Extension Factory Builder
23/09/2012 à 21:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le député-maire de Fès, au Maroc, Hamid Chabat, s'apprête à voter le 23 septembre 2012. Le député-maire de Fès, au Maroc, Hamid Chabat, s'apprête à voter le 23 septembre 2012. © Abdelhak Senna/AFP

Le député-maire de Fès, Hamid Chabat, a été élu dimanche nouveau chef de l'Istiqlal, un des plus vieux partis du Maroc et deuxième force au sein de l'actuelle coalition gouvernementale, au terme d'un scrutin interne inédit.

M. Chabat, un syndicaliste de 53 ans, a été choisi par plus de 900 militants au détriment d'Abdelouahed el-Fassi, fils d'un des leaders historiques de ce mouvement conservateur fondé en 1944 à l'époque du protectorat français.

L'écart entre les deux candidats n'a été que de 20 voix, le député-maire de Fès recueillant 478 suffrages contre 458 à son rival, cardiologue de profession et ancien ministre de la Santé, selon les organisateurs du scrutin.

D'après le journaliste de l'AFP présent, il n'y a eu aucune contestation au moment de l'annonce du résultat du scrutin. "C'est la démocratie qui a gagné aujourd'hui. (...) Nous allons travailler avec Abdelouahed El-Fassi, côte à côte, et ouvrir une nouvelle page. Notre pays a besoin d'un vrai changement, et aujourd'hui le parti de l'Istiqlal a montré l'exemple aux autres partis", a déclaré à l'AFP Hamid Chabat.

M. Chabat, considéré comme un tribun, devient le 5e secrétaire général de l'histoire du "parti de l'Indépendance", succédant à l'ancien Premier ministre (2007-11) Abbas el-Fassi, qui occupait le poste depuis 1998.

"Principe démocratique"

La tenue de cette élection au Palais des Congrès de Skhirat, station balnéaire située à une trentaine de kilomètres de Rabat, constituait une première, ce dont se sont félicités les militants interrogés en marge du vote.

"Le principe démocratique est aujourd'hui adopté et on ne peut que s'en réjouir", a déclaré Karim Ghellab, président de la première chambre du Parlement marocain et dirigeant de l'Istiqlal.

"Je suis militant depuis le collège. Ma famille soutient l'Istiqlal et je suis ici pour accomplir un devoir", a fait valoir Abderrahim Elmarai, la trentaine, étudiant à Kenitra, près de Rabat.

L'Istiqlal est la 2e force de la coalition gouvernementale derrière le parti Justice et développement (PJD), mouvement islamiste sorti grand vainqueur des législatives organisées fin 2011 dans le tumulte du Printemps arabe.

Il compte plusieurs ministres dont ceux de l'Economie et des Finances, Nizar Baraka, et de l'Education, Mohamed El Ouafa.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme [...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Maroc : quand Mohammed VI se fait arrêter par la Guardia civil espagnole

Selon le quotidien espagnol "El Mundo", une patrouille de la Guardia civil espagnole a arrêté, par erreur, le yacht du roi du Maroc le 7 août dernier au large de Ceuta. Une bourde de taille qui n'a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex