Extension Factory Builder
01/09/2012 à 11:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une femme montre son bulletin de vote près de Luanda, en Angola, le 31 août 2012. Une femme montre son bulletin de vote près de Luanda, en Angola, le 31 août 2012. © AFP

Après avoir voté dans le calme la veille, les Angolais attendaient samedi l'annonce des premiers résultats partiels des élections générales, les deuxièmes depuis le retour de la paix en 2002 après une longue guerre civile.

Les médias angolais soulignaient samedi matin le bon déroulement du processus électoral, s'appuyant sur les déclarations de la commission nationale électorale et de certains observateurs étrangers.

Si les premières tendances devaient être connues samedi, les résultats définitifs du scrutin, le troisième seulement depuis l'indépendance du pays en 1975, ne doivent être rendus publics que la semaine prochaine.

Ils permettront également de connaître l'ampleur de l'abstention, après une journée électorale marquée par l'absence de files d'attente devant les bureaux de vote. Sauf surprise, le Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA) du président José Eduardo Dos Santos devrait être reconduit pour diriger le deuxième producteur de pétrole d'Afrique.

La Constitution, modifiée en 2010, prévoit que le chef du parti vainqueur des élections législatives devient président de la République.

Reconstruction du pays

Le président et candidat du MPLA José Eduardo dos Santos, agé de 70 ans et au pouvoir depuis bientôt trente-trois ans, a demandé aux Angolais de lui faire à nouveau confiance, promettant de poursuivre la reconstruction d'un pays dévasté par une longue guerre civile qui a duré de 1975 à 2002. Son parti avait remporté 81% des voix en 2008.

Son principal adversaire, le président de l'Unita Isaias Samakuva, 66 ans, a dénoncé le manque de transparence du scrutin, promettant d'instaurer une "vraie démocratie" dans le pays.

Son parti, qui n'avait récolté que 10% des suffrages en 2008, affirme que la manne pétrolière bénéficie exclusivement à une élite, alors que 55% de la population vit dans la misère.
L'un des enjeux du scrutin est aussi le score du nouvel acteur qui a fait son apparition en mars dernier, bousculant le traditionnel duel entre MPLA et Unita : Abel Chivukuvuku, un ancien cadre de l'Unita agé de 54 ans, qui a créé un parti d'opposition rassemblant des déçus des deux camps ainsi que des personnalités de la société civile.
Populaire auprès des jeunes, le nouveau parti, baptisé Casa (Large convergence pour le salut de l'Angola), n'a cependant qu'une faible implantation.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Angola

ONU : l'Angola élu membre non permanent du Conseil de sécurité

ONU : l'Angola élu membre non permanent du Conseil de sécurité

Cinq nouveaux membres non permanents du Conseil de sécurité des Nations ont été élus jeudi. Parmi eux, un pays africain, l'Angola, accompagné de la Nouvelle-Zélande, du Venezuela, [...]

L'Angola, le créneau de Renault

Sur ce marché aussi florissant que concurrentiel, le constructeur français est déterminé à s'imposer. Reportage dans une concession de Luanda, où la marque au losange connaît[...]

L'Angola peut-il aller au-delà de l'or noir ?

En une décennie seulement, le pays s'est relevé de trente années de guerre fratricide. Grâce au pétrole, il a atteint la plus forte croissance au monde et attire à nouveau les[...]

L'Afrique, base de repli de Total ?

En difficulté au Kazakhstan, le pétrolier français a revu à la baisse ses objectifs. Mais il réaffirme que le continent, qui représente près du tiers de sa production, reste[...]

Centrafrique : Samba-Panza conteste le détournement d'une partie du don de l'Angola

Sous pression après les révélations de "Jeune Afrique" sur sa gestion opaque du don de 10 millions de dollars accordé par l'Angola, Catherine Samba-Panza s'est voulue rassurante. "Nous[...]

Centrafrique : Samba-Panza, dos Santos et les 10 millions de dollars

En mars, le président angolais José Eduardo dos Santos avait octroyé un don de 10 millions de dollars à son homologue centrafricaine Catherine Samba-Panza afin de renflouer son pays en [...]

Centrafrique : Luanda annonce la participation des troupes angolaises à la Minusca

Un officiel de la diplomatie angolaise a annoncé lundi que Luanda enverra ses troupes en Centrafrique pour prendre part à la Minusca. Ce sera la première participation de l'Angola dans une opération de[...]

Sam Pa, très sulfureux intermédiaire

Depuis dix ans, le nom de ce businessman - et ancien espion chinois ? - apparaît dans de nombreux contrats miniers passés entre Pékin et l'Afrique. Son parcours sinueux commence en Angola[...]

Sindika Dokolo, l'homme qui collectionne les pièces... d'art contemporain

Businessman congolais et époux d'Isabel dos Santos, la fille du président angolais, Sindika Dokolo est surtout connu pour sa passion pour les créateurs africains.[...]

Coupe du monde de basketball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basketball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers