Extension Factory Builder
22/09/2012 à 15:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Vue de l'aéroport de Gao, dans le nord du Mali, le 7 août 2012. Vue de l'aéroport de Gao, dans le nord du Mali, le 7 août 2012. © Romaric Ollo Hien

Un responsable local de Gao, ville du nord du Mali sous contôle des djihadistes, a affirmé samedi à l'AFP que les islamistes acceptent de négocier avec le gouvernement de Bamako à condition "que le Mali applique la charia" (loi islamique), en réponse à l'appel au dialogue du président malien lancé vendredi soir.

"Nous acceptons la main tendue de M. Traoré à une seule condition: que le Mali applique la charia, la loi de Dieu, c'est la seule condition", a déclaré Alioune Touré, un des responsables des islamistes à Gao, interrogé sur place par l'AFP.

"Si les gens du sud (du Mali) veulent la négociation avec l'application de la charia, nous sommes d'accord. Mais si c'est la guerre qu'ils veulent, nous sommes aussi d'accord. Dieu est le plus fort", a-t-il ajouté.

Le président intérimaire, Dioncounda Traoré, a proposé vendredi soir "le dialogue" et "la négociation" aux groupes armés islamistes qui occupent le Nord du pays, tout en appelant les Maliens à "l'union sacrée" autour de leur armée" pour faire la guerre s'il n'y avait "plus d'autre choix".

"Il n'est pas président"

"J'en appelle aux groupes armés qui opèrent dans le nord de notre pays d'accepter de s'engager résolument dans la voie du dialogue et de la négociation", a dit le président malien, investi il y a cinq mois, suite au coup d'Etat militaire qui avait renversé Amadou Toumani Touré.

A la question de savoir s'il avait écouté l'ensemble du discours du président vendredi soir, Alioune Touré a répondu: "Pour nous, il n'est pas président. Il doit se soumettre d'abord à la loi de Dieu". "Nous sommes pour la guerre sainte. Rien de nous arrêtera sur le chemin de la guerre sainte. Voilà ce que je voulais dire. Je n'ai plus rien à ajouter", a conclu Alioune Touré, ancien chef de la police islamique de Gao, actuellement chargé de la sécurité, côté sud de la ville.

Le Mujao, spécialiste de l'amputation

Gao est, avec Tombouctou et Kidal, l'une des principales villes du nord du Mali occupées par deux groupes armés islamistes alliés d'Al-Qaïda au Maghreb islamiste (Aqmi), le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et Ansar Dine (Défenseurs de l'islam).

Le Mujao avait pris le contrôle total de Gao à la fin juin, après de violents combats avec la rébellion touareg. Le 10 septembre, cinq hommes y ont été amputés d'une main et d'un pied chacun, par les islamistes qui les accusaient d'avoir braqué un car de voyageurs.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Drague : le bal des faux-culs

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Mali : le groupe de Belmokhtar revendique l'attentat-suicide qui a tué un soldat français

Dans un enregistrement audio transmis mercredi soir au site d'information mauritanien Alakhbar, Al-Mourabitoune, le groupe du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, revendique l'attentat-suicide qui a tué un sous-officier[...]

Mali : le gouvernement se dit "prêt à aller loin" dans les négociations de paix

Selon Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, le gouvernement de Bamako est "prêt à aller loin" dans les négociations de paix avec les groupes armés du Nord du[...]

Mali : après des mois de blocage, ouverture des négociations de paix à Alger

Des négociations de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays s'ouvrent ce mercredi à Alger. En guise de bonne volonté, les deux camps ont échangé mardi soir[...]

Ebola en Afrique de l'Ouest : le bilan passe le cap des 600 morts, dont 68 en 5 jours

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le bilan de l'épidémie de fièvre Ebola qui frappe la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone depuis mars a désormais franchi le cap des 600[...]

Mali : mort d'un sous-officier de l'armée française, "victime d'un attentat suicide"

L'Élysée a annoncé mardi qu'un soldat français avait été tué au Mali, "victime d'un attentat-suicide", alors qu'il participait à une opération de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers