Extension Factory Builder
23/09/2012 à 13:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Julius Malema, lors d'une conférence à Johannesburg, le 18 septembre 2012. Julius Malema, lors d'une conférence à Johannesburg, le 18 septembre 2012. © Cynthia R. Matonhodze/AFP

Neuf personnes sont accusées de blanchiment d'argent, corruption et fraude aux côtés du jeune tribun populiste Julius Malema, contre qui un mandat d'arrêt à été émis vendredi, affirme dimanche l'hebdomadaire sud-africain "Sunday Times".

Malema, un farouche opposant au président Jacob Zuma, sera l'"accusé numéro 10", aux côtés de cinq autres personnes et de quatre compagnies, dans un procès qui doit être, selon le journal, celui de la "mafia du Limpopo", la province du nord du pays dont Malema est originaire.

La police et la direction des impôts s'intéressent depuis plusieurs mois à l'origine des revenus de Malema, qui mène grand train même s'il dit défendre les plus pauvres.

Son argent viendrait de l'obscur fonds familial Ratanang et de On-Point Engineering, une compagnie dans laquelle il a des intérêts qui a gagné des appels d'offres suspects dans la province, dirigée par ses amis politiques. Malema est aussi soupçonné d'avoir monnayé son soutien pour l'attribution de contrats des autorités provinciales.

L'affaire pourrait être évoquée mercredi à Polokwane, capitale du Limpopo, selon plusieurs médias sud-africains.
Parmi les co-accusés de Malema, on trouve son associé Lesiba Gwangwa et On-Point Engineering, affirme le Sunday Times.
Selon l'hebdomadaire, l'affaire porte sur des pots de vins se montant à 100 millions de rands (9,3 millions d'euros).

"Je fais des affaires, et ça marche bien", avait indiqué l'intéressé mercredi à la radio 702, se défendant d'avoir jamais enfreint la loi, et expliquant travailler "partout dans le pays".

Menace de saisie

Le Sunday Independent écrit parallèlement que le fisc réclame 16 millions de rands (1,5 million d'euros) à Malema, et menace de saisir tous ses biens.

Fisc, Parquet et police se sont refusés à tout commentaire, alors que l'Afrique du Sud fait le pont, lundi étant férié. L'avocate de Malema, Nicqui Galaktiou, n'a pas répondu aux demandes de confirmation de l'AFP.

L'émission du mandat d'arrêt contre Julius Malema survient au moment où le pouvoir a repris la main dans la sanglante crise minière qui secoue le pays depuis plusieurs semaines, en envoyant notamment la police rétablir l'ordre dans la "ceinture de platine" de Rustenburg (nord).

Malema avait entrepris une tournée des mines, jurant de les rendre "ingouvernables" et appelant les travailleurs à la révolution. La police l'a empêché lundi 17 septembre de prendre la parole devant les grévistes de Marikana (nord), où s'achevait un long conflit social émaillé de violences qui ont fait 46 morts.

Manoeuvre politique ?

Exclu en avril de l'ANC, le jeune tribun, âgé de 31 ans, est parti en campagne contre le président Jacob Zuma, dont il veut empêcher la reconduction à la tête du parti au pouvoir lors de son prochain congrès, en décembre.

Si "Juju" lui-même n'a pas réagi depuis l'émission du mandat d'arrêt contre lui, ses amis, et notamment les dirigeants de la Ligue de jeunesse de l'ANC dont il était le président, ont dénoncé une manoeuvre politique.

"Ces accusations ne sont pas fondées, elles servent à livrer des batailles politiques à l'intérieur de l'ANC", a par exemple déclaré l'ancien secrétaire général de La Ligne --suspendu pour un an--, Sindiso Magaqa, à la chaîne d'informations eNews Channel Africa.
La jeunesse et les mineurs vont se révolter si Malema est arrêté, a-t-il averti.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : les députés partent en campagne contre la xénophobie

Afrique du Sud : les députés partent en campagne contre la xénophobie

Les députés sud-africains ont décidé de ne pas siéger la semaine prochaine pour faire campagne contre la xénophobie dans leurs circonscriptions après les violences ayant fait au m[...]

Tour de France : MTN-Qhubeka s'échauffe pour la Grande Boucle

Ils y sont arrivés. MTN-Qhubeka est la première équipe cycliste africaine à avoir été invitée au Tour de France (du 4 au 26 juillet 2015). Pourtant, le pari n’était[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Afrique du Sud : l'armée déployée à Johannesburg pour prévenir de nouvelles violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a annoncé mardi le déploiement imminent de l’armée pour maintenir l’ordre dans le township d'Alexandra à Johannesburg et assister la police dans la lutte contre[...]

Afrique du Sud : quand le roi de la nation zouloue dérape...

En sommant les étrangers de "quitter le pays", Goodwill Zwelithini, le roi de la nation zouloue, a mis le feu aux poudres. Depuis, il a démenti ses propos. Trop tard...[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : au secours, l'apartheid revient !

Les violences survenues à Durban ne sont pas un fait isolé. Cela fait des années que les migrants africains sont pris pour cible. Et que, sur fond de difficultés économiques, le poison de[...]

Afrique du Sud : le gouvernement promet de punir les auteurs des violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a promis dimanche de punir les auteurs des violences xénophobes qui ont fait au moins sept morts depuis début avril, alors que le Malawi et le Zimbabwe s'apprêtaient à[...]

Afrique du Sud : le président Zuma invite les immigrés à rester

Après une nouvelle nuit de pillages à Johannesburg, le président Jacob Zuma a annulé un voyage en Indonésie et s'est rendu samedi auprès de victimes de violences xénophobes, afin[...]

Afrique du Sud : Zuma annule un voyage après de nouvelles violences xénophobes

Le président sud-africain Jacob Zuma a annulé samedi un voyage à l'étranger après une nouvelle nuit de violences xénophobes perpétrées par des casseurs et pilleurs, qui[...]

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Depuis trois semaines, des violences xénophobes secouent l’Afrique du Sud. Une situation qui a déjà fait six morts et plus de 5 000 déplacés.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120923130507 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120923130507 from 172.16.0.100