Extension Factory Builder
15/09/2012 à 11:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Macky Sall veut octroyer le budget du Sénat aux victimes des inondations. Macky Sall veut octroyer le budget du Sénat aux victimes des inondations. © Seyllou/AFP

Les sénateurs sénégalais ont rejeté vendredi des projets de loi supprimant le Sénat et la vice-présidence, s'opposant ainsi aux députés qui s'étaient prononcés mercredi pour la disparition de ces deux institutions, a annoncé un parlementaire à l'AFP.

"Les sénateurs ont rejeté les deux projets de loi. Ils ont suivi le mot d'ordre du PDS (Parti démocratique sénégalais, de l'ex-président Abdoulaye Wade) qui avait appelé à voter contre", a affirmé Ahmed Bachir Kounta, membre du Sénat.

Le Sénat est dominé par des partisans de M. Wade, battu au second tour de la présidentielle de mars par Macky Sall. "C'est la démocratie qui s'exprime. Le processus n'est pas terminé. Les intérêts des Sénégalais finiront pas triompher", a réagi devant la presse la ministre de la Justice, Aminata Touré.

L'Assemblée nationale a le dernier mot

Le vote négatif des sénateurs ne bloque pas le processus de suppression du Sénat et de la vice-présidence parce que, selon la législation sénégalaise, l'Assemblée nationale a le dernier mot.

Les deux projets de loi seront une nouvelle fois soumis à l'Assemblée nationale, largement dominée par la coalition soutenant l'actuel chef de l'Etat, avant le Congrès qui réunit les deux chambres du Parlement. Les députés sénégalais avaient mercredi soir adopté les deux textes.

Le président Sall avait annoncé le 29 août le dépôt d'un projet de loi pour supprimer le Sénat et affecter le budget de cette institution, près de 8 milliards de FCFA (plus de 12 millions d'euros), à la lutte contre les inondations qui ont fait plusieurs morts dans le pays ces dernières semaines.

Polémique

Des élections étaient initialement prévues dimanche pour renouveler cette chambre dont les 45 membres sont élus par les grands électeurs et 55 nommés par le chef de l'Etat. Elles ont été, de fait, annulées.

Le poste de vice-président n'a jamais été pourvu depuis sa création en juin 2009. Cette institution avait été largement critiquée en juin 2011. Un projet de loi du président Wade avait alors envisagé qu'en cas de démission, d'empêchement définitif ou de décès en cours de mandat, le président de la République est remplacé par le vice-président qui devient ensuite le nouveau président.

Beaucoup avaient soupçonné M. Wade, qui s'était défendu de toute volonté de dévolution monarchique, de vouloir nommer son fils et ministre, Karim Wade.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre gal[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola (SE OK MER 25/3)

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

"Gospel Journey" : Faada Freddy à la folie

Sans instruments, armé de sa seule voix et de son corps, le chanteur du groupe Daara-J ose un premier album solo percutant.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120915114212 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120915114212 from 172.16.0.100