Extension Factory Builder
23/09/2012 à 17:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des milliers de manifestants anti-milices à Benghazi, le 21 septembre 2012. Des milliers de manifestants anti-milices à Benghazi, le 21 septembre 2012. © Abdullah Doma

Les autorités libyennes sont passées à l'action dimanche face aux milices armées, délogeant l'une d'elles à Tripoli, après leur décision d'en finir avec ces groupes qui font la loi dans le pays depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

Le président de l'Assemblée nationale libyenne, Mohamed al-Megaryef, a annoncé samedi soir "la dissolution de toutes les brigades et formations armées qui ne sont pas sous la légitimité de l'Etat", au lendemain d'une sanglante rébellion des habitants de Benghazi (est) contre des miliciens islamistes.

L'armée a parallèlement fixé un ultimatum de 48 heures aux milices et groupes armés pour évacuer les casernes, les bâtiments publics et les propriétés des membres de l'ancien régime dans la capitale et ses environs.

Mais avant même l'expiration de l'ultimatum lundi soir, des troupes ont pris d'assaut dimanche matin le quartier général d'une milice qui occupait une installation de l'armée sur la route de l'aéroport de Tripoli. Selon un journaliste de l'AFP, des tirs nourris ont été entendus sur le site durant une trentaine de secondes. Le chef d'état-major a annoncé sur sa page Facebook l'arrestation des membres de la milice et la confiscation de leurs armes, sans faire état de victimes.

"Nous allons effectuer ce genre d'opérations durant les deux à trois prochaines semaines, jusqu'à déloger tous les groupes armés qui ne sont pas sous l'autorité de l'Etat", a déclaré à l'AFP un officier de l'armée sous couvert de l'anonymat. Après la chute de Mouammar Kadhafi, des centaines d'anciens rebelles ont occupé des installations stratégiques de l'Etat, ainsi que des propriétés des partisans et dirigeants de l'ancien régime. Certains ont ensuite intégré les services de l'Intérieur ou de la Défense, mais le nouveau pouvoir n'est jusqu'à présent pas parvenu à désarmer ceux restés indépendants.

Une voiture en feu devant les quartiers généraux du groupe islamiste Ansar al-Charia, le 21 septembre 2012 à Benghazi.

© Abdullah Doma/AFP

L'armée prête à frapper

Dans son communiqué publié dans la nuit de samedi à dimanche, l'armée a précisé qu'elle ferait "usage de la force" si l'ultimatum n'était pas respecté.

Dès samedi, deux milices islamistes de Benghazi -- la branche locale d'Ansar al-Charia et la Brigade des martyrs d'Abou Slim -- ont annoncé leur dissolution et décidé d'évacuer les installations publiques qu'elles occupaient à Derna, ville considérée comme un fief des islamistes radicaux à l'est de Benghazi, a rapporté l'agence officielle Jana.

Les autorités libyennes ont en outre chargé le chef d'état-major, Youssef al-Mangouch, d'asseoir son autorité sur les brigades qui ont rejoint l'armée, en plaçant des officiers de l'armée régulière au commandement de ces formations d'ex-rebelles qui avaient combattu le régime de Mouammar Kadhafi.

Elles ont décidé également la mise en place à Benghazi d'un "centre opérationnel" regroupant l'armée, les forces du ministère de l'Intérieur et les brigades d'ex-rebelles qui dépendent du ministère de la Défense, afin d'assurer la sécurité dans la ville, a indiqué M. Megaryef.

Des manifestants libyens dans les rues de Benghazi, le 22 septembre 2012.

© Abdullah Doma/AFP

Ces décisions surviennent après un soulèvement meurtrier vendredi soir des habitants de Benghazi contre ces milices armées, à l'issue d'une manifestation pacifique de dizaines de milliers de personnes contre ces milices, dix jours après la mort de l'ambassadeur américain dans l'attaque de son consulat dans la grande ville de l'Est.

Vendredi soir, des centaines de manifestants sont parvenus à déloger le groupe salafiste d'Ansar al-Charia de la caserne qu'il occupait au centre-ville. Pointé du doigt par la population et plusieurs médias dans l'attaque du consulat, le groupe avait démenti toute implication.

Les protestataires ont également pris d'assaut d'autres quartiers généraux et bases de milices, délogeant certaines d'entre elles. Ces violences ont fait 11 morts et des dizaines de blessés. Six membres des forces de sécurité, "exécutés" selon un médecin, figurent parmi les tués.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Nigeria : l'armée dit avoir tué des dizaines d'islamistes de Boko Haram

  L'armée nigériane a affirmé samedi avoir tué des dizaines d'islamistes du groupe armé Boko Haram et libéré 20 otages lors d'une opération dans un fief des insurg&[...]

Religion : béatification d'Irene Stefani, "mère pitié" vénérée au Kenya

Des dizaines de milliers de catholiques se sont réunis samedi à Nyeri, à 150 kilomètres au nord de la capitale kényane Nairobi, pour la cérémonie de béatification de la relig[...]

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une cr[...]

Maroc : un terroriste refoulé par la Grande-Bretagne sème la terreur à Rabat

 Les autorités britanniques ont refoulé de leur territoire un Marocain condamné pour terrorisme, le 21 mai, sans en informer le Royaume et provoquant un imbroglio diplomatique.  [...]

Burundi : les manifestants tiennent tête au président Nkurunziza

Au terme d'une nouvelle semaine de manifestations marquées par la répression et la violence, Bujumbura connaissait samedi une trêve décrétée par les leaders du mouvement anti-troisiè[...]

Togo : démission du Premier ministre et de son gouvernement

  Le Premier ministre togolais Kwesi Séléagodji Ahoomey-Zunu a remis sa démission et celle de son gouvernement au président Faure Gnassingbé qui l'a acceptée, a annoncé la[...]

Soudan du Sud : l'ONU accuse les belligérants d'avoir tiré sur sa base de Melut

  L'ONU a accusé vendredi l'armée et les rebelles au Soudan du Sud d'avoir tiré sur sa base de Melut, dans le nord-est du pays, et exigé que les responsables soient sanctionnés.[...]

Football : Hervé Renard, attendu à Lille, se sépare de la Côte d'Ivoire

 Le Français Hervé Renard, attendu à Lille, n'est plus le sélectionneur de la Côte d'Ivoire, qu'il a mené au titre continental en février, a-t-on appris vendredi auprès d[...]

Burundi : trois morts dans l'explosion de grenades au centre de Bujumbura

Dans une nouvelle escalade de la violence, trois personnes ont été tuées par des jets de grenades vendredi soir dans la capitale burundaise Bujumbura, agitée depuis quatre semaines par la contestation p[...]

Côte d'Ivoire - Pascal Affi N'Guessan : "Le FPI n'est pas divisé"

Pascal Affi N'Guessan, le chef du parti de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, secoué par des divisions internes, a lancé un appel au rassemblement au sein du Front Populaire Ivoirien, vendredi, à l[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers