Extension Factory Builder
22/09/2012 à 09:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des fidèles devant la mosquée Al-Fatah, le 21 septembre 2012 à Tunis. Des fidèles devant la mosquée Al-Fatah, le 21 septembre 2012 à Tunis. © Fethi Belaid

Une foule de fidèles insultaient vendredi après-midi, à la sortie de la grande prière de la mosquée Al-Fatah de Tunis, les journalistes présents, alors qu'un imposant dispositif de sécurité a été déployé, tout rassemblement étant interdit en Tunisie.

Ces fidèles criaient "médias de la sédition" à l'adresse des journalistes présents, dont de nombreux représentants de la presse étrangère qui a largement couvert la diffusion de caricatures de Mahomet en France et d'un film islamophobe produit aux Etats-Unis à l'origine de graves troubles dans le monde arabo-musulman.

Des unités anti-émeutes et des blindés de l'armée et de la garde nationale ont été déployés en masse aux abords de la mosquée tunisoise située à quelques centaines de mètres de l'ambassade de France et où un chef salafiste jihadiste a pu prêcher en début de semaine.

Vendredi, c'est le ministre des Affaires religieuses, Noureddine El Khadmi qui a prêché dans ce lieu de culte appelant au "calme et à la retenue", sans s'étendre sur les caricatures, ni sur le film islamophobe, selon des journalistes de l'AFP.

"Rationalité"

"Le calme, le sens de la mesure et la rationalité doivent prévaloir en ces moments difficiles pour les musulmans", a-t-il lancé aux fidèles dans un discours largement consacré à la nécessité de respecter les étrangers et les personnels diplomatiques.

"Pour nous ces gens doivent être intouchables", a-t-il lancé, appelant à "suivre l'exemple de Mahomet qui ne répondit pas à l'insulte de messagers étrangers", a-t-il dit.

A l'extérieur, les policiers ayant pour instruction de "tirer des balles réelles" en cas de débordements, canalisaient les fidèles dans les directions opposées à celle de l'ambassade de France.

Fouilles

Certains passants se faisaient contrôler et étaient fouillés par des policiers sur les dents, alors qu'un hélicoptère tournait dans le ciel de Tunis.

Les autorités tunisiennes ont assuré qu'elles empêcheraient toute manifestation vendredi, alors que le 14 septembre elles avaient été dépassées par une foule de militants intégristes qui ont saccagé l'ambassade des Etats-Unis et l'école américaine lors de violences qui ont fait quatre morts.

Le ministère de l'Intérieur a inspecté lui-même ses troupes déployées aux abords de l'ambassade de France de crainte d'attaques après la publication de caricatures mettant en scène Mahomet par l'hebdomadaire Charlie hebdo.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie - Troussier : 'Il fallait que je quitte Sfax'

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans), quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux congo[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Tunisie : soixante-dix candidats déclarés pour la présidentielle du 23 novembre

Soixante-dix personnes ont d'ores et déjà déposé un dossier de candidature à la présidentielle tunisienne, qui aura lieu le 23 novembre. La liste définitive des participants ne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers