Extension Factory Builder
25/08/2012 à 17:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ousainou Darboe, le principal opposant gambien, le 2 novembre 2011 dans la banlieue de Banjul. Ousainou Darboe, le principal opposant gambien, le 2 novembre 2011 dans la banlieue de Banjul. © AFP

L'opposition gambienne a vivement réagi à l'annonce par Amnesty International de l'exécution jeudi soir de neuf condamnés à mort en Gambie, réclamant des sanctions de la communauté internationale si cette information, que n'a pas confirmée Banjul, était avérée.

"Je ne serais pas surpris" de l'exécution des condamnés à mort "mais il est temps que la communauté internationale prenne des mesures" contre le président Yahya Jammeh, a déclaré samedi à l'AFP le principal opposant gambien, Ousainou Darboe. Il n'a pas confirmé ni infirmé l'annonce vendredi par Amnesty International de l'exécution de neuf condamnés à mort, jeudi soir en Gambie, où la dernière exécution remonterait à 2007.

"J'appelle la communauté internationale à interdire à Yahya Jammeh et ses ministres de voyager si (M. Jammeh) exécutait les condamnés à mort", a affirmé M. Darboe, chef du Parti démocratique uni (UDP) et candidat malheureux à la présidentielle de novembre remportée par le président Jammeh.

A Londres, le secrétaire d'Etat britannique aux Affaires étrangères, Alistair Burt, s'est dit samedi "profondément inquiet des informations faisant état de l'exécution de neuf personnes. "J'appelle les autorités gambiennes à renoncer à toute exécution. Le gouvernement britannique s'oppose par principe à la peine de mort", a-t-il déclaré.

Amnesty avait annoncé vendredi dans un communiqué avoir "reçu des informations crédibles selon lesquelles neuf personnes ont été exécutées la nuit dernière (jeudi, ndlr) en Gambie".

D'après Amnesty, "neuf personnes, dont une femme, ont été extraites de leurs cellules de détention la nuit dernière et ont été exécutées", et deux d'entre elles "seraient des Sénégalais". L'organisation n'a pas précisé la nationalité des sept autres exécutés présumés.

Aucune confirmation officielle

Le pouvoir gambien maintenait toujours samedi le flou sur le sort de ces neufs personnes.

"Toutes les personnes dans le couloir de la mort ont été jugées par les tribunaux gambiens compétents, et par conséquent condamnées à mort", a affirmé la présidence vendredi soir sur la télévision nationale.

"Ces personnes ont épuisé toutes les voies légales de recours prévues par la loi. L'opinion publique est avertie: la paix et la stabilité de la Gambie par rapport à la protection de la vie, de la liberté et des biens des personnes doivent à tout prix être préservées et jalousement gardées", a-t-elle ajouté, sans démentir ni confirmer les informations données par Amnesty.

Aucune réaction officielle n'était samedi venue du Sénégal voisin.

Dans un message à la Nation le 20 août, le président Jammeh avait annoncé que tous les condamnés à mort en détention en Gambie seraient exécutés "vers mi-septembre", sans préciser de dates ni le nombre de condamnés concernés.

Exécution par pendaison

D'après un décompte de l'AFP, depuis juillet 2010, 47 personnes au total ont été condamnées à mort dans ce pays anglophone que dirige Yahya Jammeh d'une main de fer depuis 18 ans.

Ces exécutions présumées relancent la question de la violation des droits de l'homme par le régime gambien qui est notamment accusé d'entretenir un climat de terreur parmi les opposants et les journalistes, plusieurs hommes de médias ayant été tués, emprisonnés ou ayant disparu.

D'après Amnesty International, la dernière fois qu'un prisonnier condamné à mort a été officiellement exécuté en Gambie remontait à 1985, mais des sources du correspondant de l'AFP en Gambie ont fait état d'exécutions non officielles effectuées jusqu'en 2007.

En Gambie, les condamnés à mort sont généralement exécutés par pendaison.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gambie

Sénégal : l'opposant gambien Cheikh Sidya Bayo a été expulsé en France

Sénégal : l'opposant gambien Cheikh Sidya Bayo a été expulsé en France

Arrêté à Dakar le 3 janvier pour trouble à l'ordre public, l'opposant gambien Cheikh Sidya Bayo a été expulsé dans la nuit de 13 au 14 janvier vers Paris. Il avait publiquement appel[...]

CPI - Gambie : Fatou Bensouda, procureur à poigne

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Coup d'État manqué en Gambie : les détails de l'opération selon le FBI américain

La justice américaine vient d'inculper deux Américains d'origine gambienne impliqués dans la tentative de coup d'État qui s'est déroulée le 30 décembre à Banjul, en[...]

Gambie : qui est l'opposant Cheikh Sidya Bayo, arrêté au Sénégal ?

Le jeune opposant gambien Cheikh Sidya Bayo a été interpellé à Dakar quelques jours après le coup d'État manqué contre Yahya Jammeh. Accusé de porter atteinte à[...]

Coup d'État manqué en Gambie : deux Américains dans le viseur de la justice

Deux Américains d'origine gambienne accusés d'avoir préparé la tentative de putsch contre le président gambien, Yahya Jammeh, le 30 décembre, vont comparaître lundi devant la[...]

Gambie : les forces de l'ordre manifestent en soutien au président Jammeh

Des centaines de membres des forces de l'ordre gambiennes, dont des soldats et des policiers, ont manifesté samedi à Banjul pour soutenir le régime du président Yahya Jammeh, quatre jours après[...]

Gambie : des soldats font du porte-à-porte à la recherche d'assaillants à Banjul

Des soldats gambiens menaient vendredi à Banjul une opération porte-à-porte à la recherche de participants à l'attaque armée ayant visé le palais présidentiel il y a quatre[...]

Gambie : que sait-on du coup d'État manqué contre Yahya Jammeh ?

Plusieurs dizaines de civils et militaires ont été arrêtés en Gambie après la tentative de coup d'État contre Yahya Jammeh. Trois jours après les faits, retour sur ce que l'on sait[...]

Gambie : Jammeh accuse des puissances étrangères après le coup d'État raté

Le président gambien Yahya Jammeh a accusé des terroristes et dissidents soutenus par des puissances étrangères d'être derrière le coup d'Etat raté de mardi à Banjul, et a[...]

Gambie : après le putsch manqué contre son régime, Jammeh menace les comploteurs

Le président gambien Yahya Jammeh a fustigé mercredi ceux qui visent "un changement de régime par la violence", dans sa première déclaration publique à son retour à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120825174452 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120825174452 from 172.16.0.100