Extension Factory Builder
11/09/2012 à 09:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un rebelle du M23. Un rebelle du M23. © AFP

Le 10 septembre, le Mouvement du 23 mars (M23) a fait savoir qu’il était prêt à s’entretenir avec le président ougandais Yoweri Museveni pour trouver une solution politique à la crise. Depuis le mois de mai, le groupe rebelle affronte les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et de la Monusco dans l’est du pays.

Le 8 septembre s’est tenu à Kampala un mini-sommet, le troisième en deux mois, de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL). Les participants devaient y définir les contours d’une force d’interposition neutre pour faire cesser les combats qui opposent les rebelles du M23 à l’armée régulière congolaise et à la Monusco dans l’est de la RDC. Si la rencontre s’est finalement achevée sans avancées concrètes, elle a cependant donné mandat au président ougandais, Yoweri Museveni, pour « continuer les pourparlers » avec les parties en conflit, selon la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo.

Du côté du M23, on semble satisfait du travail entamé par le président ougandais : « Nous saluons cette initiative de la part de son excellence Yoweri Museveni de négocier avec nous. Nous allons nous asseoir avec lui pour présenter notre cahier des charges », a déclaré à le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole du mouvement. Selon la même source, le haut-commandement, les cadres militaires et les membres du bureau politique du groupe armé devraient se réunir dans la semaine « pour prendre une décision sur ce qu'il y aura dans notre cahier des charges ».

Éviter le recours à la force

L’ambition de ce dialogue annoncé est de trouver une solution politique pour éviter la poursuite des affrontements. Le porte-parole du M23 a fait savoir que le groupe armé souhaitait la présence, au dialogue, de représentants de la société civile et de l’opposition pour « vider totalement le problème de la crise ». Mais les échanges s’annoncent houleux dans la mesure où la rébellion est accusée par ces mêmes représentants d’avoir commis de nombreuses exactions (assassinats, pillages, racket...).

L’autre souhait émis par le M23 : la présence du président congolais en personne à la table des négociations. « Nous aimerions que le chef de l'État congolais Joseph Kabila soit là. Il faut qu'il soit là, qu'on discute avec lui ». Or c’est certainement ce point qui est le plus incertain. On se souvient qu’après avoir proposé aux mutins de regagner les rangs de l’armée régulière, Joseph Kabila avait durci le ton et rejeté toute négociation avec la rébellion.

Interrogé par la presse sur la nécessité de la présence du président rwandais Paul Kagamé - absent du sommet de Kampala, contrairement à Joseph Kabila - le groupe rebelle a jugé sa présence inutile.

« Non, non. Ça dépendra de la volonté de Kinshasa et du médiateur ougandais, mais nous nous n'avons pas un problème avec les Rwandais. L'essentiel est que le président Kabila soit là (...) parce que le problème est congolo-congolais », a-t-il affirmé. Des déclarations qui vont dans le sens de Kigali qui dément tout soutien à la rébellion.

Force neutre

Le mini-sommet qui s’est tenu le 8 septembre à Kampala a conclu que la force neutre d’interposition pourrait être opérationnelle d’ici trois mois. Elle serait placée sous mandat de l'Union africaine (UA) et de l'ONU.

Elle devrait avoir pour mission de faire barrage au hommes du M23 qui sont issus de la rébellion congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), accusée à l’époque d'être soutenue par le Rwanda et intégrée dans l'armée en 2009 après un accord de paix avec Kinshasa, dont ils réclament la pleine application.

La mission devra aussi stopper les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR). Cette rébellion hutue, combattue par Kigali pour sa participation présumée au génocide du Rwanda en 1994, est toujours très active et commet des exactions contre les populations de la région depuis des années.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

Le gouvernement congolais s'est dit "choqué" et  "fatigué des donneurs de leçons" après avoir essuyé les critiques frontales d'Alexander De Croo, le ministre belge de la[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Canada : David Muipatayi alias ZPN, autoentrepreneur du hip-hop

Figure montante du hip-hop, ce jeune Congolais est installé dans la province canadienne de l'Ontario, où il produit ses propres disques. En attendant de percer à l'international.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

RDC : début de l'offensive de l'armée contre les FDLR dans l'Est

Attendue depuis fin janvier, l’opération de l’armée congolaise contre les combattants des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) semble s’amorcer ce mardi avec le[...]

RDC : la justice française se penche sur les mystères du meurtre d'opposants de Kabila en 2000

Le procès de trois hommes accusés de complicité dans l’assassinat, il y a 14 ans en France, de deux opposants congolais suspectés d’avoir voulu intenter un putsch contre[...]

RDC : la démission de Russ Feingold, une épine de moins dans le pied de Kabila

En fonction depuis juin 2013, Russ Feingold a démissionné samedi de son poste d’envoyé spécial des États-Unis dans la région des Grands Lacs. Une décision qui a sans doute[...]

RDC : l'affaire des opposants de Kabila tués en France resurgit au procès 14 ans après les faits

Plus de 14 ans après la découverte du corps de deux opposants congolais carbonisés dans une voiture près de Lyon, la justice française exhume une nébuleuse affaire qui mêle tentative[...]

Des hydroliennes envisagées sur le fleuve Congo pour développer l'agriculture

Sur les rives du Congo, des centaines de paysans produisent des fruits et légumes mais trop souvent, une partie pourrit sur place, faute de stockage réfrigéré. Pour stopper ce gâchis et[...]

RDC : démission de Russ Feingold, le cow-boy de Barack Obama dans la région des Grands Lacs

L’envoyé spécial des États-Unis pour la région des Grands Lacs et la RDC, Russ Feingold, va quitter son poste, qui l’a vu fortement s’impliquer dans les négociations entre les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120911093721 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120911093721 from 172.16.0.100