Extension Factory Builder
08/09/2012 à 16:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Barack Obama le 7 septembre 2012 à Iowa City. Barack Obama le 7 septembre 2012 à Iowa City. © AFP

Les candidats à la présidentielle américaine se préparent à s'affronter face à face lors de trois débats en octobre, au cours desquels Barack Obama tentera vraisemblablement de défendre son bilan quand Mitt Romney essayera de proposer des solutions de rechange.

MM. Obama et Romney débattront le 3 octobre à Denver (Colorado, ouest), le 16 à Hempstead (New York, nord-ouest) et le 22 à Boca Raton (Floride, sud-est). Leurs colistiers Joe Biden et Paul Ryan auront également droit à un débat en tête-à-tête le 11 octobre à Danville (Kentucky, centre-est). Le candidat républicain Mitt Romney et son équipe ont déjà passé trois jours cette semaine dans le Vermont (nord-est) pour commencer à préparer ces face-à-face alors que Barack Obama était adoubé à la convention du Parti démocrate à Charlotte (Caroline du Nord, sud-est).

Dans ce sprint intense vers l'élection du 6 novembre, les trois débats du mois d'octobre seront les seuls moments privilégiés durant lesquels les électeurs pourront voir les candidats s'opposer directement sur les principaux sujets de la campagne. MM. Obama et Romney sont tous les deux des orateurs posés qui préfèrent les raisonnements bien pensés au détriment d'une certaine spontanéité. Mais si le vainqueur de ces débats est souvent celui qui ne fait pas l'erreur de prononcer la petite phrase de trop, cela ne signifie pas que les rencontres à venir manqueront de piquant, selon les analystes.

"M. Romney devra montrer dans ces débats, et particulièrement lors du premier, qu'il est prêt pour occuper la fonction présidentielle. Il devra faire en sorte que les gens commencent à s'habituer à l'image d'un président Romney", estime John Geer, professeur de science politique à l'Université Vanderbilt. Le candidat républicain ne manque pas d'entraînement: il a en effet participé à une vingtaine de confrontations au cours des primaires de son parti ces derniers mois. Il va certainement reprendre l'argument du bilan des années Obama: "Vous n'êtes pas dans une meilleure situation qu'il y a quatre ans, mais moi je peux rendre votre vie meilleure".

A l'inverse, le président sortant n'a plus débattu dans ce format depuis octobre 2008 lorsqu'il était opposé à John McCain. M. Obama cherchera certainement à démontrer que son adversaire veut relancer des politiques anciennes qui ont échoué, et cherchera à s'attirer les bonnes grâces de la classe moyenne. "Je pense sincèrement que la position de M. Obama est plus compliquée", estime John Geer.

Gaffes

Un autre sujet sensible, celui de la santé, sera forcément abordé. Là, Mitt Romney ne pourra pas trop critiquer la réforme "Obamacare", qu'il veut abolir s'il est élu, puisque le président sortant s'est inspiré pour cette loi de celle que M. Romney avait mise en place dans le Massachusetts lorsqu'il en était gouverneur. "Cela peut permettre à M. Obama de mettre en doute la sincérité de M. Romney", souligne Wendy Schiller, professeur à l'Université Brown.

Mais avec encore un petit mois pour se préparer, nul doute que les deux candidats auront le temps d'affûter leurs réponses. A ce jeu, la clé pourrait être leur capacité à répondre à une question inattendue. "Là, Mitt Romney peut être très bon... ou très mauvais", note M. Geer. Les deux candidats ont déjà fait quelques gaffes par le passé. Mitt Romney avait ainsi renforcé son image caricaturale de multimillionnaire détaché des réalités en lançant un pari à 10.000 dollars au gouverneur du Texas Rick Perry lors d'un débat en décembre.

Barack Obama s'était quant à lui fendu d'une réflexion plutôt condescendante envers sa rivale Hillary Clinton en 2008. Le président sortant devra aussi éviter à tout prix de commettre l'erreur d'Al Gore, le candidat démocrate pour l'élection en 2000, qui était apparu "distant et arrogant, un peu Monsieur-je-sais-tout" face à George W. Bush, selon Mme Schiller.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers