Extension Factory Builder
21/08/2012 à 10:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le roi du Maroc lance divers chantiers en faveur de l'éducation et de la jeunesse. Le roi du Maroc lance divers chantiers en faveur de l'éducation et de la jeunesse. © AFP

Le roi Mohammed VI du Maroc a appelé, lundi 20 août, à la mise en place d'une "stratégie" au profit des jeunes en difficulté, mais aussi en faveur de l'enseignement, dans un discours à la nation à l'occasion du 59e anniversaire de la Révolution du roi et du peuple.

Lors de son discours célébrant le 59e anniversaire de la Révolution du roi et du peuple, le roi du Maroc, Mohammed VI, a fait un pas vers la jeunesse qui souffre de plus en plus du manque de perspectives, du chômage et de la crise économique venue d'Europe. Il a d'abord souligné l'impératif de « parachever l'aménagement du modèle singulier » du Maroc, avec une meilleure prise en compte des attentes de la jeunesse, « en tant que partie prenante dans le processus d'évolution sociale du pays, et composante jouissant de la citoyenneté pleine et entière, avec les droits et les obligations qui en découlent ».

Selon le souverain, l'urgence est réelle. Malgré l'obtention ces dernières années de « résultats louables pour les jeunes », ceux-ci « demeurent confrontés à certaines contraintes dans leur vécu ou dans leurs perspectives d'avenir ».

"Accès égal et équitable à l'école"

Pour parler d'avenir, il faut (...) que soient élaborées des stratégies propres à préparer nos jeunes pour des lendemains meilleurs », a déclaré le roi. Et d'annoncer que le Conseil consultatif de la jeunnesse devra « contribuer à l'élaboration des axes stratégiques » pour l'amélioration de la situation des jeunes dans la société marocaine. L'annonce royale vise aussi à accélérer les politiques déjà en place. Et notamment la réforme du système d'enseignement engagée dans le cadre d'un plan « d'urgence », et qui tarde à porter ses fruits malgré une enveloppe budgétaire de 40 milliards de dirhams sur cinq ans (près de 3,6 milliards d'euros).

Mohammed VI appelle également à la « réhabilitation de l'école publique et la mise à niveau de l'enseignement » dans le pays. Selon lui, le « système, qui nous interpelle aujourd'hui, se doit non seulement d'assurer l'accès égal et équitable à l'école et à l'université pour tous nos enfants, mais également de leur garantir le droit à un enseignement de qualité, doté d'une forte attractivité et adapté à la vie qui les attend ».

Enfin, le roi s'est prononcé pour le droit de vote des Marocains à l'étranger lors des « élections locales dans leur pays d'accueil, déclarant qu'il veillerait à soutenir leurs « efforts en matière d'intégration (..) en travaillant avec les autorités des pays d'accueil de manière à rendre effectif le droit de vote des étrangers aux élections locales sur la base de la réciprocité ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex