Extension Factory Builder
02/09/2012 à 10:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le présentateur de télévision Tewfik Okacha fait le signe de la victoire en arrivant à son proc Le présentateur de télévision Tewfik Okacha fait le signe de la victoire en arrivant à son proc © AFP

Le présentateur de télévision égyptien Tewfik Okacha, hostile aux Frères musulmans, a nié à l'ouverture de son procès samedi au Caire avoir incité au meurtre du président islamiste Mohamed Morsi.

"Je n'ai fait que critiquer le président Morsi", a déclaré M. Okacha devant les juges du tribunal pénal où il a comparu pour "incitation au meurtre du chef de l'Etat", a rapporté un journaliste de l'AFP.

"C'est un procès politique. Les Frères musulmans veulent faire taire toute voix dissonante pour reproduire le système d'avant la révolution", a-t-il dit.

M. Okacha a affirmé être poursuivi en justice pour avoir "révélé l'implication des Frères musulmans dans les attaques contre les postes de police, les tribunaux et les prisons pendant la révolution".

Après avoir entendu les avocats de la défense qui ont demandé l'abandon des poursuites en arguant que la plainte ne venait pas personnellement de M. Morsi, le tribunal a suspendu momentanément la séance avant de fixer sa prochaine audience au 3 octobre prochain pour entendre les témoins à charge.
L'accusé a été laissé en liberté.

M. Okacha est arrivé au tribunal entouré de dizaines de ses partisans qui scandaient: "Le peuple veut la chaîne Al-Faraïn" (Les Pharaons), frappée d'une suspension d'un mois.

Incitation au "chaos"

La chaîne que dirige M. Okacha diffusait, avant sa suspension le 16 août, un programme qui critiquait vertement les Frères Musulmans et M. Morsi, qui en est issu.

Les poursuites contre M. Okacha avaient été annoncées en même temps que celles contre Islam Afifi, rédacteur en chef du Dostour, un petit quotidien à capitaux privés, pour incitation au "chaos".

M. Afifi avait été placé en détention à l'ouverture de son procès le 23 août avant d'être relâché le même jour après que M. Morsi a décrété l'annulation des détentions préventives pour délit de presse.

Il s'agissait du premier procès d'un journaliste égyptien depuis la chute de l'ancien président Hosni Moubarak en février 2011.

Les opposants de M. Morsi l'accusent de vouloir museler la presse après avoir conforté son pouvoir en mettant à la retraite d'influents généraux.

M. Morsi, qui a pris ses fonctions le 30 juin, est le premier président d'Egypte à être issu du camp islamiste, et le premier à ne pas venir de l'appareil militaire depuis le renversement de la monarchie en 1952.

Il a remporté la première élection présidentielle depuis la chute de M. Moubarak avec une courte avance au second tour sur Ahmad Chafiq, qui fut le dernier Premier ministre du raïs déchu sous la pression d'une révolte populaire.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

Égypte : plus de 500 islamistes arrêtés après les heurts avec la police

Égypte : plus de 500 islamistes arrêtés après les heurts avec la police

La manifestation commémorative de l'anniversaire de la révolte de 2011 a dégénéré lundi en affrontements sanglants entre policiers et islamistes au Caire. Plus de 500 personnes ont é[...]

Triste anniversaire de la révolution en Égypte: onze morts et un enterrement

Onze personnes ont été tuées lors d'affrontements entre les manifestants islamistes et la police dimanche en Égypte, tandis qu'une militante socialiste morte la veille était enterrée.[...]

Égypte: une manifestante tuée à la veille de l'anniversaire de la révolution de 2011

Une manifestante a été tuée samedi soir au Caire lors de heurts avec la police durant une rare manifestation d'un mouvement de gauche, a indiqué un responsable à la veille du quatrième[...]

Égypte : une révolution en perdition

Au jour du 4e anniversaire de la révolution, l’Égypte est plus que jamais déchirée entre une passion pour son nouveau dirigeant Abdel Fattah al-Sissi et la peur de voir la révolution[...]

Égypte : les deux fils de Moubarak sont libres, mais...

Un tribunal égyptien a ordonné aujourd'hui la libération d'Alaa et de Gamal Moubarak, les deux fils de l'ex-président Hosni Moubarak. Mais un nouvel épisode judiciaire les attend.[...]

Au tribunal, Morsi répète qu'il reste le "président" égyptien

À l'audience de l'un de ses procès pour lesquels il encourt la peine de mort, l'ex-président islamiste égyptien Mohamed Morsi, destitué en 2013 par l'armée, a répété[...]

Décès de l'actrice égyptienne Faten Hamama, icône du cinéma arabe

L'actrice égyptienne Faten Hamama, icône du cinéma arabe et ex-femme du célèbre acteur Omar Sharif, est décédée samedi à l'âge de 83 ans, a indiqué son[...]

Égypte: les autorités religieuses mettent en garde contre la nouvelle une de "Charlie Hebdo"

L'instance représentant l'islam auprès des autorités égyptiennes, Dar al-Ifta, a "mis en garde" contre la publication d'un nouveau dessin représentant le prophète Mahomet dans le[...]

Égypte : Moubarak reste en prison en attendant d'être rejugé pour corruption

Hosni Moubarak sera rejugé dans la seule affaire de corruption qui le maintenait en détention, mais son éventuelle remise en liberté dépend d'une nouvelle décision de la justice.  [...]

Homosexualité en Égypte : verdict inédit de la justice pour les 26 hommes accusés de "débauche"

Les 26 hommes accusés de "débauche" pour avoir organisé et participé à des "orgies homosexuelles" dans un hammam public ont été acquittés lundi par la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120902104846 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120902104846 from 172.16.0.100