Extension Factory Builder
25/08/2012 à 17:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une femme pleure à la lecture du nom des victimes le 23 août 2012, à Mthatha. Une femme pleure à la lecture du nom des victimes le 23 août 2012, à Mthatha. © AFP

Les funérailles des victimes du drame de la mine de Marikana ont débuté samedi, avec l'enterrement de trois personnes, l'une dans la petite ville minière du nord de l'Afrique du Sud et deux autres dans la province du Cap.

Des centaines d'habitants de Marikana et des mineurs ont assisté, dans le cimetière de la ville, à l'enterrement de Papi Ledingoane, 24 ans, selon la radio locale 702.

Il faisait partie des 34 mineurs tués le 16 août quand la police a ouvert le feu sur les centaines de travailleurs en grève protestant contre leurs conditions de travail.

Portant des tee-shirts blancs, quelques uns des camarades du défunt ayant survécu à la tuerie portaient le cercueil devant le triste cortège où les membres de sa famille étaient en larmes et certains se sont évanouis.

Le ministre de la Santé, Aaron Motsoaledi, et le chef de cabinet du président Jacob Zuma, accompagnés de hauts responsables du gouvernement se sont joints au cortège.

Deux autres mineurs ont été enterrés dans la province du Cap, où habitaient la majorité des victimes.Les funérailles des autres victimes vont se poursuivre tout au long de la semaine.

Affrontement sanglant avec les mineurs

Environ 3.000 foreurs avaient lancé le 10 août une grève illégale pour réclamer une forte augmentation de salaire, qui a dégénéré en affrontements avec les non-grévistes.

Dix personnes, dont deux policiers, ont été tuées dans ces affrontements, conduisant à la fusillade du 16 août où 34 mineurs ont été tués.

La police affirme avoir tiré d'abord des gaz lacrymogènes et n'a ouvert le feu que lorsque les mineurs ont tiré. Les mineurs ont affirmé qu'ils n'étaient armés que de lances, de machettes et de battes.

La mine de Marikana est exploitée par le géant anglais Lonmin, troisième producteur mondial de platine.

Reprise partielle du travail

Samedi, Lonmin a indiqué que près de 60% des mineurs de l'un des deux groupes de puits de platine de Marikana avaient repris le travail et que les parties étaient toujours à la recherche d'un accord.

"Les puits de l'est ont repris le travail ce week-end et nous avons 57% de présence dans ces puits. Le reste de la mine est fermée en raison du week-end", explique Lonmin dans un communiqué.

Lonmin a indiqué qu'elle tenterait au cours du week-end de persuader les ouvriers de reprendre le travail après l'action policière la plus sanglante depuis la fin de l'apartheid.

"C'est une très bonne nouvelle que 57% des ouvriers de cette partie aient repris le travail", a déclaré à l'AFP une porte-parole de Lonmin, Sue Vey.

La compagnie n'a pas indiqué le nombre de mineurs au travail. Vendredi, le groupe avait indiqué que seulement environ 24% des 28.000 travailleurs de Marikana avaient repris.

Les pourparlers sont en cours pour trouver "un terrain d'entente pour toutes les parties", a affirmé le groupe. "Nous continuons à communiquer avec nos employés pour les assurer que nous travaillons tous ensemble pour trouver une solution et nous les encourageons à reprendre le travail", a ajouté la compagnie.



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Maimane, du township au leadership

Afrique du Sud : Maimane, du township au leadership

À 34 ans, ce chef d'entreprise devient le premier dirigeant noir de l'Alliance démocratique, parti considéré jusque-là comme "trop blanc". Cela suffira-t-il à &eacut[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : l'opération Fiela suscite la polémique

Dans le cadre de l'opération Fiela, plus de 400 Mozambicains ont été expulsés en fin de semaine dernière et la société civile dénonce une action xénophobe. Le[...]

RDC : la justice sud-africaine abandonne les poursuites contre le pasteur Mukungubila

Le tribunal de Johannesburg a décidé vendredi d’abandonner les poursuites engagées contre le pasteur Paul-Joseph Mukungubila, qui était accusé d'avoir fomenté les attaques du 30[...]

Cornes de rhinocéros : un juteux trafic en nette progression

Les rhinocéros, menacés d'extinction, sont traqués par les contrebandiers. Zoom sur un trafic très lucratif.[...]

Gaz de schiste : l'Afrique du Sud lance une étude d'impact sur l'exploitation

L'Afrique du Sud a annoncé le lancement d'une étude d'impact de l'exploitation du gaz de schiste, dont la région du Karoo (centre-ouest), écologiquement fragile, détiendrait suffisamment de[...]

L'artiste sud-africain Joe Dog censuré à la Fondation Calouste-Gulbenkian de Lisbonne

Plus connu sous le nom de Joe Dog, l'artiste sud-africain Anton Kannemeyer a été victime d'une étrange affaire de censure au Portugal, dans la librairie de la Fondation Calouste-Gulbenkian à[...]

Afrique du Sud : qui est (vraiment) Mmusi Maimane, le leader noir du "parti blanc" ?

À 34 ans, Mmusi Maimane a été élu dimanche à la tête de l'Alliance démocratique (DA), première force d'opposition en Afrique du Sud et considérée par le pouvoir[...]

Afrique du Sud - Zapiro : "La liberté d'expression est un combat"

Pourfendeur de l'apartheid et de tous les obscurantismes, cette figure phare des satiristes du continent s'inquiète des menaces qui pèsent sur la démocratie sud-africaine.[...]

Tourisme : les 10 pays africains les plus compétitifs selon le World Economic Forum

  Le World Economic Forum a publié la 5e édition de son rapport bi-annuel, le "Travel & Tourism Competitiveness Report 2015" qui évalue la compétitivité du secteur du voyage[...]

Afrique du Sud : pas de répit dans le massacre des rhinocéros

Le rythme du massacre des rhinocéros s'est encore accéléré en Afrique du Sud, avec 393 animaux tués par des braconniers sur les quatre premiers mois de l'année, une progression de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers