Extension Factory Builder
23/09/2012 à 13:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Julius Malema, lors d'une conférence à Johannesburg, le 18 septembre 2012. Julius Malema, lors d'une conférence à Johannesburg, le 18 septembre 2012. © Cynthia R. Matonhodze/AFP

Neuf personnes sont accusées de blanchiment d'argent, corruption et fraude aux côtés du jeune tribun populiste Julius Malema, contre qui un mandat d'arrêt à été émis vendredi, affirme dimanche l'hebdomadaire sud-africain "Sunday Times".

Malema, un farouche opposant au président Jacob Zuma, sera l'"accusé numéro 10", aux côtés de cinq autres personnes et de quatre compagnies, dans un procès qui doit être, selon le journal, celui de la "mafia du Limpopo", la province du nord du pays dont Malema est originaire.

La police et la direction des impôts s'intéressent depuis plusieurs mois à l'origine des revenus de Malema, qui mène grand train même s'il dit défendre les plus pauvres.

Son argent viendrait de l'obscur fonds familial Ratanang et de On-Point Engineering, une compagnie dans laquelle il a des intérêts qui a gagné des appels d'offres suspects dans la province, dirigée par ses amis politiques. Malema est aussi soupçonné d'avoir monnayé son soutien pour l'attribution de contrats des autorités provinciales.

L'affaire pourrait être évoquée mercredi à Polokwane, capitale du Limpopo, selon plusieurs médias sud-africains.
Parmi les co-accusés de Malema, on trouve son associé Lesiba Gwangwa et On-Point Engineering, affirme le Sunday Times.
Selon l'hebdomadaire, l'affaire porte sur des pots de vins se montant à 100 millions de rands (9,3 millions d'euros).

"Je fais des affaires, et ça marche bien", avait indiqué l'intéressé mercredi à la radio 702, se défendant d'avoir jamais enfreint la loi, et expliquant travailler "partout dans le pays".

Menace de saisie

Le Sunday Independent écrit parallèlement que le fisc réclame 16 millions de rands (1,5 million d'euros) à Malema, et menace de saisir tous ses biens.

Fisc, Parquet et police se sont refusés à tout commentaire, alors que l'Afrique du Sud fait le pont, lundi étant férié. L'avocate de Malema, Nicqui Galaktiou, n'a pas répondu aux demandes de confirmation de l'AFP.

L'émission du mandat d'arrêt contre Julius Malema survient au moment où le pouvoir a repris la main dans la sanglante crise minière qui secoue le pays depuis plusieurs semaines, en envoyant notamment la police rétablir l'ordre dans la "ceinture de platine" de Rustenburg (nord).

Malema avait entrepris une tournée des mines, jurant de les rendre "ingouvernables" et appelant les travailleurs à la révolution. La police l'a empêché lundi 17 septembre de prendre la parole devant les grévistes de Marikana (nord), où s'achevait un long conflit social émaillé de violences qui ont fait 46 morts.

Manoeuvre politique ?

Exclu en avril de l'ANC, le jeune tribun, âgé de 31 ans, est parti en campagne contre le président Jacob Zuma, dont il veut empêcher la reconduction à la tête du parti au pouvoir lors de son prochain congrès, en décembre.

Si "Juju" lui-même n'a pas réagi depuis l'émission du mandat d'arrêt contre lui, ses amis, et notamment les dirigeants de la Ligue de jeunesse de l'ANC dont il était le président, ont dénoncé une manoeuvre politique.

"Ces accusations ne sont pas fondées, elles servent à livrer des batailles politiques à l'intérieur de l'ANC", a par exemple déclaré l'ancien secrétaire général de La Ligne --suspendu pour un an--, Sindiso Magaqa, à la chaîne d'informations eNews Channel Africa.
La jeunesse et les mineurs vont se révolter si Malema est arrêté, a-t-il averti.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : une mosquée ouverte aux homosexuels inaugurée au Cap

Afrique du Sud : une mosquée ouverte aux homosexuels inaugurée au Cap

Une mosquée ouverte aux homosexuels, traitant les femmes et les chrétiens sur un pied d'égalité, a été inaugurée vendredi au Cap, sans aucun incident majeur, malgré des men[...]

Afrique du Sud : Jacob Zuma rattrapé par ses démons

Rien ne va plus pour le chef de l'État sud-africain. Alors que les scandales se multiplient, la justice exhume l'affaire dite de l'Arms Deal, qui poursuit Jacob Zuma depuis plus de dix ans. Tiendra-t-il jusqu'à[...]

À quoi sert Mme Zuma ?

Si Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), était japonaise, elle se confondrait en kokaishiteimass (excuses publiques) et courbettes contrites, avant de [...]

Afrique du Sud : une ministre espère que Pistorius sera rejugé

La ministre sud-africaine de l'Éducation et présidente de la Ligue des femmes du parti au pouvoir, Angie Motshegka, a déclaré ce week-end qu'elle espérait qu'Oscar Pistorius serait[...]

Afrique du Sud : Oscar Pistorius reconnu coupable d'homicide involontaire

Oscar Pistorius a été reconnu vendredi coupable d'homicide involontaire pour la mort de sa petite amie, Reeva Steenkamp, en 2013.[...]

Afrique du Sud : la juge va prononcer la fin du verdict du procès Pistorius

Oscar Pistorius saura vendredi s'il est reconnu coupable d'homicide involontaire pour la mort de sa petite amie, Reeva Steenkamp, en 2013. La juge sud-africaine Masipa a écarté, jeudi, la préméditation[...]

Procès Pistorius : la juge écarte la thèse du meurtre avec préméditation

La dernière étape du procès du champion sud-africain Oscar Pistorius, accusé du meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp, en février 2013, a débuté jeudi avec la lecture du[...]

Afrique du Sud : des quotas de joueurs noirs pour sauver un rugby en péril ?

En Afrique du Sud, la fédération de rugby a choisi de mettre en place une politique de quotas afin de favoriser l'intégration des joueurs et entraîneurs noirs dans les effectifs. Une question de[...]

Livres : un long chemin vers la liberté

Dans un roman saisissant, André Brink se penche sur son histoire familiale. Et narre l'horreur de l'esclavage tel qu'il se pratiquait au XIXe siècle en Afrique du Sud. Un système qu'ont combattu[...]

Afrique du Sud : le dalaï-lama, persona non grata ?

Le dalaï-lama est-il toujours persona non grata en Afrique du Sud ? Pour la troisième fois en seulement cinq ans, le leader tibétain se serait vu refuser un visa d'entrée alors qu'il devait participer[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex