Extension Factory Builder
23/09/2012 à 17:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des milliers de manifestants anti-milices à Benghazi, le 21 septembre 2012. Des milliers de manifestants anti-milices à Benghazi, le 21 septembre 2012. © Abdullah Doma

Les autorités libyennes sont passées à l'action dimanche face aux milices armées, délogeant l'une d'elles à Tripoli, après leur décision d'en finir avec ces groupes qui font la loi dans le pays depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

Le président de l'Assemblée nationale libyenne, Mohamed al-Megaryef, a annoncé samedi soir "la dissolution de toutes les brigades et formations armées qui ne sont pas sous la légitimité de l'Etat", au lendemain d'une sanglante rébellion des habitants de Benghazi (est) contre des miliciens islamistes.

L'armée a parallèlement fixé un ultimatum de 48 heures aux milices et groupes armés pour évacuer les casernes, les bâtiments publics et les propriétés des membres de l'ancien régime dans la capitale et ses environs.

Mais avant même l'expiration de l'ultimatum lundi soir, des troupes ont pris d'assaut dimanche matin le quartier général d'une milice qui occupait une installation de l'armée sur la route de l'aéroport de Tripoli. Selon un journaliste de l'AFP, des tirs nourris ont été entendus sur le site durant une trentaine de secondes. Le chef d'état-major a annoncé sur sa page Facebook l'arrestation des membres de la milice et la confiscation de leurs armes, sans faire état de victimes.

"Nous allons effectuer ce genre d'opérations durant les deux à trois prochaines semaines, jusqu'à déloger tous les groupes armés qui ne sont pas sous l'autorité de l'Etat", a déclaré à l'AFP un officier de l'armée sous couvert de l'anonymat. Après la chute de Mouammar Kadhafi, des centaines d'anciens rebelles ont occupé des installations stratégiques de l'Etat, ainsi que des propriétés des partisans et dirigeants de l'ancien régime. Certains ont ensuite intégré les services de l'Intérieur ou de la Défense, mais le nouveau pouvoir n'est jusqu'à présent pas parvenu à désarmer ceux restés indépendants.

Une voiture en feu devant les quartiers généraux du groupe islamiste Ansar al-Charia, le 21 septembre 2012 à Benghazi.

© Abdullah Doma/AFP

L'armée prête à frapper

Dans son communiqué publié dans la nuit de samedi à dimanche, l'armée a précisé qu'elle ferait "usage de la force" si l'ultimatum n'était pas respecté.

Dès samedi, deux milices islamistes de Benghazi -- la branche locale d'Ansar al-Charia et la Brigade des martyrs d'Abou Slim -- ont annoncé leur dissolution et décidé d'évacuer les installations publiques qu'elles occupaient à Derna, ville considérée comme un fief des islamistes radicaux à l'est de Benghazi, a rapporté l'agence officielle Jana.

Les autorités libyennes ont en outre chargé le chef d'état-major, Youssef al-Mangouch, d'asseoir son autorité sur les brigades qui ont rejoint l'armée, en plaçant des officiers de l'armée régulière au commandement de ces formations d'ex-rebelles qui avaient combattu le régime de Mouammar Kadhafi.

Elles ont décidé également la mise en place à Benghazi d'un "centre opérationnel" regroupant l'armée, les forces du ministère de l'Intérieur et les brigades d'ex-rebelles qui dépendent du ministère de la Défense, afin d'assurer la sécurité dans la ville, a indiqué M. Megaryef.

Des manifestants libyens dans les rues de Benghazi, le 22 septembre 2012.

© Abdullah Doma/AFP

Ces décisions surviennent après un soulèvement meurtrier vendredi soir des habitants de Benghazi contre ces milices armées, à l'issue d'une manifestation pacifique de dizaines de milliers de personnes contre ces milices, dix jours après la mort de l'ambassadeur américain dans l'attaque de son consulat dans la grande ville de l'Est.

Vendredi soir, des centaines de manifestants sont parvenus à déloger le groupe salafiste d'Ansar al-Charia de la caserne qu'il occupait au centre-ville. Pointé du doigt par la population et plusieurs médias dans l'attaque du consulat, le groupe avait démenti toute implication.

Les protestataires ont également pris d'assaut d'autres quartiers généraux et bases de milices, délogeant certaines d'entre elles. Ces violences ont fait 11 morts et des dizaines de blessés. Six membres des forces de sécurité, "exécutés" selon un médecin, figurent parmi les tués.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

Une réunion de la dernière chance pourrait avoir lieu avant le huis-clos des chefs d'État, dimanche. Objectif : arriver à dégager un consensus sur une candidature africaine à la succession[...]

Infographie : le Burkina des coups d'État

Avec l'arrivée au pouvoir du président de transition Michel Kafando, le Burkina Faso retrouve un chef d'État civil après quasiment un demi-siècle de pouvoir militaire. Retour, en infographie, sur[...]

Nizar Mourabit : faux Marocain, vrai imposteur

Un politologue du nom de Nizar Mourabit sévit depuis quelques années au pays des tulipes. Il est apparu un jour sur la scène médiatique, ou plutôt il y a surgi, et n'a cessé de publ[...]

Documentaire : "I Am Ali", l'album de famille

Quarante ans après le combat opposant le boxeur à Foreman, à Kinshasa, un documentaire intimiste brosse un portrait sensible de l'homme qu'il fut, vu par les siens.[...]

Sénégal : sommet de l'OIF à Dakar, tout se passe à Diamniadio

Diamniadio, un pôle urbain ultramoderne et écologique, accueille le sommet de la Francophonie les 29 et 30 novembre. Une bouffée d'air frais, en périphérie d'une capitale hypertrophi&eacut[...]

Algérie : Bouteflika à Grenoble, tempête dans un verre de thé

Prévu de longue date mais occulté par les autorités, le bref séjour d'Abdelaziz Bouteflika en France pour un contrôle médical de routine a - une fois de plus - alimenté [...]

Hollande aux Guinéens : "Nous avons le devoir de vous soutenir" dans la lutte contre Ebola

À son arrivée à Conakry, François Hollande a affirmé, vendredi, la solidarité de la France avec la Guinée dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola. Le présiden[...]

Triple explosion meurtrière à la mosquée de Kano, dans le nord du Nigeria

Trois bombes ont explosé vendredi dans l'enceinte de la grande mosquée de Kano, dans le nord du Nigeria. Au moins 64 personnes ont été tuées et 126 blessées.[...]

Burundi : chambardement dans le cabinet de Nkurunziza

Pierre Nkurunziza a signé vendredi une série de décrets relatifs à la "réorganisation des services de la présidence". Parmi les têtes qui ont volé, on note celle de [...]

Abdelfattah al-Sissi à Paris - Alain Gresh : "L'impression de revoir Moubarak reçu par Sarkozy"

Le directeur adjoint de la rédaction du mensuel français "Le monde diplomatique" et spécialiste du Moyen-Orient, Alain Gresh, répond aux questions de "Jeune Afrique" sur la visite mi[...]

Cameroun : Ahmadou Ahidjo ou l'État incarné

Le 30 novembre 1989, le premier président de la République du Cameroun meurt. Les politiciens de 1958 avaient cru élire cet autodidacte pour une brève transition. Vingt-quatre ans plus tard, il quitta l[...]

Cameroun : Ahmadou Ahidjo, 25 ans d'exil funéraire

À l'occasion de la commémoration du 25 anniversaire de la mort d'Ahmadou Ahidjo, Jeune Afrique réédite une série d'articles consacrés à l'ex-président camerounais déc&[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces