Extension Factory Builder
23/09/2012 à 10:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Juan Mendez, à Rabat le 22 septembre 2012. Le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Juan Mendez, à Rabat le 22 septembre 2012. © Fadel Senna

Le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Juan Mendez, a affirmé samedi à Rabat que les "actes de torture" n'avaient pas disparu au Maroc, même si la situation s'était "généralement améliorée".

"La situation sur le terrain en ce qui concerne la pratique de la torture s'est généralement améliorée depuis les dernières décennies", a déclaré M. Mendez lors d'une rencontre avec la presse concluant sa visite d'une semaine dans le royaume.

Mais, "un certain nombre de cas a été porté à mon attention où les lésions" des victimes témoignent d'"actes de torture", a-t-il dit.
Il a fait état d'"informations crédibles" sur des violences infligées via des "coups de poing et de bâtons, l'utilisation de décharges électriques et des brûlures de cigarettes".

Selon lui, ces "actes équivalant à la torture" peuvent être "commis à l'occasion d'événements particulièrement intenses, tels que les grandes manifestations, perçues comme une menace à la sécurité nationale, ou des actes de terrorisme".

Arrivé le 15 septembre au Maroc, à l'invitation du royaume et avec l'objectif "d'aider les autorités à faire respecter l'Etat de droit", M. Mendez a passé deux jours au Sahara occidental --lundi et mardi--, où il a rencontré les autorités locales ainsi que des représentants de la société civile.

Il a également visité la prison de Laâyoune, la principale ville du Sahara occidental, région annexée par le Maroc en 1975 et qui est l'objet d'un conflit avec le mouvement indépendantiste Polisario.

Remise du rapport en mars 2013

Soulignant avoir reçu "des centaines de cas avant et pendant (sa) visite" au Sahara occidental, il a promis d'"examiner chaque demande dans le détail".

Il a précisé que son rapport au Conseil des droits de l'Homme, sur la torture au Maroc, serait présenté à Genève en mars 2013. Evoquant les manifestations au Maroc depuis le début du Printemps arabe, M. Mendez a fait état d'"une augmentation subite du nombre d'incidents" impliquant l'utilisation "excessive" de la force de la part des autorités.

"Le droit de réunion pacifique doit être respecté", a-t-il dit, tout en soulignant qu'en cas de débordements, la police avait le droit d'intervenir mais "en conformité avec les normes internationales".

Pour lui, "la nouvelle Constitution de juillet 2011 a introduit quelques changements encourageants" concernant le problème de la torture. "Il est difficile, à ce stade, d'évaluer leur impact réel, mais il semble y avoir un engagement des plus hautes autorités et j'espère qu'il continuera à y avoir un effort soutenu".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous [...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en[...]

Maroc : Rachid El Hahi, 41 ans, l'action politique

Derrière le peintre, il y a le militant politique, celui qui, en 1991, comptait déjà parmi les signataires de la charte d'Agadir, premier document recensant les principales revendications amazighs et[...]

Maroc : Brahim Oummad, 31 ans, le développement durable

Sur le mont Alban, à 1 600 mètres d'altitude, les jeunes d'Imider ont improvisé un petit campement où ils organisent souvent des sit-in pour protester contre la politique d'exclusion[...]

Maroc : Khadija Arouhal, 35 ans, poète

En 1994, alors qu'elle était encore collégienne, elle écrit un poème en tifinagh - l'alphabet amazigh, qu'elle a appris toute seule - et l'épingle sur le panneau d'affichage de son[...]

Maroc : Kamal Hachkar, 37 ans, l'héritage judéo-berbère

Lorsque son film documentaire sur les Juifs de Tinghir (un village du Sud-Est) est sorti, Kamal Hachkar ne s'attendait pas à ce qu'il suscite l'ire des islamistes. Fils d'émigrés, il ne mesurait pas[...]

Maroc : Chakib El Khyari, 35 ans, militant des droits de l'homme

Connu pour son esprit rebelle, ce Rifain né à El Hoceima a, malgré son jeune âge, un passé de militant bien rempli. En 2009, il a été emprisonné pour ses[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex