Extension Factory Builder
22/09/2012 à 15:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un iPhone 5 présenté dans un Apple Store à San Francisco, le 21 septembre 2012 Un iPhone 5 présenté dans un Apple Store à San Francisco, le 21 septembre 2012 © Justin Sullivan/Getty Images/AFP

Grandes villes introuvables, ponts et routes déformés : Apple a énervé ses fans en leur imposant son nouveau système de cartes rempli de bugs et a peut-être fait une erreur stratégique en voulant évincer de ses iPhone l'application très populaire de son grand rival Google.

"Même si (le nouveau système d'exploitation pour smartphones d'Apple) iOS6 dit autre chose, je peux vous assurer que les ponts de Tacoma n'ont pas fondu". Cette mise au point est postée sur le site Twitter officiel du ministère des Transports de l'Etat de Washington, qui l'assortit d'une capture d'écran montrant une vue très déformée des deux ponts suspendus.

Ce n'est qu'un exemple des multiples bugs repérés à travers le monde par les utilisateurs de l'application Apple Maps, qui remplace Google Maps dans le logiciel iOS6 installé sur le tout nouveau iPhone 5 et disponible depuis cette semaine sous forme de mise à jour pour les modèles d'iPhone plus anciens.

Göteborg rayée de la carte

Le site communautaire de photos en ligne Tumblr en montre toute une série sur une page spéciale. En Suède, un célèbre voilier-auberge de jeunesse "a coulé", et la deuxième ville du pays, Göteborg, semble avoir disparu, rapportent des utilisateurs, photo à l'appui. En Autriche, le Palais de justice de Vienne est présenté comme celui de Nuremberg, une ville allemande située à des centaines de kilomètres de là.

Anil Dash, co-fondateur de la société de consultants new-yorkaise Activate, raconte qu'en programmant une adresse en plein Manhattan pour tester Apple Maps, il s'est retrouvé à Brooklyn, de l'autre côté du fleuve.

"Apple a conçu un nouveau produit qui est joli, mais stupide. Pire, ils ont utilisé la position dominante de leur plateforme pour privilégier leur propre application par rapport à celle d'un concurrent, alors qu'elle est plus mauvaise", déplore-t-il, évoquant "un manque de fiabilité que je ne me souviens pas d'avoir vu chez Google Maps, même au moment de son lancement".

L'application de cartes de Google était jusqu'ici installée par défaut sur tous les iPhones. Faute de pouvoir la trouver dans l'appstore d'Apple, certains blogs conseillent désormais de se servir du navigateur internet du smartphone pour pouvoir y accéder.

Apple, qui semblait jusqu'ici transformer en or tout ce qu'il touchait, s'est exposé cette fois à "une douloureuse séance de flagellation publique", relève Greg Sterling, consultant chez Sterling Market Intelligence.

Renoncer à la mise à jour ?

Il prévient que cela pourrait pousser les gens à ne pas mettre à jour le logiciel de leur iPhone, voire à renoncer à acheter l'iPhone 5, mais juge quand même "étrange qu'il y autant de bugs". "On aurait pu s'attendre à ce que le groupe ait été informé de problèmes par ses développeurs, qui utilisent le nouveau système d'exploitation depuis des mois".

"Ce n'est qu'un début", a réagi par email une porte-parole d'Apple, Trudy Muller, assurant que le groupe améliorait "en permanence" ses cartes. "Plus les gens utiliseront (le service), plus il s'améliorera", a-t-elle ajouté.

Pour Greg Sterling toutefois, Apple aurait moins terni son image si d'entrée de jeu "il avait présenté Maps comme une version +beta+ (de test) et sollicité des retours des utilisateurs. En l'absence d'un tel message, tout le monde avait des attentes accrues".

Le fabricant finlandais de téléphone Nokia a en tout cas sauté sur l'occasion pour se moquer de son rival. Un de ses techniciens, Pino Bonetti, rappelle sur le blog officiel du groupe que justesse du système de cartographie, qualité et accessibilité "ont été la norme chez Nokia durant les six dernières années".

"Nous comprenons aussi que +joli+ n'est pas suffisant" : il faut "de l'excellence", ajoute-t-il.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Méditerranée : réunion extraordinaire des dirigeants européens le 23 avril à Bruxelles

Après le sommet extraordinaire des ministres européens des Affaires étrangères ce lundi à Luxembourg, les chefs d’États et de gouvernement de l’UE se retrouvent jeudi à [...]

Djibouti : Guelleh attend John Kerry le 5 mai

Après la visite, il y a un an, de Susan Rice, la conseillère à la Sécurité nationale de Barack Obama, Djibouti s'apprête à recevoir John Kerry, le secrétaire d'É[...]

Afrique du Sud : quand le roi de la nation zouloue dérape...

En sommant les étrangers de "quitter le pays", Goodwill Zwelithini, le roi de la nation zouloue, a mis le feu aux poudres. Depuis, il a démenti ses propos. Trop tard...[...]

Burkina Faso : code électoral sous surveillance

Les conséquences de l'adoption du nouveau code électoral burkinabè - qui exclut des prochaines consultations présidentielle et législatives les partisans de Blaise Compaoré - sont [...]

Amérique latine : les gringos ont le vent en poupe

La fin programmée de la "guerre froide" entre les États-Unis et Cuba va provoquer une complète redistribution des cartes dans tout le sous-continent. De l'Argentine à la Bolivie et du [...]

Que sait-on de la "mystérieuse" maladie qui a fait 18 morts au Nigeria ?

Un mal encore non-identifié a causé en quelques jours la mort de dix-huit personnes dans l’État d’Ondo, au sud-ouest du Nigeria. Une situation qui suscite les inquiétudes des autorité[...]

Centrafrique : Jean-Jacques Demafouth, qui veut la peau du caméléon ?

Ex-ministre de Patassé, ex-rebelle et aujourd'hui conseiller de Catherine Samba-Panza, il tentait de tirer toutes les ficelles du pouvoir centrafricain. À force, il a fini par faire l'unanimité. Contre[...]

Muhammadu Buhari : "Comment je compte éradiquer Boko Haram"

Quand, dans la nuit du 14 avril 2014, des hommes de Boko Haram ont attaqué une école à Chibok, dans le nord du Nigeria, et kidnappé plus de deux cents jeunes filles, mes compatriotes o[...]

Burundi : élections générales, top départ

À quelques semaines des législatives, prélude à la présidentielle de juin, l'opposition, dans les starting-blocks, dénie au chef de l'État le droit de briguer un troisi&egra[...]

Méditerranée : plus de 300 migrants en plein naufrage, selon l'OIM

L'OIM a reçu lundi un appel au secours provenant d'une embarcation en train de sombrer en Méditerranée. Il y aurait plus de 300 migrants à son bord.[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : au secours, l'apartheid revient !

Les violences survenues à Durban ne sont pas un fait isolé. Cela fait des années que les migrants africains sont pris pour cible. Et que, sur fond de difficultés économiques, le poison de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120922152902 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120922152902 from 172.16.0.100