venir pour les pays touchés si une "réponse[...]

Ebola : la Guinée malade de ses voisins

Moins touché que le Liberia et le Sierra Leone, le pays espère maîtriser l'épidémie d'Ebola. Un objectif que ses frontières poreuses et son territoire mal contrôlé[...]

L'UA plaide pour "plus de ressources humaines" dans la lutte contre Ebola

Lors d'une réunion de l'Organisation de coopération et de développement (OCDE), tenue lundi à Paris, l'Union africaine (UA) a plaidé pour l'envoi de plus de personnel pour mieux lutter contre[...]

Ebola : cinq nouveaux cas par heure en Sierra Leone ?

La progression d'Ebola n'en finit plus d'affoler à travers le monde. Jeudi, une conférence s'est ouverte à Londres afin d'appeler la communauté internationale à accroître son aide[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers