Extension Factory Builder
09/09/2012 à 09:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran de la vidéo mise en ligne par Sahara Medias. Capture d'écran de la vidéo mise en ligne par Sahara Medias. © AFP

Un site privé mauritanien d'informations a publié samedi une vidéo montrant quatre Français otages d'Al-Qaïda au Maghreb Islamique, qui appellent tous à négocier pour leur libération, vidéo tournée fin août selon un des otages et diffusée à huit jours du deuxième anniversaire de leur rapt au Niger.

"Nous sommes le mercredi 29 août 2012. Cela va faire bientôt deux ans que nous sommes ici", déclare un des Français dans cette vidéo mise en ligne vendredi par Sahara Medias et visionnée samedi par l'AFP. L'otage a été identifié auprès de l'AFP par un responsable de Sahara Medias comme étant Daniel Larribe, et les trois autres comme Pierre Legrand, Marc Féret et Thierry Dole. Des identités confirmées en France par René Robert, grand-père M. Legrand, qui a précisé avoir reconnu son petit-fils et ajouté que les autres familles d'otages avaient reconnu leurs proches. Pour M. Robert, cette vidéo "est une preuve de vie récente" des quatre otages. Ils "sont fatigués et même épuisés, mais ils sont vivants".

Le ministère français des Affaires étrangères a indiqué samedi procéder aux "vérifications d'usage" pour authentifier la vidéo. "Le gouvernement demeure pleinement mobilisé pour obtenir la libération" des otages, a-t-il assuré. Sur la vidéo, les quatre otages appellent leurs proches, leurs employeurs et les autorités françaises à privilégier la négociation pour obtenir leur libération. Ils pressent particulièrement leurs employeurs, le groupe nucléaire public français Areva et son sous-traitant Satom, d'intervenir.

714 jours de détention

Les quatre hommes ont été enlevés le 16 septembre 2010 à Arlit (nord du Niger) et sont, depuis, aux mains d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Ils ont été kidnappés en même temps que trois autres personnes qui ont ensuite été libérées. Sur la vidéo, dont les séquences semblent tournées à l'extérieur, dans deux décors différents (une toile grise en fond dans la première et beige dans la seconde), ils apparaissent fatigués et s'expriment sous le regard d'hommes en armes, turban sur la tête, debout derrière eux.

"C'est le 714e jour ici, en détention au sein de... dans le Sahara", dit dans la vidéo Thierry Dole, qui indique que tous sont "épuisés par ces deux ans de détention". "Je pense que la situation doit être carrément bloquée au niveau des négociations", déclare-t-il, en exhortant les proches des quatre otages à la solidarité et pressant leurs employeurs et le pouvoir français d'éviter le recours à la force pour leur libération.

"Peut-être un prix fort à payer"

"Je demande aux familles des otages d'être solidaires entre elles, de tenir bon, de chercher activement des voies pour encourager le gouvernement et le président de la République à nous sortir d'ici", et au président français, "de ne pas faire d'attaque, surtout de continuer les négociations", poursuit-il. Daniel Larribe fait allusion à une demande de rançon, indiquant que pour les faire libérer, "il y a peut-être un prix fort à payer". Sahara Medias, un des sites d'information les plus fiables en Mauritanie, dispose d'un vaste réseau de correspondants dans le nord du Mali. Il est très bien informé sur les activités des groupes islamistes armés, dont Aqmi, qui étaient actifs depuis plusieurs années dans le nord du Mali dont ils ont fini par prendre le contrôle il y a plus de cinq mois.

Le même média avait publié le 9 août une vidéo montrant séparément trois des quatre hommes enlevés à Arlit, et deux autres Français enlevés le 24 novembre à Hombori 2011 (nord du Mali), en précisant que les images avaient été tournées lors des "derniers mois du pouvoir" de l'ex-président français Nicolas Sarkozy, battu le 6 mai à l'élection présidentielle par François Hollande.

Cette nouvelle vidéo est publiée à huit jours du deuxième anniversaire de l'enlèvement des Français à Arlit, alors que la crise au Mali semble éloigner la perspective d'un règlement rapide de la question des otages. Les autorités de Bamako sont confrontées à une situation complexe, après le coup d'Etat militaire le 22 mars qui a semé une confusion tenace dans les instances du pouvoir dirigé par des autorités de transition. Dans le même temps, les groupes occupant le Nord ont menacé de représailles les pays et soutiens d'une force militaire que l'Afrique de l'Ouest se dit disposée à envoyer au Mali pour l'aider à recouvrer ses zones occupées. Bamako a précisé qu'il ne souhaitait qu'un appui en moyens logistiques, aériens et en renseignements.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mauritanie

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

"Timbuktu" : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

Fils d'un Algérien et d'une Tunisienne, le comédien Abel Jafri incarne un fondamentaliste complexe dans "Timbuktu", le film d'Abderrahmane Sissako remarqué lors du Festival de Cannes.[...]

Karim Miské, talent sans frontières

Tantôt à Nouakchott, tantôt à Paris. Une caméra dans une main, un stylo dans l'autre. L'écrivain et documentariste franco-mauritanien Karim Miské explore depuis vingt-cinq ans[...]

Traversées mauritanides : les mots pour le lire

Mi-décembre se tiendra la 5e édition du festival Traversées mauritanides à Nouakchott et à Nouadhibou. Une plongée au coeur des lettres francophones et arabophones.[...]

Mauritanie : Nouakchott croule sous les déchets

Depuis le mois de mai, le ramassage des ordures laisse à désirer à Nouakchott, devenu une véritable décharge à ciel ouvert. Face à ce désastre, des habitants se[...]

Mauritanie : entre les Flam le torchon brûle

Un an après le retour au pays de leurs leaders, les militants de la cause négro-mauritanienne des Forces de libération africaines de Mauritanie (Flam) s'entre-déchirent. Faut-il intégrer[...]

Mauritanie : roulez jeunesse !

Kane Limam Monza est auteur-interprète et fondateur du festival Assalamalekoum. Être jeune, en voilà une chance pour nous autres. Forts, fiers et dynamiques... Telle devrait être la donne.[...]

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz droit dans ses bottes

Mohamed Ould Abdelaziz ne s'en laisse pas conter, délègue peu et décide tout seul. Portrait d'un omniprésident Mauritanien qui semble décidé à faire de la lutte contre la[...]

Mauritanie - Ely Ould Mohamed Vall : "L'insécurité est flagrante, le pays est en ébullition"

Le cousin et néanmoins grand rival du chef de l'État ne trouve rien de positif dans l'action du gouvernement. Et ne se prive pas de le faire savoir.[...]

Mauritanie : le front du refus se dégarnit

Les principaux adversaires du régime ont boycotté le dernier scrutin présidentiel. Atteints par la limite d'âge, ils ne pourront se présenter en 2019. Et, pour le moment, aucun dauphin ne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers