Extension Factory Builder
22/09/2012 à 15:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Vue de l'aéroport de Gao, dans le nord du Mali, le 7 août 2012. Vue de l'aéroport de Gao, dans le nord du Mali, le 7 août 2012. © Romaric Ollo Hien

Un responsable local de Gao, ville du nord du Mali sous contôle des djihadistes, a affirmé samedi à l'AFP que les islamistes acceptent de négocier avec le gouvernement de Bamako à condition "que le Mali applique la charia" (loi islamique), en réponse à l'appel au dialogue du président malien lancé vendredi soir.

"Nous acceptons la main tendue de M. Traoré à une seule condition: que le Mali applique la charia, la loi de Dieu, c'est la seule condition", a déclaré Alioune Touré, un des responsables des islamistes à Gao, interrogé sur place par l'AFP.

"Si les gens du sud (du Mali) veulent la négociation avec l'application de la charia, nous sommes d'accord. Mais si c'est la guerre qu'ils veulent, nous sommes aussi d'accord. Dieu est le plus fort", a-t-il ajouté.

Le président intérimaire, Dioncounda Traoré, a proposé vendredi soir "le dialogue" et "la négociation" aux groupes armés islamistes qui occupent le Nord du pays, tout en appelant les Maliens à "l'union sacrée" autour de leur armée" pour faire la guerre s'il n'y avait "plus d'autre choix".

"Il n'est pas président"

"J'en appelle aux groupes armés qui opèrent dans le nord de notre pays d'accepter de s'engager résolument dans la voie du dialogue et de la négociation", a dit le président malien, investi il y a cinq mois, suite au coup d'Etat militaire qui avait renversé Amadou Toumani Touré.

A la question de savoir s'il avait écouté l'ensemble du discours du président vendredi soir, Alioune Touré a répondu: "Pour nous, il n'est pas président. Il doit se soumettre d'abord à la loi de Dieu". "Nous sommes pour la guerre sainte. Rien de nous arrêtera sur le chemin de la guerre sainte. Voilà ce que je voulais dire. Je n'ai plus rien à ajouter", a conclu Alioune Touré, ancien chef de la police islamique de Gao, actuellement chargé de la sécurité, côté sud de la ville.

Le Mujao, spécialiste de l'amputation

Gao est, avec Tombouctou et Kidal, l'une des principales villes du nord du Mali occupées par deux groupes armés islamistes alliés d'Al-Qaïda au Maghreb islamiste (Aqmi), le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et Ansar Dine (Défenseurs de l'islam).

Le Mujao avait pris le contrôle total de Gao à la fin juin, après de violents combats avec la rébellion touareg. Le 10 septembre, cinq hommes y ont été amputés d'une main et d'un pied chacun, par les islamistes qui les accusaient d'avoir braqué un car de voyageurs.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de m[...]

Deux ans après l'opération Serval, où en est l'armée malienne ?

Le 11 janvier 2013, l'armée française intervenait au Mali pour aider les militaires maliens à défendre leur territoire face à l'assaut des groupes jihadistes vers le sud du pays. Deux ans plus[...]

Le Mali refuse d'inhumer Amédy Coulibaly, le tueur de l'Hyper Cacher à Paris

Amédy Coulibaly, le preneur d'otages du supermarché casher de Paris, devait être enterré au Mali, pays où ses parents sont nés. Mais, selon le quotidien français "Le[...]

CAN 2015 : Le Mali et le Cameroun dos à dos

 Pas de vainqueur dans le choc entre le Mali et le Cameroun dans le groupe D (1-1). Les Aigles pensaient tenir leur victoire mais les Lions Indomptables ont égalisé en fin de partie. La "poule de la[...]

Mali : Modibo Keïta, un nouveau Premier ministre cool et old school

À peine nommé Premier ministre du Mali, Modibo Keïta a déjà réussi un exploit : contenter simultanément le gouvernement, l'opposition et les groupes armés. Cela[...]

Fin de l'épidémie d'Ebola au Mali

Après plus quarante jours de surveillance sans cas confirmés, le Mali en a officiellement fini dimanche avec l'épidémie d'Ebola sur son territoire.  [...]

Charlie Bathily

C'est l'histoire de deux hommes, maliens d'origine, au coeur du drame qui a saisi la France le 7 janvier. Le tueur de Juifs et le sauveur de Juifs, l'assassin et le juste, le Bambara et le Soninké, le[...]

Un vent de francophonie sur la CAN 2015

Cinq entraîneurs, onez pays francophones, une majorité de joueurs de Ligue 1, la CAN 2015 qui se tient en Guinée-Equatoriale du 17 janvier au 8 février ressemblerait presque à une coupe de la[...]

Mali : attaque contre le camp de l'ONU à Kidal, un Casque bleu tchadien tué

Le camp de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) à Kidal, dans l'extrême nord-est du pays, a été samedi la cible d'une nouvelle attaque au cours de laquelle un Casque bleu tchadien a été[...]

Foot : le top 10 des joueurs à suivre pendant la CAN 2015

Déjà connus ou en quête de reconnaissance, certains joueurs vont profiter de la CAN 2015 pour tenter de frapper les esprits. Jeune Afrique en a sélectionnés dix, toutes nationalités[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120922150456 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120922150456 from 172.16.0.100