Extension Factory Builder
02/09/2012 à 11:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'entrée de la mine d'uranium d'Areva à Arlit au Niger. L'entrée de la mine d'uranium d'Areva à Arlit au Niger. © AFP

La Criirad et l'ONG nigérienne Aghir in man ont estimé samedi que le rapport de l'étude d'impacts sur l'environnement de la mine d'uranium d'Imouraren qu'Areva a soumis aux autorités nigériennes violait la réglementation de ce pays et ont demandé la réalisation d'une nouvelle étude d'impacts.

"La mise en commun des informations dont disposent les deux associations a permis de découvrir, le 29 août 2012, que le Rapport de l'Etude d'Impacts sur l'Environnement (REIE) du projet Imouraren qu'Areva a soumis aux autorités nigériennes (...) viole clairement la réglementation nigérienne en vigueur", affirment la Criirad et l'ONG dans un communiqué commun publié samedi.

La Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité (Criirad), dont le siège est à Valence (Drôme), et l'ONG, pointent un décret selon lequel le rapport et ses documents annexés doivent être entièrement rédigés en français.

Or, selon les deux associations, une annexe du rapport présenté par Areva "portant sur le dimensionnement et la faisabilité des aires de stockage de résidus radioactifs et des bassins d'évaporation, est entièrement en anglais".

"Ce fait montre le peu de considération qu'Areva porte à l'opinion des populations de la région", critiquent-elles, rappelant toutefois que le rapport a fait l'objet d'un certificat de conformité environnementale délivré par le Niger.

Une nouvelle étude soumise à des "scientifiques indépendants"

Elles demandent cependant qu'Areva réalise une nouvelle étude d'impact environnemental et "apporte des réponses précises" notamment "aux questions concernant l'impact hydrogéologique et l'entreposage à long terme des déchets radioactifs".

Pour les deux associations, "cette nouvelle étude d'impact devrait pouvoir être expertisée par des scientifiques indépendants".

Areva prévoit de démarrer l'exploitation d'une nouvelle mine d'uranium à Imouraren, fin 2013. Présentée par Areva comme la "deuxième du monde", cette mine doit produire 5.000 tonnes d'uranium par an à plein régime et représente un investissement de plus de 1,2 milliard d'euros.

Le Niger est le sixième producteur mondial d'uranium. Premier produit d'exportation, le minerai représente 5% de son produit intérieur brut (PIB) et génère plus de 5% des recettes fiscales.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Niger

Trafic de bébés au Niger : la justice se déclare incompétente

Trafic de bébés au Niger : la justice se déclare incompétente

Se déclarant incompétent, le tribunal correctionnel de Niamey a décidé vendredi d'abandonner les poursuites à l'encontre d'une vingtaine de personnes accusées d'avoir participé &agr[...]

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

La lutte contre Boko Haram est LE sujet du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine qui se tient du 30 au 31 janvier à Addis-Abeba. Dernières nouvelles du front.[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Niger : des artistes chantent contre les violences communautaires

Dix jours après de graves émeutes anti-chrétiennes consécutives à la publication de la caricature du prophète Mahomet en une du journal "Charlie Hebdo", plusieurs artistes[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

Niger : libération des 90 opposants arrêtés après un rassemblement interdit

Quatre-vingt dix manifestants arrêtés dimanche à Niamey lors d'un rassemblement politique interdit par les autorités ont été remis en liberté, a-t-on appris vendredi auprès[...]

Boko Haram : Shekau menace Déby, Biya et Issoufou

Dans une mise en scène vidéo dont il est coutumier, Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, a défié les pays voisins du Nigeria de l'attaquer, au moment où ceux-ci se sont réunis[...]

Mgr Judes Bicaba, évêque burkinabè : "Après un incendie, les braises ne s'éteignent pas tout de suite"

Monseigneur Judes Bicaba préside depuis 2005 le diocèse de Dégoudou dans le nord du Burkina Faso. Il revient pour Jeune Afrique sur les évènements des 16 au 18 janvier au Niger, où 45[...]

Sécurité : à Niamey, la communauté internationale s'est réunie contre Boko Haram

Une vingtaine de pays et d'organisations régionales et internationales se sont réunies ce mardi à Niamey pour tenter de mettre sur pied une force multinationale efficace contre l'avancée du groupe[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120902112547 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120902112547 from 172.16.0.100