Extension Factory Builder
23/09/2012 à 10:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Juan Mendez, à Rabat le 22 septembre 2012. Le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Juan Mendez, à Rabat le 22 septembre 2012. © Fadel Senna

Le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Juan Mendez, a affirmé samedi à Rabat que les "actes de torture" n'avaient pas disparu au Maroc, même si la situation s'était "généralement améliorée".

"La situation sur le terrain en ce qui concerne la pratique de la torture s'est généralement améliorée depuis les dernières décennies", a déclaré M. Mendez lors d'une rencontre avec la presse concluant sa visite d'une semaine dans le royaume.

Mais, "un certain nombre de cas a été porté à mon attention où les lésions" des victimes témoignent d'"actes de torture", a-t-il dit.
Il a fait état d'"informations crédibles" sur des violences infligées via des "coups de poing et de bâtons, l'utilisation de décharges électriques et des brûlures de cigarettes".

Selon lui, ces "actes équivalant à la torture" peuvent être "commis à l'occasion d'événements particulièrement intenses, tels que les grandes manifestations, perçues comme une menace à la sécurité nationale, ou des actes de terrorisme".

Arrivé le 15 septembre au Maroc, à l'invitation du royaume et avec l'objectif "d'aider les autorités à faire respecter l'Etat de droit", M. Mendez a passé deux jours au Sahara occidental --lundi et mardi--, où il a rencontré les autorités locales ainsi que des représentants de la société civile.

Il a également visité la prison de Laâyoune, la principale ville du Sahara occidental, région annexée par le Maroc en 1975 et qui est l'objet d'un conflit avec le mouvement indépendantiste Polisario.

Remise du rapport en mars 2013

Soulignant avoir reçu "des centaines de cas avant et pendant (sa) visite" au Sahara occidental, il a promis d'"examiner chaque demande dans le détail".

Il a précisé que son rapport au Conseil des droits de l'Homme, sur la torture au Maroc, serait présenté à Genève en mars 2013. Evoquant les manifestations au Maroc depuis le début du Printemps arabe, M. Mendez a fait état d'"une augmentation subite du nombre d'incidents" impliquant l'utilisation "excessive" de la force de la part des autorités.

"Le droit de réunion pacifique doit être respecté", a-t-il dit, tout en soulignant qu'en cas de débordements, la police avait le droit d'intervenir mais "en conformité avec les normes internationales".

Pour lui, "la nouvelle Constitution de juillet 2011 a introduit quelques changements encourageants" concernant le problème de la torture. "Il est difficile, à ce stade, d'évaluer leur impact réel, mais il semble y avoir un engagement des plus hautes autorités et j'espère qu'il continuera à y avoir un effort soutenu".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc - Abderrafie Zouitene : 'Les plages sont interchangeables, la culture pas'

Maroc - Abderrafie Zouitene : "Les plages sont interchangeables, la culture pas"

Entretien avec Abderrafie Zouitene, directeur général de l’Office national marocain du Tourisme, président de la Fondation Esprit de Fès et du Festival de Fès des musiques sacrées[...]

Ramzi Boukhiam, un Marocain en quête de grand surf

Ce Marocain de 22 ans est l'un des très rares surfeurs africains à se signaler au niveau international. Son objectif, parvenir à se hisser parmi les meilleurs riders de la planète.[...]

"O Ka" : Souleymane Cissé le justicier

À partir de l'expulsion de ses soeurs de sa maison natale, le réalisateur malien revient sur l'histoire de sa famille. Un film engagé, tourné vers l'avenir.[...]

Polémique : "Much loved", le film de Nabil Ayouch, ne sera pas diffusé au Maroc

Déjà sujet à polémique en raison du sujet qu’il traite, le film de Nabil Ayouch reste au cœur des débats après que le gouvernement marocain, emmené par les islamistes du[...]

Que faut-il retenir de la visite de Mohammed VI au Sénégal ?

Le souverain marocain, Mohammed VI, quittera le Sénégal vendredi, après avoir signé de nombreux accords économiques.[...]

Festival de Fès - Alain Weber : "La musique est un peu une revanche pour l'Afrique"

Entretien avec Alain Weber, directeur artistique de la 21e édition du festival de Fès des musiques sacrées du monde.[...]

Ali Benmakhlouf : "À sa mort, le Prophète n'a laissé aucune directive"

Le penseur marocain en est persuadé : sans l'apport de la pensée arabe médiévale, le paysage intellectuel européen actuel ne serait pas ce qu'il est. Et pourtant qui le sait ? Dans un[...]

Mehdi Benatia : "Fier et heureux, avec le Bayern et avec le Maroc"

Recruté à l’été 2014 par le Bayern Munich pour 30 millions d’euros, Mehdi Benatia a remporté avec le championnat d’Allemagne le premier titre de sa carrière. À[...]

Maroc : un terroriste refoulé par la Grande-Bretagne sème la terreur à Rabat

 Les autorités britanniques ont refoulé de leur territoire un Marocain condamné pour terrorisme, le 21 mai, sans en informer le Royaume et provoquant un imbroglio diplomatique.  [...]

Gouvernement marocain : Mohand Laenser, l'insubmersible

Le 20 mai, Mohammed VI a nommé cinq nouveaux ministres à la place de ceux qui ont démissionné. Parmi eux, Mohand Laenser, l'indéboulonnable secrétaire général du Mouvement[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers