Extension Factory Builder
01/09/2012 à 10:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des centaines de personnes prient à Tunis au cours d'une manifestation contre la corruption. Des centaines de personnes prient à Tunis au cours d'une manifestation contre la corruption. © AFP

Un millier de personnes, en majorité des partisans du gouvernement tunisien dirigé par les islamistes, ont participé vendredi à Tunis à une prière et à une manifestation pour demander "l'assainissement" du pays des personnalités corrompues de l'ancien régime.

Le rassemblement face aux bureaux du Premier ministre islamiste Hamadi Jebali a eu lieu à l'appel des partisans de son parti, Ennahda, sur les réseaux sociaux.
"Le peuple veut l'assainissement du pays", "la Tunisie est libre, dehors le RCD", ancien parti au pouvoir du président déchu Zine El Abidine Ben Ali, ont notamment scandé les manifestants.

Le conseiller du Premier ministre Lotfi Zitoun était le seul représentant du pouvoir à avoir fait le déplacement, Ennahda ayant démenti être à l'origine de ce rassemblement qui n'avait pas été autorisé par la police.

"Ce gouvernement a besoin de votre soutien", a lancé M. Zitoun à la foule.

Cette manifestation intervient alors que les islamistes sont accusés par l'opposition et une partie de la société civile de dérive autoritaire et de s'attaquer à la liberté de la presse.
M. Zitoun est d'ailleurs accusé par ses détracteurs d'être l'instigateur de l'arrestation pour corruption du patron de la chaîne Ettounsiya TV, Sami Fehri, un ancien associé de Belhassen Trabelsi, beau frère de Ben Ali réfugié au Canada.

Liste noire de journalistes

Mais selon M. Fehri, son placement en détention a été ordonné en représailles d'une émission politique satirique, retirée de l'antenne mi-août, qui s'en prenait notamment aux dirigeants du pays et du parti islamiste.

"Lorsque la politique d'assainissement arrive aux médias, ça fait beaucoup de bruit", a déclaré M. Zitoun, en référence à cette affaire.

"Nous n'allons condamner des journalistes qu'avec des preuves tangibles (de corruption) qui résisterons à leur examen par la justice", a-t-il ajouté.

Le gouvernement a promis de publier une liste noire de journalistes ayant collaboré et bénéficié des largesses du régime de Ben Ali avant la révolution de janvier 2011, mais le Syndicat national des journalistes y voit une façon de faire chanter certains journalistes et de contrôler les médias.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de Tozeu[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Tunisie : décès d'Abdelaziz Ben Dhia, ex-homme de confiance de Ben Ali

Abdelaziz Ben Dhia est décédé d’une longue maladie à Tunis, lundi 23 février, à l’âge de 79 ans.[...]

Gabon - Tropicale Amissa Bongo : le Tunisien Rafaa Chtioui s'épanouit loin de l'Europe

Ancien grand espoir du cyclisme ayant évolué dans des formations européennes, le Tunisien Rafaâ Chtioui, vainqueur dimanche de la 10e Tropicale Amissa Bongo, la plus grande course d'Afrique,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120901102607 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120901102607 from 172.16.0.100