Extension Factory Builder
01/09/2012 à 10:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des centaines de personnes prient à Tunis au cours d'une manifestation contre la corruption. Des centaines de personnes prient à Tunis au cours d'une manifestation contre la corruption. © AFP

Un millier de personnes, en majorité des partisans du gouvernement tunisien dirigé par les islamistes, ont participé vendredi à Tunis à une prière et à une manifestation pour demander "l'assainissement" du pays des personnalités corrompues de l'ancien régime.

Le rassemblement face aux bureaux du Premier ministre islamiste Hamadi Jebali a eu lieu à l'appel des partisans de son parti, Ennahda, sur les réseaux sociaux.
"Le peuple veut l'assainissement du pays", "la Tunisie est libre, dehors le RCD", ancien parti au pouvoir du président déchu Zine El Abidine Ben Ali, ont notamment scandé les manifestants.

Le conseiller du Premier ministre Lotfi Zitoun était le seul représentant du pouvoir à avoir fait le déplacement, Ennahda ayant démenti être à l'origine de ce rassemblement qui n'avait pas été autorisé par la police.

"Ce gouvernement a besoin de votre soutien", a lancé M. Zitoun à la foule.

Cette manifestation intervient alors que les islamistes sont accusés par l'opposition et une partie de la société civile de dérive autoritaire et de s'attaquer à la liberté de la presse.
M. Zitoun est d'ailleurs accusé par ses détracteurs d'être l'instigateur de l'arrestation pour corruption du patron de la chaîne Ettounsiya TV, Sami Fehri, un ancien associé de Belhassen Trabelsi, beau frère de Ben Ali réfugié au Canada.

Liste noire de journalistes

Mais selon M. Fehri, son placement en détention a été ordonné en représailles d'une émission politique satirique, retirée de l'antenne mi-août, qui s'en prenait notamment aux dirigeants du pays et du parti islamiste.

"Lorsque la politique d'assainissement arrive aux médias, ça fait beaucoup de bruit", a déclaré M. Zitoun, en référence à cette affaire.

"Nous n'allons condamner des journalistes qu'avec des preuves tangibles (de corruption) qui résisterons à leur examen par la justice", a-t-il ajouté.

Le gouvernement a promis de publier une liste noire de journalistes ayant collaboré et bénéficié des largesses du régime de Ben Ali avant la révolution de janvier 2011, mais le Syndicat national des journalistes y voit une façon de faire chanter certains journalistes et de contrôler les médias.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Tunisie : l'école, premier rempart contre l'obscurantisme

Pourquoi tant de jeunes éduqués, comme l'un des tueurs du Musée du Bardo, partent combattre en Syrie ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la faillite du système[...]

Racisme en Tunisie : Saadia Mosbah, l'indignée

De retour d'une tournée dans le Sud, l'égérie tunisienne de la lutte contre le racisme appelle à un débat national, mais peine à se faire entendre.[...]

Tunisie : le festival "Jazz à Carthage", la culture à cor et à cri

Initialement prévue pour le 8 avril, le festival de musique tunisien "Jazz à Carthage" débutera finalement le 10 avril. En cause, l’annulation de plusieurs artistes américains, qui[...]

Tunisie : haro sur les médias français

Tropisme pro-islamiste, racolage, sensationnalisme... Les griefs du camp moderniste contre les journalistes de l'Hexagone sont symptomatiques.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120901102607 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120901102607 from 172.16.0.100