Extension Factory Builder
23/09/2012 à 10:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Juan Mendez, à Rabat le 22 septembre 2012. Le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Juan Mendez, à Rabat le 22 septembre 2012. © Fadel Senna

Le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Juan Mendez, a affirmé samedi à Rabat que les "actes de torture" n'avaient pas disparu au Maroc, même si la situation s'était "généralement améliorée".

"La situation sur le terrain en ce qui concerne la pratique de la torture s'est généralement améliorée depuis les dernières décennies", a déclaré M. Mendez lors d'une rencontre avec la presse concluant sa visite d'une semaine dans le royaume.

Mais, "un certain nombre de cas a été porté à mon attention où les lésions" des victimes témoignent d'"actes de torture", a-t-il dit.
Il a fait état d'"informations crédibles" sur des violences infligées via des "coups de poing et de bâtons, l'utilisation de décharges électriques et des brûlures de cigarettes".

Selon lui, ces "actes équivalant à la torture" peuvent être "commis à l'occasion d'événements particulièrement intenses, tels que les grandes manifestations, perçues comme une menace à la sécurité nationale, ou des actes de terrorisme".

Arrivé le 15 septembre au Maroc, à l'invitation du royaume et avec l'objectif "d'aider les autorités à faire respecter l'Etat de droit", M. Mendez a passé deux jours au Sahara occidental --lundi et mardi--, où il a rencontré les autorités locales ainsi que des représentants de la société civile.

Il a également visité la prison de Laâyoune, la principale ville du Sahara occidental, région annexée par le Maroc en 1975 et qui est l'objet d'un conflit avec le mouvement indépendantiste Polisario.

Remise du rapport en mars 2013

Soulignant avoir reçu "des centaines de cas avant et pendant (sa) visite" au Sahara occidental, il a promis d'"examiner chaque demande dans le détail".

Il a précisé que son rapport au Conseil des droits de l'Homme, sur la torture au Maroc, serait présenté à Genève en mars 2013. Evoquant les manifestations au Maroc depuis le début du Printemps arabe, M. Mendez a fait état d'"une augmentation subite du nombre d'incidents" impliquant l'utilisation "excessive" de la force de la part des autorités.

"Le droit de réunion pacifique doit être respecté", a-t-il dit, tout en soulignant qu'en cas de débordements, la police avait le droit d'intervenir mais "en conformité avec les normes internationales".

Pour lui, "la nouvelle Constitution de juillet 2011 a introduit quelques changements encourageants" concernant le problème de la torture. "Il est difficile, à ce stade, d'évaluer leur impact réel, mais il semble y avoir un engagement des plus hautes autorités et j'espère qu'il continuera à y avoir un effort soutenu".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Longtemps déserté, le Sahara marocain attire enfin les patrons

Longtemps déserté, le Sahara marocain attire enfin les patrons

Fin mars, les provinces du Sud étaient au centre d'un nouveau forum de l'investissement à Laayoune. À la clé, soixante projets et 6 milliards de dirhams pour une région jusque-l&agra[...]

Maroc - Laurent Sablé : "Fini les procès, place au sport !"

Au terme d'une procédure internationale d'arbitrage, la suspension des Lions de l'Atlas des CAN 2017 et 2019 a été annulée. Entretien avec l'un des avocats de la partie marocaine.[...]

Finance : le marocain OCP lève un milliard de dollars sur les marchés internationaux

Pour sa deuxième incursion sur les marchés internationaux en à peine un an, le géant marocain des phosphates OCP a émis un eurobond d'un milliard de dollars. L'emprunt, d'une maturité de[...]

Maroc : l'avant-projet de réforme du code pénal est-il rétrograde ?

La réforme du code pénal marocain devait permettre des avancées démocratiques. C'est raté : son avant-projet est contesté par la société civile, qui le trouve[...]

Accident d'autocar au Maroc : les victimes méritent-elles le deuil national ?

Depuis le tragique accident d’autocar, les messages de condoléances et de soutien aux familles des victimes se muent en une gronde sur les réseaux sociaux demandant un deuil national.[...]

Mohammed Benhammou : "La plupart des Marocains qui reviennent du jihad avec l'EI disent avoir été dupés"

Pour l'universitaire Mohammed Benhammou, président du Centre marocain des études stratégiques et spécialiste du terrorisme et des questions de sécurité, les recrues de l'État[...]

Libye : une bombe explose devant l'ambassade du Maroc sans faire de victimes

Une bombe a explosé dans la nuit de dimanche à lundi près de l'entrée de l'ambassade du Maroc, à Tripoli. L'attentat n'a heureusement pas fait de victimes.[...]

Maroc : au moins 33 morts dans un grave accident d'autocar dans le Sud

Le Maroc est endeuillé une nouvelle fois par un accident de la route dû à une collusion entre un autocar et un camion près de la ville de Tan Tan (Sud). Bilan provisoire : 33 morts, dont des enfants,[...]

Maroc : la revue de détail du dernier recensement

Loin de certaines lectures exagérément dramatiques, les premiers chiffres du recensement général confirment des tendances connues. Revue de détail.[...]

Manuel Valls : "La France est fière d'être l'amie du Maroc"

En visite dans le royaume chérifien, le Premier ministre français a assuré jeudi que les relations de Paris avec Rabat avaient repris leur cours normal, après un an d'une crise diplomatique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120923100755 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120923100755 from 172.16.0.100