Extension Factory Builder
25/08/2012 à 17:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ousainou Darboe, le principal opposant gambien, le 2 novembre 2011 dans la banlieue de Banjul. Ousainou Darboe, le principal opposant gambien, le 2 novembre 2011 dans la banlieue de Banjul. © AFP

L'opposition gambienne a vivement réagi à l'annonce par Amnesty International de l'exécution jeudi soir de neuf condamnés à mort en Gambie, réclamant des sanctions de la communauté internationale si cette information, que n'a pas confirmée Banjul, était avérée.

"Je ne serais pas surpris" de l'exécution des condamnés à mort "mais il est temps que la communauté internationale prenne des mesures" contre le président Yahya Jammeh, a déclaré samedi à l'AFP le principal opposant gambien, Ousainou Darboe. Il n'a pas confirmé ni infirmé l'annonce vendredi par Amnesty International de l'exécution de neuf condamnés à mort, jeudi soir en Gambie, où la dernière exécution remonterait à 2007.

"J'appelle la communauté internationale à interdire à Yahya Jammeh et ses ministres de voyager si (M. Jammeh) exécutait les condamnés à mort", a affirmé M. Darboe, chef du Parti démocratique uni (UDP) et candidat malheureux à la présidentielle de novembre remportée par le président Jammeh.

A Londres, le secrétaire d'Etat britannique aux Affaires étrangères, Alistair Burt, s'est dit samedi "profondément inquiet des informations faisant état de l'exécution de neuf personnes. "J'appelle les autorités gambiennes à renoncer à toute exécution. Le gouvernement britannique s'oppose par principe à la peine de mort", a-t-il déclaré.

Amnesty avait annoncé vendredi dans un communiqué avoir "reçu des informations crédibles selon lesquelles neuf personnes ont été exécutées la nuit dernière (jeudi, ndlr) en Gambie".

D'après Amnesty, "neuf personnes, dont une femme, ont été extraites de leurs cellules de détention la nuit dernière et ont été exécutées", et deux d'entre elles "seraient des Sénégalais". L'organisation n'a pas précisé la nationalité des sept autres exécutés présumés.

Aucune confirmation officielle

Le pouvoir gambien maintenait toujours samedi le flou sur le sort de ces neufs personnes.

"Toutes les personnes dans le couloir de la mort ont été jugées par les tribunaux gambiens compétents, et par conséquent condamnées à mort", a affirmé la présidence vendredi soir sur la télévision nationale.

"Ces personnes ont épuisé toutes les voies légales de recours prévues par la loi. L'opinion publique est avertie: la paix et la stabilité de la Gambie par rapport à la protection de la vie, de la liberté et des biens des personnes doivent à tout prix être préservées et jalousement gardées", a-t-elle ajouté, sans démentir ni confirmer les informations données par Amnesty.

Aucune réaction officielle n'était samedi venue du Sénégal voisin.

Dans un message à la Nation le 20 août, le président Jammeh avait annoncé que tous les condamnés à mort en détention en Gambie seraient exécutés "vers mi-septembre", sans préciser de dates ni le nombre de condamnés concernés.

Exécution par pendaison

D'après un décompte de l'AFP, depuis juillet 2010, 47 personnes au total ont été condamnées à mort dans ce pays anglophone que dirige Yahya Jammeh d'une main de fer depuis 18 ans.

Ces exécutions présumées relancent la question de la violation des droits de l'homme par le régime gambien qui est notamment accusé d'entretenir un climat de terreur parmi les opposants et les journalistes, plusieurs hommes de médias ayant été tués, emprisonnés ou ayant disparu.

D'après Amnesty International, la dernière fois qu'un prisonnier condamné à mort a été officiellement exécuté en Gambie remontait à 1985, mais des sources du correspondant de l'AFP en Gambie ont fait état d'exécutions non officielles effectuées jusqu'en 2007.

En Gambie, les condamnés à mort sont généralement exécutés par pendaison.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gambie

Gambie : Yahya Jammeh, vingt ans d'impunité

Gambie : Yahya Jammeh, vingt ans d'impunité

Arrivé au pouvoir par un putsch en 1994, le jeune lieutenant avait suscité bien des espoirs. Mais il a vite imposé sa loi par la violence et la terreur.[...]

Gambie : Yahya Jammeh, président, guérisseur ou dictateur ?

Les homosexuels ? Des vermines. Le sida ? Guérissable par ses soins. Les journalistes ? Des opposants à museler. Les frasques du président gambien provoquent souvent des levées de bouclier de la part[...]

Les 50 influents : Fatou Bensouda, procureure générale de la CPI

Qui sont les hommes et femmes du continent qui, dans leur domaine, font autorité à l'échelle planétaire ? Voici la sélection de "Jeune Afrique".[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Gambie : Yahya Jammeh suspend les vols en provenance des pays touchés par Ebola

La Gambie a suspendu tous les vols en provenance de Guinée, du Liberia et de Sierra Leone pour prévenir toute contamination par le virus Ebola.[...]

Gambie : Yahya Jammeh ou la croisade perpétuelle

Haro sur la presse. Haro sur les homosexuels. Haro sur les condamnés à mort…  Yahya Jammeh ne rate jamais une occasion de lancer un anathème. La langue anglaise est sa toute nouvelle cible.[...]

Ces 20 femmes africaines qui font bouger le continent

Le 8 mars de chaque année, le monde célèbre la femme. L'occasion pour "Jeune Afrique" de dresser une liste de femmes africaines qui, par leurs actions et initiatives, chacune dans leur domaine,[...]

Gambie : limogeage de la présidente de la Cour suprême, première femme à ce poste

Mabel Yamoa Agyemang, la présidente de la Cour suprême gambienne, a été limogée mercredi. Elle avait été la première nommée à ce poste par le président[...]

Taiwan : bye-bye Africa...

Longtemps, Taipei a noyé le continent sous une pluie de dollars et de projets mirifiques pour se faire reconnaître comme le seul représentant légitime de la Chine en lieu et place de[...]

Gambie : il ne faut jamais dire Jammeh

À Banjul, on ne prononce son nom qu'à voix basse. Ses détracteurs ont depuis longtemps compris que mieux valait se taire. C'est, disent-ils, une question de survie dans une Gambie sur laquelle Yahya[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers