Extension Factory Builder
26/08/2012 à 10:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Mausolée d'Al-Chaab al-Dahmani, près du centre de Tripoli, après l'attaque des islamistes. Le Mausolée d'Al-Chaab al-Dahmani, près du centre de Tripoli, après l'attaque des islamistes. © AFP

Les autorités libyennes ont dénoncé samedi la destruction de mausolées musulmans par des islamistes fondamentalistes, promettant de poursuivre les responsables, tandis que les ministres de l'Intérieur et de la Défense accusés de laxisme, sont sur la sellette.  

Le président du Congrès général national (CGN), la plus haute autorité du pays depuis les élections du 7 juillet", a dénoncé "la destruction et le pillage de plusieurs bâtiments et manuscrits qui représentent une époque de l'histoire de notre pays et qui ont un caractère scientifique, civilisationnel et historique".

"Ces actes sont rejetés et interdits par la loi et la charia, ce qui rend les responsables poursuivis par la loi", a déclaré Mohamed al-Megaryef dans un discours à la télévision nationale.

Samedi matin, des islamistes radicaux ont démoli à coup de pelleteuse le Mausolée d'Al-Chaab al-Dahmani, près du centre de Tripoli, et ont profané le tombeau de ce sage, lieu de pèlerinage pour certains musulmans, notamment les soufis, selon un journaliste de l'AFP.

La veille, des dizaines d'intégristes avaient fait exploser le Mausolée du cheikh Abdessalem al-Asmar, un théologien soufi du XVIème siècle, à Zliten, à 160 km à l'est de Tripoli, théâtre d'affrontements depuis jeudi soir, selon une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

Sur cette vidéo, on peut voir l'explosion du mausolée, le plus important en Libye, sur fond de cris proclamant "Dieu est le plus grand".

Prendre les "mesures nécessaires"

Une bibliothèque et une université au nom du cheikh al-Asmar ont également été la cible d'actes de destruction et de pillage, selon des sources de sécurité locales.

Par ailleurs, des témoins ont indiqué samedi à l'AFP qu'un autre mausolée, celui du Cheikh Ahmed al-Zarrouk, avait été détruit à Misrata, à 200 km à l'est de Tripoli.

Les intégristes s'opposent à ces sanctuaires érigés à la mémoire de saints car ces derniers font l'objet d'une "vénération" qui, selon eux, contrevient à l'unicité de Dieu, précepte fondateur de l'islam.

M. Megaryef a accusé des membres des services de sécurité et des ex-rebelles de participer à ces attaques, affirmant que le CGN a incité en vain le gouvernement a traiter avec ces évènements.

"Le CGN n'hésitera pas à prendre les mesures nécessaires", a-t-il sans autre précision.

M. Megaryef a indiqué par ailleurs que le chef du gouvernement, les ministres de la Défense et de l'Intérieur, le chef des renseignements et les responsables des services de sécurité ont été convoqués au Congrès pour répondre dimanche aux questions des députés.

Laxisme

Le ministère de l'Intérieur est sous les feux des critiques depuis les attentats à la voiture piégée dimanche à Tripoli, qui avaient fait deux morts et après l'annonce de la saisie de dizaines de chars et de lance-missiles chez une milice de partisans de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi, à une soixantaine de km à l'est de Tripoli.

Des membres du CGN ont demandé samedi le limogeage des ministres de la Défense et de l'Intérieur, accusés de laxisme. "Il y a eu des demandes pour limoger les ministres de la Défense et de l'Intérieur mais le congrès a décidé de les convoquer d'abord pour les entendre", a déclaré un membre du CGN.

Des affrontements se sont déroulés ces deux derniers jours à Zliten et ont fait au moins trois morts et plusieurs blessés.

Des informations contradictoires circulent sur leurs causes, certains évoquant un meurtre, d'autres affirmant qu'il s'agit de heurts entre islamistes partisans de la destruction du mausolée et d'autres qui y étaient opposés.

Cet été, des mausolées de terre, classés au patrimoine de l'humanité par l'Unesco, avaient été détruits dans le nord du Mali par des intégristes musulmans. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Libye : 75 morts en moins d'une semaine dans les combats de Benghazi

Libye : 75 morts en moins d'une semaine dans les combats de Benghazi

Neuf personnes ont été tuées dimanche dans de nouvelles violences à Benghazi, portant à 75 le bilan des morts depuis le début d'une offensive contre les groupes islamistes qui contr&ocir[...]

Libye : les États-Unis et des pays européens réclament la fin des combats

Les Etats-Unis et les grandes puissances d'Europe occidentale ont réclamé samedi la "fin immédiate" des combats en Libye, où des forces gouvernementales ont lancé des[...]

Libye : Abdelhakim Belhadj prend du galon

Ancien opposant à Kadhafi, l'islamiste nationaliste Abdelhakim Belhadj  s'impose comme un interlocuteur incontournable au milieu du chaos libyen.[...]

Libye : au moins 17 morts en 24 heures à Benghazi

Au moins 17 personnes ont été tuées en 24 heures dans les affrontements à Benghazi, selon une source hospitalière.[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar (suite)

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce troisième billet de blog, Laurent[...]

Attaque du consulat américain de Benghazi : Ahmed Abou Khattala encourt la peine de mort

Un jury américain a prononcé mardi une nouvelle série d'inculpations à l'encontre d'Ahmed Abou Khattala, le cerveau présumé de l'attaque du consulat américain de Benghazi, en [...]

En Libye, à quoi joue le Soudan ?

À Tobrouk, les autorités libyennes regardent toujours Karthoum de travers...[...]

En Libye, Ban Ki-moon appelle à un cessez le feu et incite au dialogue

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé samedi à la fin des hostilités en Libye, au cours d'une visite éclair destinée à donner un coup de pouce au[...]

Ban Ki-moon à Tripoli pour donner un coup de pouce au dialogue libyen

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, est arrivé samedi à Tripoli afin de donner un coup de pouce au dialogue lancé fin septembre pour tenter rétablir la stabilité[...]

Libye : polémique entre Moscou et Tripoli sur la "libération" d'une vingtaine de prisonniers

Au lendemain de l'annonce par Moscou de la libération d'une vingtaine de citoyens russes, ukrainiens et bélarusses détenus en Libye, Tripoli a dénoncé mercredi "l'évasion" de ces[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers