Extension Factory Builder
25/08/2012 à 10:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président de Gambie, Yahyia Jammeh, au sommet de l'UA le 30 janvier 2012 à Addis-Adeba. Le président de Gambie, Yahyia Jammeh, au sommet de l'UA le 30 janvier 2012 à Addis-Adeba. © AFP

Amnesty International a annoncé vendredi dans un communiqué que neuf personnes condamnées à mort en Gambie ont été exécutées jeudi soir dans ce pays sur la base de "sources crédibles", mais aucune source gambienne jointe par l'AFP n'était en mesure de confirmer cette information.

"Amnesty International a reçu des informations crédibles selon lesquelles neuf personnes ont été exécutées la nuit dernière (jeudi, ndlr) en Gambie, et que davantage de personnes sont sous la menace d'exécutions imminentes aujourd'hui (vendredi) et dans les prochains jours", écrit l'ONG dans ce communiqué reçu à Dakar, sans identifier ses sources.

"Si ces exécutions signalées sont confirmées, ce serait une énorme régression (...) et nous exhortons les autorités à mettre fin immédiatement à toutes les autres exécutions" envisagées, a déclaré dans le communiqué Paule Rigaud, directrice adjointe du programme Afrique d'Amnesty International.

D'après le communiqué d'Amnesty International, citant "des sources fiables" non identifiées, "neuf personnes, dont une femme, ont été extraites de leurs cellules de détention la nuit dernière et ont été exécutées", et deux des prisonniers annoncés morts "seraient des Sénégalais".

47 éxécutions depuis juillet 2010

L'AFP a joint à Banjul diverses sources gambiennes, mais aucune n'a confirmé ces exécutions. L'une d'elles, une source sécuritaire, a déclaré que les prisonniers condamnés à mort avaient simplement été tous "transférés la nuit dernière en un même endroit" et n'avoir pas connaissance d'exécutions effectuées.

La source sécuritaire a toutefois ajouté : "L'homme-là (le président gambien Yahya Jammeh, NDLR) est déterminé à exécuter les prisonniers, et il le fera."
Un activiste des droits de l'Homme basé à Dakar interrogé sur l'exécution des neuf prisonniers a également affirmé à l'AFP ne pas être en mesure de confirmer ces exécutions.

Dans un message à la Nation le 20 août, le président Jammeh avait annoncé que tous les condamnés à mort en détention en Gambie seraient exécutés "vers mi-septembre", sans préciser de dates ni le nombre de condamnés concernés.

D'après un décompte de l'AFP, depuis juillet 2010, 47 personnes au total ont été condamnées à mort dans ce pays anglophone que dirige Yahya Jammeh d'une main de fer depuis 18 ans. Son régime est régulièrement critiqué par des défenseurs des droits de l'Homme pour des violations des libertés.

L'annonce du projet d'exécutions a suscité des protestations et condamnations de plusieurs organisations de défenses des droits humains et de la France.

Pendaison

Le ministre béninois des Affaires étrangères, Nassirou Bako Arifari, a affirmé avoir été dépêché mercredi à Banjul par le président en exercice de l'Union africaine (UA) Thomas Yahi Boni du Bénin, pour demander expressément à M. Jammeh d'abandonner ce projet. Jusqu'à vendredi, aucune indication n'a pu être obtenue sur la réponse donnée par Yahya Jammeh à cette requête.

D'après Amnesty International, la dernière fois qu'un prisonnier condamné à mort a été officiellement exécuté en Gambie remontait à 1985, mais des sources du correspondant de l'AFP en Gambie ont fait état d'exécutions non officielles effectuées jusqu'en 2007. En Gambie, les condamnés à mort sont généralement exécutés par pendaison.

Dans un communiqué conjoint jeudi, la Ligue sénégalaise des droits humains (LSDH), la Rencontre africaine des droits de l'Homme (Raddho) et la section sénégalaise d'Amnesty International, trois ONG basées à Dakar, avaient affirmé que "le projet funeste d'exécutions" en Gambie menaçait la vie de 47 personnes.

Parmi elles, figurent "une femme, onze prisonniers politiques, huit malades mentaux" gambiens, mais aussi des étrangers dont "trois Sénégalais, un Bissau-Guinéen, deux Nigérians", d'après elles.

"De telles exécutions, si elles se concrétisaient, seraient assimilées à des exécutions sommaires et extra-judiciaires" car "le système judiciaire gambien n'offre pas aujourd'hui les conditions de procès justes et équitables", avaient-elles déclaré.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gambie

Sénégal : l'opposant gambien Cheikh Sidya Bayo a été expulsé en France

Sénégal : l'opposant gambien Cheikh Sidya Bayo a été expulsé en France

Arrêté à Dakar le 3 janvier pour trouble à l'ordre public, l'opposant gambien Cheikh Sidya Bayo a été expulsé dans la nuit de 13 au 14 janvier vers Paris. Il avait publiquement appel[...]

CPI - Gambie : Fatou Bensouda, procureur à poigne

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Coup d'État manqué en Gambie : les détails de l'opération selon le FBI américain

La justice américaine vient d'inculper deux Américains d'origine gambienne impliqués dans la tentative de coup d'État qui s'est déroulée le 30 décembre à Banjul, en[...]

Gambie : qui est l'opposant Cheikh Sidya Bayo, arrêté au Sénégal ?

Le jeune opposant gambien Cheikh Sidya Bayo a été interpellé à Dakar quelques jours après le coup d'État manqué contre Yahya Jammeh. Accusé de porter atteinte à[...]

Coup d'État manqué en Gambie : deux Américains dans le viseur de la justice

Deux Américains d'origine gambienne accusés d'avoir préparé la tentative de putsch contre le président gambien, Yahya Jammeh, le 30 décembre, vont comparaître lundi devant la[...]

Gambie : les forces de l'ordre manifestent en soutien au président Jammeh

Des centaines de membres des forces de l'ordre gambiennes, dont des soldats et des policiers, ont manifesté samedi à Banjul pour soutenir le régime du président Yahya Jammeh, quatre jours après[...]

Gambie : des soldats font du porte-à-porte à la recherche d'assaillants à Banjul

Des soldats gambiens menaient vendredi à Banjul une opération porte-à-porte à la recherche de participants à l'attaque armée ayant visé le palais présidentiel il y a quatre[...]

Gambie : que sait-on du coup d'État manqué contre Yahya Jammeh ?

Plusieurs dizaines de civils et militaires ont été arrêtés en Gambie après la tentative de coup d'État contre Yahya Jammeh. Trois jours après les faits, retour sur ce que l'on sait[...]

Gambie : Jammeh accuse des puissances étrangères après le coup d'État raté

Le président gambien Yahya Jammeh a accusé des terroristes et dissidents soutenus par des puissances étrangères d'être derrière le coup d'Etat raté de mardi à Banjul, et a[...]

Gambie : après le putsch manqué contre son régime, Jammeh menace les comploteurs

Le président gambien Yahya Jammeh a fustigé mercredi ceux qui visent "un changement de régime par la violence", dans sa première déclaration publique à son retour à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120825105422 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120825105422 from 172.16.0.100