Extension Factory Builder
23/09/2012 à 09:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le ministre pakistanais des chemins de fer, Ghulam Ahmed Bilour (c), le 19 mai 2011. Le ministre pakistanais des chemins de fer, Ghulam Ahmed Bilour (c), le 19 mai 2011. © Narinder Nanu

Un ministre pakistanais a promis samedi une prime de 100000 dollars à qui tuera le réalisateur du film anti-islam "L'innocence des musulmans", qui continue de susciter une vive émotion dans le monde musulman sans provoquer toutefois de nouvelles violences.

"J'annonce que je donnerai 100.000 dollars à celui qui tuera ce blasphémateur qui a outragé le saint prophète", a déclaré à la presse à Peshawar, dans le nord-ouest du pays, le ministre pakistanais des chemins de fer, Ghulam Ahmed Bilour.

"J'appelle aussi les talibans et les frères d'Al-Qaïda à participer à cette noble action", a ajouté le ministre en assurant que, s'il en avait l'occasion, il tuerait de ses propres mains le réalisateur de ce film produit aux Etats-Unis. "Ensuite, on pourra me pendre", a-t-il conclu.

Le Pakistan a été le principal foyer musulman des manifestations contre le film américain anti-islam. Vendredi, après la grande prière, une manifestation de plusieurs dizaines de milliers de personnes a parfois dégénéré en violences, faisant 21 morts et plus de 200 blessés.

Des milliers de personnes ont à nouveau manifesté samedi au Pakistan contre le film, mais dans le calme cette fois.
Dans la capitale Islamabad, plus de 5.000 manifestants ont progressé en direction du Parlement, situé non loin de l'enclave diplomatique très sécurisée qui abrite notamment l'ambassade des Etats-Unis, aux cris de "Nous aimons notre prophète" ou "Punissez ceux qui ont humilié notre prophète".

A Lahore, la grande ville de l'est, environ 500 militants d'un mouvement islamiste radical ont manifesté devant le consulat des Etats-Unis, en scandant "Les Etats-Unis ne méritent qu'une chose: le jihad, le jihad".

Manifestation monstre à Kano

En Afrique, au Nigeria, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans le calme samedi à Kano, la plus grande ville du nord musulman. Selon le journaliste de l'AFP, le cortège s'étendait sur plusieurs kilomètres de cette métropole du nord du pays, et des manifestants criaient "Mort à l'Amérique, mort à Israël et mort aux ennemis de l'islam". La manifestation était organisée par le Mouvement islamique du Nigeria, un groupe pro-iranien chiite.

Au Moyen-Orient, quelque 500 Palestiniens se sont rassemblés dimanche à Jérusalem-Est pour protester contre le film dénigrant l'islam et contre la publication par un hebdomadaire français de caricatures du prophète Mahomet.

"Nous sommes tous fidèles à Mahomet", "Mahomet le prophète de l'islam", pouvait-on lire sur des banderoles accrochées au côté de drapeaux du mouvement du Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas et de son rival islamiste Hamas. La police n'est pas intervenue lors de ce rassemblement.

Au Liban, des milliers de partisans du puissant mouvement armé libanais Hezbollah ont manifesté samedi à Bint Jbeil, dans le sud du pays. Des femmes en tchador noir arboraient des drapeaux de l'islam aux côtés d'enfants tenant le Coran, le livre saint des musulmans.
De leur côté, les autorités jordaniennes ont obtenu de Google la suppression de tous les liens conduisant au film "Innocence of Muslims" (L"Innocence des musulmans") dans le royaume, a déclaré samedi à l'AFP un porte-parole du ministère de la Communication.

En Allemagne et en France aussi

En Allemagne, quelque 1.500 personnes ont manifesté "sans aucun incident" samedi à Dortmund, dans l'ouest de l'Allemagne, selon la police. D'autres manifestation s'étaient auparavant déroulées, également dans le calme, à Fribourg et Münster (ouest) tandis que des marches étaient prévues ce week-end à Karlsruhe (sud-ouest) et Hanovre (nord).

Environ 500 personnes ont manifesté en début de soirée devant l'ambassade des Etats-Unis à Vienne. La manifestation s'est déroulée sans incident, rassemblant islamistes salafistes, musulmans libéraux, femmes voilées ou non non-voilées.

Quelque 200 personnes ont également manifesté dans le calme à Berne, la capitale fédérale suisse, pour exiger une "meilleure protection des sentiments religieux" à l'appel du Conseil central islamique suisse (CCIS) et d'autres organisations musulmanes.

En France, les rues de Paris et des grandes villes sont restées calmes samedi, la police étouffant dans l'oeuf toute manifestation. Dans le centre de Paris, une cinquantaine de personnes, dont plusieurs femmes voilées qui refusaient de présenter leurs papiers, ont été interpellées avant d'être relachées après vérification de leur identité, selon une source policière.

A Marseille (sud), une soixantaine de policiers, appuyés par un hélicoptère de la gendarmerie, ont fait face à... un seul manifestant qui n'a pas été interpellé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Libye : confusion à tous les étages

Libye : confusion à tous les étages

En décidant d'invalider le Parlement de Tobrouk, pourtant élu et reconnu par la communauté internationale, la Cour suprême a ajouté à la confusion ambiante. Et semé le[...]

Photographie : l'Afrique sans fard

Affranchi des stéréotypes, le continent se raconte au festival de Lagos. Un rendez-vous international où se croisent les regards d'artistes nigérians et étrangers.[...]

Burkina : Zida entend multiplier les réformes et lutter contre la corruption

À l'issue du premier Conseil des ministres de son gouvernement, le lieutenant-colonel Isaac Zida a promis lundi de mener de nombreuses réformes et a désigné une cible : la corruption.[...]

Égypte - France : le climat se réchauffe

L'Égypte est résolue à améliorer ses relations avec la France (Abdel Fattah al-Sissi devait se rendre les 25 et 26 novembre à Paris pour s'entretenir avec François Hollande [...]

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

 Organisée à Marrakech du 19 au 21 novembre, la cinquième édition du GES a connu un franc succès. Plus de 6000 participants ont pris part à l'événement, qui reviendra l'[...]

Libye - Fethi Benkhalifa : "Les Amazighs n'ont pas à choisir leur camp dans la guerre civile"

Fethi Benkhalifa, ex-président du Congrès mondial amazigh, s'est rendu à Paris. À cette occasion il a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" et de donner son poi[...]

Côte d'Ivoire : une dizaine de pro-Gbagbo, dont 3 anciens ministres, mettent fin à leur exil au Ghana

Trois anciens ministres de Laurent Gbagbo, Hubert Oulaye, Odette Sauyet et Assoa Adou, ont regagné la Côte d'Ivoire lundi avec d'autres cadres de l'ancien régime, mettant fin à un exil de quatre ans au[...]

La Côte d'Ivoire veut lever 160 milliards de F CFA

L'État ivoirien a entamé la levée de 160 milliards de F CFA (243 millions d'euros) sur le marché de l'Uemoa. Une partie de ces ressources pourrait servir à apurer la solde des militaires frondeur[...]

Maroc : le corps du délit

En se mettant elles-mêmes en scène, de jeunes artistes marocaines bousculent les stéréotypes liés au statut de la femme. Issues d'une génération décomplexée par[...]

État islamique : Fatiha Mejjati, la veuve noire

Les combattants marocains de l'État islamique (EI) ont leur star. Son nom : Fatiha Mejjati, veuve de Karim Mejjati, membre d'Al-Qaïda tombé en Arabie saoudite en avril 2005. Véritable ic&ocir[...]

Maroc : enquête sur le contrat controversé de Sicpa

Au Maroc, la société suisse chargée du marquage fiscal des boissons et du tabac est loin de faire l'unanimité. Outre des tarifs jugés excessifs, l'opacité de sa gestion pose questi[...]

Maroc : inondations meurtrières dans le Sud

La région du Sud-est du Maroc a connu des intempéries exceptionnelles dimanche 23 novembre. Bilan provisoire : au moins 32 personnes tuées et 6 portées disparues.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers